Affaire Amadou Woury Diallo : La disgrâce de la grâce

Le cas Amadou Woury Diallo est, apparemment, une pilule difficile à avaler pour l'Ordre des pharmaciens du Sénégal et la Société civile. Le mis en cause a bénéficié d'une grâce présidentielle alors qu'il n'a pas encore épuisé les recours lui permettant de contester la peine de 5 ans de prison qui lui est affligée, dans l'affaire des faux médicaments de Touba Belel. Depuis, les réactions se multiplient.

«Diabolisation»

Pour son avocat, Me Mor Samb, la grâce obtenue par Diallo est justifiée. «C'est une grâce qui a été accordée pour des raisons humanitaires. Parce que c'est un homme très âgé, qui a plus de 70 ans, à qui on pouvait épargner la prison en raison de son âge avancé et de sa maladie», plaide-t-il sur la Rfm. À ceux qui soulignent que son client n'est pas éligible pour la grâce, Me Samb rétorque : «Ce qui m'inquiète le plus, c'est que je ne peux pas comprendre que cette affaire crée autant de tollé au point de vouloir diaboliser Amadou Woury Diallo ou de le traiter de tous les noms : délinquant, criminel, etc. Je pense qu'au-delà de la répression, il faut prendre en compte l'aspect humanitaire.» L'avocat jure que Diallo a obtenu une grâce «en bonne et due forme».

«Gros scandale»

Me Abdoulaye Babou, avocat de l'Ordre des pharmaciens du Sénégal, n'est pas de cet avis. Il crie au "scandale" et accuse : «C'est le plus gros scandale de la justice sénégalaise. On n'a jamais vu ça. Il n'y a aucune trace qui montre que Mamadou Woury Diallo bénéficie d'une grâce ou d'une liberté provisoire. (...) C'est une mafia qui est autour de cette affaire. Aucun Sénégalais ne peut à lui seul réunir 1 milliard 350 millions pour acheter des camions de médicaments.» Le procès en appel sur l'affaire des faux médicaments de Touba Belel est renvoyé au 27 mai prochain. Tout porte à croire que Mamadou Woury Diallo ne sera pas présent, car étant présentement en Guinée selon l'avocat.

«Sanctions »

Dans un communiqué, le Forum du justiciable «interpelle directement l'administration pénitentiaire, le ministre de la Justice, le directeur des affaires criminelles et des grâces sur cette affaire d'une gravité extrême et qui est en train de ternir l'image de la justice sénégalaise». En outre, le Forum «invite le procureur de la République à ouvrir une enquête sur cette affaire et à prendre des sanctions».

L'Union nationale des consommateurs du Sénégal pense déjà à une sanction radicale, s'il y a une faute avérée. «A ce stade, nous préconisons la radiation comme sanction. Sinon ça va continuer», suggère Jean Pierre Dieng, son secrétaire général. Qui souligne que l'affaire Amadou Woury Diallo est symptomatique du manque de protection dont est victime le consommateur sénégalais en matière médicale.

Nous vous recommandons