18 «malfaiteurs» dont le cerveau déférés

Par , publié le .

Actualité

Un important coup de filet de la Gendarmerie à  permis de capturer une bande de «criminelles» de dimension nationale. «Depuis la fin de l’année 2019, les vols à  mains armées ont connu un regain d’intérêt notamment à  la Légion Centre Ouest (LCO) qui couvre les régions de Thiès et Diourbel. Cette insécurité grandissante qui a pris des proportions démesurées a poussé le haut commandement de la Gendarmerie à  mettre en place une cellule d’enquêteurs afin d’aider les unités territoriales à  traquer et arrêter ces bandes de malfaiteurs.

C’est ainsi que depuis le début du mois de juillet 2020, cette entité a mené des instigations qui ont permis de démanteler une bande criminelle de dimension nationale», informe un communiqué de la Division communication (Divcom) de la Gendarmerie. La source explique qu’initialement déployés à  la Légion centre Ouest pour lutter contre les vols à  mains armées et résoudre les cas non élucidés, «les enquêteurs se sont retrouvés face à  une bande qui s’est exclue de toute limite sectorielle.

En effet, il a été découvert qu’un réseau très organisé avec à  sa tête un trinôme, était à  la base de la quasitotalité des attaques à  mains armées au sein de la LCO. Les investigations subséquentes ont permis de découvrir que ce groupe d’individus avaient déjà  mené des actions criminelles dans la région de Louga ; mais aussi à  Diourbel, Thiès, Kaolack, Kaffrine, Tambacounda et Kolda».

Dans leurs forfaits, les malfrats ont empoché un butin évalué à  plus de 200 millions de francs CFA, à  l’issue de la dizaine de braquages perpétrés. «Au total, au moins dix baraques ont été répertoriées à  leur actif avec un préjudice financier qui dépasse les deux cent (200) millions de francs CFA. Il s’y ajoute que les malfaiteurs exerçaient des violations démesurées sur les victimes, leurs occasionnant des services corporels graves. D’ailleurs, quatre (4) parmi eux faisaient l’objet de recherches depuis plus de cinq (5) ans pour des faits similaires».

Bref, après deux (2) mois d’investigations par les hommes en bleu, les résultats ci-après ont été enregistrés : «Treize (13) braquages ont été dénombrés ; Seize (16) présumés malfaiteurs arrêtés et déférés au niveau des parquets de leur lieu d’arrestation». Aussi ont-il saisi, par devers les malfaiteurs: «Cinq (5) fusils et trois (3) pistolets de fabrication artisanale; Cinq (5) coupe-coupe ; Une somme de trois millions neuf cent mille (3.900.000) francs CFA et trois cent (300) dollars US ; Un véhicule et une moto ont également été saisis par devers les malfaiteurs ; Des téléphones portables».

CONVERTION «SUPPOSEE» DES GAINS ILLICITES DANS L’ACHAT DE TROUPEAU

Poursuivant les investigations initiées depuis juillet 2020 pour lutter contre le crime organisé et aider les unités territoriales à  résoudre les cas non élucidés, l’équipe des enquêteurs, souligne la source, a été redéployée en Légion Centre o๠le reste de la bande a été localisé. «Ainsi, après une semaine d’investigations, les résultats ci-après ont été enregistrés: L’arrestation de deux malfaiteurs dont le principal cerveau des vols à  mains armées perpétrés dans les régions de Louga, Diourbel, Thiès, Kaolack, Kaffrine et Tambacounda. Le premier a été arrêté le lundi 11 janvier 2020 à  14h à  Ndiebel, Gandiaye, et le chef de la bande le mardi 12 janvier à  10h à  Katakel à  12km au Sud de Kaffrine».

Là  également, la Gendarmerie à  mis la main sur des armes et du butin. Il s’agit : «un fusil à  pompe de fabrication russe avec neuf cartouches de 12 mm saisi ; Un nombre important de téléphones portables saisis sur le principal suspect ; Deux cent mille (200.000) francs CFA ; Quatre-vingt-un (81) bÅ“ufs dont une bonne partie de race, trente-quatre (34) moutons de race, vingt-huit (28) chèvres, trois (03) chevaux et onze (11) 'nes», renseigne la source. Et de conclure : «par ailleurs, au regard de ses activités criminelles et du chiffre important du préjudice financier causé aux victimes, il y a de fortes probabilités que le mis en cause aurait converti ses gains illicites dans l’achat de son troupeau ; ce qui constituerait un blanchiment».

I.DIALLO

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut