AFFAIRE LAMINE DIACK : Le plus flagrant complot judiciaire de France ( Mouth Bane)

Notre travail n'est pas d'ensevelir toutes les accusations portées contre les Diack, nous n'avons pas cette prétention, ni les moyens, toutefois, nous allons plutôt démontrer, avec des extraits de documents certifiés, que l'Agence Mondiale Anti dopage (AMA), l'IAAF et le Parquet National Financier français (PNF) ont commis la plus grosse erreur politico-judiciaire jamais vue dans le monde du sport. Car dans ce dossier, la justice française a glissé du sport vers la politique.

Etat du Sénégal fait annuler un show médiatique du Juge Van Ryumbeke L'affaire Lamine Diack, c'est la limite du racisme. Dès le début de l'instruction, Renaud Van Ryumbeke a opté pour la mise en scène et la théâtralisation de la procédure. Il implique des Etats (la Russie, le Sénégal) pour ensuite alimenter la presse en informations sensationnelles. Il pose les actes d'une justice spectacle sans rendement. Le juge français joue sur la surprise et sur l'âge avancé du Président Diack pour le pousser la faute après lui avoir tendu un guet-apens l'aéroport Charles De Gaulle. L'ancien Président de l'IAAF a été arrêté, alors qu'il répondait une invitation du Comité Olympique de France. Il a été piégé par ces français car en répondant cette invitation, il ne s'attendait pas être arrêté. Il sera enlevé l'aéroport CDG puis cuisiné.

Van Ryumbeke et ses acolytes vont filer au journal «Le Monde» des extraits de l'audition de Lamine Diack sur un supposé financement de la campagne du président Macky Sall en 2012, et peut-être d'une partie de l'opposition en 2009. DakarTimes a pu vérifier cette information. Nous démentons formellement le juge Van Ryumbeke et son complice «LeMonde», car jamais Lamine Diack n'a financé la campagne de Macky Sall. D'abord, ce sont deux hommes qui ne partagent pas la même idéologie politique. Macky Sall est libéral tandis que Lamine Diack est socialiste. L'ancien président de l'IAAF n'allait jamais laisser les candidats socialistes pour financer le libéral dans un contexte politique où les socialistes voulaient revenir aux affaires.

Les juges français ont ignoré le contexte politique dans lequel s'est tenu la présidentielle qui a consacré la chute de Me Abdoulaye Wade. Il y avait une opposition politique profonde entre Lamine Diack et Macky Sall. Car l'ancien président de l'IAAF soutenait une candidature unique autour des Assises nationales. Tout le contraire, Macky Sall qui n'avait jamais soutenu ce schéma de candidat unique. Comment alors, dans ce cas, Lamine Diack pouvait-il financer Macky Sall, qui en plus d'être libéral, s'opposait la candidature unique que défendait Lamine Diack. Les amalgames de Mediapart, du journal «Le Monde» et du Juge Van Ryumbeke ne résistent pas bon sens. Par paresse, le juge français n'a pas pris la peine d'étudier l'environnement politique d'alors pourtant très déterminant dans ces genres de dossiers.

Aidé par son inspiration très fertile, le journal colonialiste «Le Monde» a parlé de «protection totale » que PMD aurait promis aux athlètes russes. Finalement, les accusations pleuvent de toute part, mais ce sont les preuves qui font défaut. Dans ce dossier, l'Etat du Sénégal a été ferme face aux caprices maladifs du juge Van Ryumbeke. Ce dernier voulait débarquer Dakar avec une forte délégation de journalistes européens pour auditionner Massata Diack, pour ensuite en profiter pour faire son show média sous le soleil dakarois. L'Etat lui oppose un refus catégorique.

Dans le cadre de la commission rogatoire soutenue par les accords d'entraide judiciaire, signés entre le Sénégal et la France, entre l'ancien Ministre des Affaires Etrangères du Sénégal Assane Seck et son homologue français Jean de Lipkowski, le 29 Mars 1974
Paris, les autorités sénégalaises ont accepté de donner les questions du juge d'instruction français, au Doyen des juges sénégalais Samba Sall, pour qu'il entende Massata Diack, en leur présence s'ils le souhaitaient. Car pour l'Etat sénégalais, il est hors de question
que des juges d'un pays étranger auditionnent un citoyen sénégalais. Alors que ce pays compte des juges compétents capables de faire ce travail. C'était devenu une question de souveraineté aussi. «Pour notre souveraineté, nous ne pouvions accepter de laisser
un juge étranger sur notre territoire interroger un citoyen sénégalais tout comme nous ne pouvons pas extrader Massata Diack.

D'ailleurs, aucun pays n'extrade son citoyen » nous a confiés une autorité sénégalaise. Cette position de Dakar avait mis Van Ryumbeke dans une colère rouge. Voil pourquoi, il n'a pas voulu attendre que le Doyen des juges sénégalais lui envoie le PV d'audition de Massata Diack. Ryumbeke voulait répéter Dakar, le même cinéma qu'il avait joué Rio de Janeiro en Septembre 2017, avec Eliane Houlette du parquet financier de Paris et Jean Yves Lorgouilloux procureur adjoint.

Dommage pour lui !
Les rivalités dans la géopolitique du sport business Imbu de sa personne, hautain et irrespectueux de la Justice sénégalaise, ce juge
d'instruction français a bouclé la procédure sans introduire les réponses de Diack fils dans le dossier. C'est cette dose de subjectivité la limite enfantine de Van Ryumbeke qui est l'origine de ce report. Toute autre version est fausse.
  AFFAIRE LAMINE DIACK : Le plus flagrant complot judiciaire de France  ( Mouth Bane)
Dans le contrat de conseil entre PMD Consulting et l'IAAF signé Monaco le 03 Décembre 2012, la page 2, il est écrit que «le consultant en marketing assume toutes les tâches nécessaires au bon accomplissement de sa double mission de conseil et d'assistance », pour cela, il doit notamment : «participer activement l'élaboration et la mise en oeuvre de l'ensemble des actions ayant pour objet la conquête et la fidélisation de sponsors provenant des marchés forte croissance tels que, notamment, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine, la Corée du Sud, le Mexique, l'Afrique du Sud, les Pays du Conseil de Coopération du Golfe (GCC), les Caraïbes, l'Afrique du Nord, le Nigéria et la Turquie».

En signant ce contrat conseil pour explorer ces pays, Massata ignorait sans nul doute qu'il venait de commettre l'erreur de sa vie. Jetons un coup d'?il sur certains de ces pays mentionnés dans le contrat de Massata, savoir : la Russie, la Chine, la Turquie. Les plus
grands concurrents politiques, économiques, financiers et militaires de l'Europe travers le monde, sont parmi ces pays dont PMD a la mission d'introduire dans les carnets de l'IAAF.

L'influence russe permet d'équilibrer les relations internationales depuis l'arrivée de Vladimir Poutine au K. Dans le jeu diplomatique mondial, Moscou s'allie souvent avec la Chine, l'autre puissance économique, financière et militaire qui menace l'hégémonie
européenne et américaine. Il en est de même pour Tayyip Erdogan de la Turquie qui souvent, mélange les cartes du jeu diplomatique international cause de ses positions qui gênent parfois ses voisins européens et même Washington. On se rappelle, en pleine
crise avec les Etats-Unis, Erdogan avait exercé une pression diplomatique sur le premier allié des Américains au Moyen-Orient, l'Arabie Saoudite après l'assassinat du journaliste saoudien Jammal Kashogghi dans les locaux de l'ambassade saoudien en Turquie.
Erdogan avait tous les détails de l'enquête et du meurtre qu'il va utiliser pour bien négocier avec Washington allié de Riyad. Lorsque Trump joint Erdogan au téléphone pour intervenir en faveur du Prince Ben Salam, le président turc a posé sur la table le dossier
de son adversaire Fethullah Gulen hébergé par les Américains.

Aux yeux des européens, l'arrivée des entreprises russes, chinoises et turques dans le sponsoring des compétitions de l'IAAF, constituait une menace. Et, le porteur de cette menace économico-financière se nomme Papa Massata DIACK, citoyen d'un pays pauvre très endetté de l'Afrique de l'Ouest. Alors, il fallait griller pour redistribuer les cartes en faveur de l'Europe.
Ces pays occidentaux s'affrontent aussi dans le Golfe.

Regardons maintenant les Pays du Conseil de Coopération du Golfe (GCC), nouvelle destination de Massata pour le sponsoring des compétitions de l'IAAF. Il s'agit de l'Arabie Saoudite, l'Oman, le Qatar, le Koweït, le Bahreïn et les Emirats arabes unis. Dans ce coin du monde, deux blocs s'affrontent : celui de Riyad alliés aux Emirats arabes unis d'une part, face celui du Qatar accusé par ses voisins d'être avec l'Iran, d'autre part. Tamim al-Thani est l'émir du Qatar depuis 2013, Mohammed ben Salman alias «MBS», le prince héritier et vice-Premier ministre d'Arabie saoudite depuis 2017, Mohammed bin Zayed appelé aussi «MBZ» est le prince héritier d'Abu Dhabi et il dirige les Emirats arabes unis depuis 2014. Bin Zayed est le conseiller personnel de Ben Salman. Abu Dhabi et Riyad mènent une guerre froide contre Doha et Téhéran. Cette «guerre » s'opère sur tous les fronts : sportifs, financiers, économiques, religieux et militaires. Dans ces pays, des fonds immenses sont dégagés pour sponsoriser des compétitions sportives.

«Tamim al-Thani contrôle BeIN (diffuseur mondial d'événements sportifs) et a un énorme pouvoir d'influence grâce Al Jazeera, réseau qatari très suivi dans la région. Il a décroché l'organisation de la Coupe du monde de football en 2022, ce qui aurait
rendu jaloux ses acolytes qui lui reprochent également de financer des groupes islamistes et d'être trop proche de l'Iran » a écrit la journaliste Letizia Virone. Sa rivale, l'Arabie Saoudite vient d'avoir elle-aussi sa compétition internationale. Car Riyad a fait acte de
candidature l'organisation d'une épreuve du championnat du monde de Formule 1 partir de la saison 2023. Ces deux événements Coupe du Monde 2022 Doha et championnat du monde de Formule 1 Riyad seront de grands moments de concurrence
et d'influence entre ces deux pays du Golf.
Voil le dessin des enjeux diplomatiques entre la Chine, la Russie, la Turquie, l'Arabie Saoudite, le Qatar et Abu Dhabi. Les compétitions sportives sont devenus des rendezvous du donner et du recevoir, c'est--dire des rencontres commerciales. Massata Diack avait la mission d'introduire de gros sponsors russes, chinois et arabes dans l'agenda des compétitions de l'IAAF. Ce sénégalais s'était invité involontairement dans cette bataille des géants du monde. Mais, Diack fils ne savait pas qu'il y a des limites ne jamais
franchir surtout pas, par un africain.
Savez-vous qu'en Afrique francophone, aucun Chef d'Etat n'ose signer des contrats d'armement avec la Russie ? La coopération entre les pays francophones et Moscou est strictement surveillée par l'Elysée, qui a des agents de la Direction générale de la sécurité
extérieure (DGSE) dans presque tous les palais de l'Afrique de l'Ouest. Paris épie tous les contrats liés la défense.
La signature d'accords de défense avec Moscou est tacitement interdite aux pays francophones. Mais pour marquer sa présence en Afrique, le Président russe lors d'une réunion d'une Commission sur la collaboration militaire et technique avec l'Afrique avait
déclaré : «Je veux attirer l'attention sur le récent sommet Russie-Afrique. Il a été confirmé lors de sa tenue qu'une collaboration militaire et technique fiable et responsable est l'une des priorités de l'interaction avec des partenaires africains». Il ajoute : «Au terme du sommet, je demande ce que soient étudiées les multiples propositions portant sur la coopération militaire et technique que nous avons reçues. Bien entendu, tout en prenant en considération leur composante commerciale et avec un accent mis sur l'adoption d'approches souples quant aux livraisons et aux paiements».

Aujourd'hui, seul Alpha Condé lâché par Paris et Washington, s'est retourné vers la Russie pour avoir son soutien dans sa tentative de briguer un 3e mandat. Les européens en ont voulu Diack fils, comme ce fut le cas avec Cheikh Tidiane Gadio, arrêté aux Etats-Unis,
uniquement pour avoir collaboré avec une entreprise chinoise contre les intérêts américains. Il sera accusé de corruption, arrêté, dénigré sans aucune preuvé

Ces relations heurtées entre ces puissances économiques mondiales, sont l'origine du refus de la justice russe de coopérer avec l'AMA et le PNF. L'attitude de la Russie a bloqué l'enquête, mais pour sauver la face, les agents du PFN ont colmaté des éléments charge contre les sénégalais, sans aucune consistance réelle. Van Ryumbeke venait de tomber, pour la première fois, durant toute sa carrière de magistrat, sur un dossier sans issue, parce que le principal pays (Russie), qui devrait pouvoir collaborer pour la manifestation de la vérité avec des preuves irréfutables sur la corruption supposée, lui a fermé ses portes.

Les dangereux tâtonnements durant l'enquête
  AFFAIRE LAMINE DIACK : Le plus flagrant complot judiciaire de France  ( Mouth Bane)
Pendant 04 années d'enquête exclusivement charge, le juge Van Ryumbeke s'était perdu dans une impasse. Partant sur une accusation portant sur une liste de 23 Russes, ce juge a été très déçu. Car ce sont des accusations totalement fallacieuses puisqu'il n'y
a eu qu'une seule athlète Liliya Shobukova qui a accusé ses patrons russes. C'est cette dernière qui a déclaré avoir versé 400.000 euros l'entraîneur russe Alexey Melnikov. Les autres athlètes mentionnés par Ryumbeke sont des marcheurs qui n'ont aucune
possibilité de gagner 25.000 euros de revenu par an. D'ailleurs, ces athlètes russes n'ont jamais porté plainte.

Le Président Lamine Diack a été élu président de l'IAAF en 1999, en remplacement de Primo Nebiolo décédé. Il occupera la présidence de : 2001-2003, 2003-2007, 2007-2011 et 2011-2015. Il a été porté par 170 pays. Sans jamais le manifester, son successeur
anglais Sébastian Coe craignait une opposition de Diack son élection. C'est en partie, les explications qu'il faut donner ces accusations portées contre Diack père. Et, le défaut de preuves dans cette procédure charge, a freiné les investigations des enquêteurs surtout en ce qui concerne le financement supposé de la présidentielle sénégalaise.

Le supposé dopage des athlètes russes qu'aurait voulu étouffer Lamine Diack selon les enquêteurs, est une mauvaise inspiration des agents du PNF dans la mesure, Diack père avait pris la décision d'espacer les sanctions de dopage sur une période de 18 mois. Mais
en quittant la présidence le 31 août 2015, aucun cas russe n'a été toléré, et 38 cas ont été sanctionnés. N'est-il pas utile d'insister sur les relations contractuelles entre Massata et Dentsu/AMS qui ne sont pas du ressort de l'IAAF ou de Lamine Diack. PMD a vendu des contrats de sponsoring pour garantir 18 millions de dollars annuels l'IAAF. Les recettes de ces contrats sont virées dans des comptes détenus par l'IAAF la Compagnie Monégasque de Banque et la Barclays Monaco. Tous les virements sont reçus sur des comptes commerciaux avec des contrats, des dates, des montants et des banques vérifiables.

La collusion que le juge a voulu créer entre l'entraineur russe Alexey Melnikov et Massata s'est effondrée, faute de faits pouvant la matérialiser. Par contre, Diack fils a connu l'ancien trésorier de l'IAAF le russe Valentin Balakhnichev depuis 2006. Concernant Habib
Cissé, il fut l'avocat de Pamodzi Sports Consulting depuis 2002. Me Cissé avait défendu Massata lors de son différend avec le Coq Sportif et la Fédération Sénégalaise de Football (2005). PMD l'a recommandé au Président Diack en 2003, quand il négociait avec AFLD.
Mais maintenant, Me Cissé semble retourné par les juges français. Mais on ignore la contrepartie. Les enquêteurs français ont soupçonné des paiements de pots de vin estimés 3,5 millions de dollars effectués en octobre et novembre 2011, un mois avant un vote de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) pour décider de l'hôte des championnats du monde 2017. Ils attribuent ces pots-de-vin au Qatar pour l'événement, qui a finalement été remporté par Londres. Mais, le juge ne devrait-il pas expliquer comment un pot de vin puisse être viré sur un compte commercial ? Il faut rappeler QSI a acheté des droits commerciaux détenus par Pamodzi. Les confusions des enquêteurs ont émaillé toute la procédure. Parlez de dopage un agent marketing relève d'un amalgame voulu. Le français Dr Gabriel Dollé est l'unique membre de l'IAAF capable de s'expliquer sur les cas de dopage. Il est le médecin responsable de ce volet.

Le plus navrant dans tout cela, c'est la nullité des enquêteurs français. Leur démarche foncièrement charge a fait que les personnes capables de leur expliquer le fonctionnement du travail, n'ont pas voulu collaborer. Et, les enquêteurs du PNF se sont
perdus en confondant des mails portant sur le football et ceux qui portent sur l'athlétisme. Ils ne savent pas que Massata est Consultant, Agent marketing, est Lobbyiste (profession non reconnue en France) et il est payé sur chacune de ces activités par des fédérations de plusieurs pays souvent en dehors de l'IAAF. Faute d'interlocuteur, ils ont confondu aussi match de gala et compétition officielle. L'incompétence et les tâtonnements de Van Ryumbeke et ses affidés était frappants. Leur bon sens était infecté par leur sentiment raciste qui était la lame de fond du réquisitoire du parquet financier et de l'ordonnance de renvoi de Van Ryumbeke. C'est avec des termes méprisants trempés dans une haine aveuglante que Ryumbeke et le procureur du PNF citaient les sénégalais dans leurs courriers.

Le plus gênant dans cette affaire, c'est que les procureurs du PNF et les juges d'instruction n'ont aucune notion sur le mécanisme de fonctionnement, de financement et de négociations des contrats de sponsoring et des droits TV. Dans le cabinet du Doyen des
juges sénégalais, Massata a fourni un cours magistral sur le sponsoring des événements sportifs. Les procureurs du PNF et le juge Van Ryumbeke verront que ce sénégalais qui ne tâtonne pas dans son art contrairement eux.

Le virement la société Black Tidings provient d'une commission d'intermédiaire

L'unique virement fait par PMD vers la Russie a été effectué partir de ce compte sur la demande de son ami Balachnichev et sans arrière-pensée. Il s'agit d'un transfert de la somme de 435.000 US sur le compte de la société Black Tidings partir du compte
Pamodzi Consulting SARL pour le compte de Igor Shobukov la demande Valentin Balachnichev propriétaire de New Mills Investment. (Nous reparlerons de ce compte Black Tidings dans la partie qui concerne Tokyo).
Le trésorier de l'IAAF et Président de la fédération russe était confronté au refus de l'athlète russe Shobukova de la sanction imposée par l'ARAF en 2014. Il avait été mis au courant par l'athlète et son époux que l'entraineur russe Alexey MELNIKOV leur avait
demandé 300 000 euros pour dissimuler leur dopage et leur garantir une sélection aux Jeux Olympiques de Londres 2012. Devant ce dilemme, Balachnichev avait demandé Massata de garder le reliquat de 495 000 US qu'il lui devait sur la commission
d'intermédiation du contrat VTB, et de lui transférer sur un compte Moscou la somme équivalente de 300 000 euros. Il s'agit alors d'une commission et non de l'argent versé par Shobukova.
En toute bonne foi, Massata a sollicité Monsieur Han Ian Tan Tong consultant marketing, qui il devait 54.700 euros pour ses prestations de services Pékin. Le transfert a été effectué par ce dernier. D'ailleurs dans une lettre adressée la Commission d'Ethique du Janvier/Février 2015, Massata avait fourni tous les détails. Mais le Président Lamine DIACK lui avait demandé de ne pas envoyer la lettre l'enquêteur anglais Sir Anthony HOOPER. Il ne voulait pas compromettre l'intégrité de Valentin Balachnichev. Ce dernier n'était pas au courant de cette demande d'argent de la part de l'entraineur national Melnikov.
A l'opposé aux accusations de la Commission d'Ethique de l'IAAF, d'Andrey BARANOV (agent de SHOBUKOVA) et de la délibération du TAS, Diack fils ne connait même pas Alexey MELNIKOV, ni les époux SHOBUKOV pour couvrir des faits de dopage les concernant. Les preuves fournies par Massata sur l'ensemble de ses voyages en Russie le confirment.

Nos investigations nous ont permis de remarquer que PMD n'a jamais reçu des espèces ou des virements de la part d'athlètes ou entraineurs russes. Cette information s'oppose aux propos du Procureur du PNF Eliane HOULETTE tenus lors de la conférence de presse conjointe avec l'AMA Munich le 14 janvier 2016. Cette accusation est la base du mandat d'arrêt international émis par Interpol et la Commission Rogatoire Internationale Singapour. La justice française n'a pourtant trouvé aucun transfert venant de la Russie. Et jusqu'au jour du bouclage de l'enquête, l'accusateur n'a apporté aucune preuve portant sur les liens suspects entre la société Black Tidings et PMD. Le rapport de la commission indépendante Pound/WADA souffre également des mêmes manquements.

Quelques extraits du dossier
  AFFAIRE LAMINE DIACK : Le plus flagrant complot judiciaire de France  ( Mouth Bane)
Les juges français se trompent aussi sur les dates. Car, contrairement ce qu'ils ont avancé, PMD n'était pas consultant de l'IAAF En 2004/2005, cette époque, il travaillait au Sénégal et au Togo pour le compte des Fédérations de football en vue de la Coupe
du Monde Corée /Japon 2002 et la Coupe du Monde FIFA Allemagne 2006. C'est en 2007 qu'il a fait son entrée l'IAAF.
Helmut Digel et Rolf Schneider l'ont invité Stuttgart pour discuter d'une stratégie de lobbying afin de sécuriser la pérennité du stade municipal, construit pour la coupe du Monde de Football FIFA Allemagne 2006. Ils voulaient l'exclusivité pour 3 années de suite.
Stuttgart avait perdu contre Athènes pour l'organisation de la Coupe du Monde d'Athlétisme 2006, qui initialement devait être organisée aux Etats Unis. Alors, la sollicitation de Helmut Digel était strictement confidentielle et en totale violation de son
statut de Vice-Président , en charge du Marketing et de la TV. Mais la lettre et le protocole d'accord que PMD avait envoyés la ville de Stuttgart sont en conformité avec les discussions tenues au Movenpick Hotel. Et, en tant que cabinet conseil, il facture ses
prestations pour percevoir ses commissions.

Les enquêteurs, tels des pêcheurs artisanaux, ont fait venir sur la rive, peu de poissons et beaucoup d'algues. Ils ont parlé de virements avec l'Ocean Holdings. En vérité, la société Ocean Holdings n'a absolument rien voir avec la candidature de Pékin pour le
Championnat du Monde 2015. Et pour s'en convaincre, les enquêteurs devraient aller faire des vérifications auprès de la Fédération chinoise. Les virements reçus de Ocean Holdings et de Zhu Xiaodong n'ont rien voir avec l'athlétisme car cette société travaille
dans le football et organise des matchs de gala pour les clubs européens en Chine. Les juges français ignorent que Massata travaille aussi dans le football indépendamment de sa mission l'IAAF.
Perdue dans ses investigations qui souffrent de preuve, la justice française a essayé difficilement d'épier la concordance des dates de virements et la période d'attribution des Championnats du Monde. Or cette démarche est trop aléatoire.
En 2010, Pékin était seul en course car Londres s'était désisté puisque la survie de la piste d'athlétisme olympique n'était pas encore sécurisée. Ce détail, les enquêteurs l'ignoraient. Et, pour sa candidature, Pékin a amené le sponsor SINOPEC pour 14 millions
US$ (Dentsu/AMS) et le paiement du Athlète Prize Money de 7.000.000 US$, payé directement l'IAAF.

En 2011, toutes les fédérations olympiques avaient donné leur accord au CIO pour décaler la date des Jeux Olympiques 2020 fin Septembre début octobre. Ce fut le cas Melbourne 1952, Tokyo 1964 et Mexico 1968. Les juges ne savaient pas tous ces détails
pourtant très déterminants pour la crédibilité de l'enquête.Insistons dire que les relations entre PMD et le Qatar, rentrent dans le cadre de son mandat de prospection commerciale conclu avec Dentsu/AMS depuis Mars 2010. La société Oryx QSI a sollicité Diack fils pour acheter les droits commerciaux liés aux catégories et services dont Pamodzi Sports Consulting avait les droits exclusifs au Moyen Orient et en Afrique du Nord (Banque, Oil/Gas, Hospitality, Télécommunications, Airlines, Electronics) afin de les vendre, en cas d'obtention des Championnats du Monde des sociétés locales (Qatar Airways, QNB Qatar GAS, Qatar Petrolum etc.).

Le paiement des 2.450.000 US représente une provision faite Pamodzi pour qu'il sécurise auprès de Dentsu/AMS le package de sponsors au titre des Championnats. Frankie Frederiks a eu collaborer avec PMD pour vendre ce concept ainsi que le
Programme Continental/ IAAF lancé en Août 2009 par le Congrès de Berlin. Pamodzi avait sécurisé 19.500.000 US pour les Continents Afrique, Caraïbes, Amérique du Sud, Asie et les meetings World Challenge de Dakar, Rabat, ainsi que le meeting /IAAF Diamond League de Monaco. Pour ce programme Adidas, VTB, Sinopec et Samsung ont été des sponsors additionnels pour les années 2010/2015. Le budget était réparti comme tel : 1.500.000 US (Sponsoring en titre), 500 000 US (Consultance) et 450.000 US
(Meeting Continentaux Afrique/Amérique du Sud). Malheureusement ces Championnats du Monde n'ont pas pu se tenir au Brésil car la plupart des sprinters étaient sous sanction de dopage. La fédération Nationale d'Athlétisme s'est désistée pour l'organisation et
Pamodzi Sports Consulting en collaboration avec le Directeur de Marketing de l'IAAF (Luis Carulla) a pu décrocher les Bahamas comme organisatrice des éditions 2011,2013 et 2015.
Frankie Fredericks était sponsorisé pour toute sa carrière par un équipementier japonais, Mizuno, et pour la session du CIO, il était désigné par la Commission Exécutive comme scrutateur.

Les manquements d'une enquête exclusivement charge
  AFFAIRE LAMINE DIACK : Le plus flagrant complot judiciaire de France  ( Mouth Bane)
Le Parquet s'est basé sur rapport d'un certain Anthony Hooper, enquêteur de la Commission d'Ethique de l'IAAF désigné depuis Juillet 2014 par Michael Beloff, avocat anglais et Président de la Commission d'Ethique de l'IAAF. Ont disparu de la procédure, l'Agence Mondiale Anti-Dopage et la Commission Indépendante dirigée par Richard William Pound et Richard Mac Laren. Nul ne connait les raisons. Les juges d'instruction Renaud Van Ryumbeke, Stéphanie Tacheau et Charlotte Bilger ont bouclé leur instruction et ordonne le renvoi en correctionnelle, sans aucune considération la justice sénégalaise qui a entendu PMD. Et pourtant, c'est ce dernier qu'ils veulent faire jouer le «rôle central» dans leur enquête pénale. Pourquoi refuser d'introduire le PV d'audition de Diack fils s'il est réellement la pièce essentielle du dossier ? Massata a bien raison de se détourner de cette bande «d'entrepreneurs de l'injustice».

Comment les juges d'instruction ont-ils osé avancer que l'Agence Mondiale Anti-Dopage (AMA) a saisi une commission d'enquête indépendante ? Archi inexact ! Cette Commission a été désignée, depuis le 16 décembre 2014, par le président de l'AMA, Craig Reedie et confiée deux avocats canadiens : Richard William Pound Q.C et Richard Mac Laren Q.C, en plus d'un policier allemand Gunther Younger (Ancien d'Interpol). Cette commission est composée de trois citoyens de l'Europe. En dépit de leur volonté malsaine vouloir
mouiller le président sénégalais, la justice française n'a jusqu' présent pas réussi tracer des fonds servis au financement d'activités politiques au Sénégal. Les magistrats français ont dû remarquer que Massata n'a aucune activité professionnelle en France même pas un compte bancaire ou une adresse fixe. Toutes ses sociétés ont été créées au Sénégal et ses activités s'opèrent en dehors de la France. L'opinion nationale et internationale a envie d'être convaincue par des preuves irréfutables de la culpabilité des Diack.

Lamine Diack a légué plus de 162 milliards de francs CFA Sébastian Coe, son successeur l'IAAF
  AFFAIRE LAMINE DIACK : Le plus flagrant complot judiciaire de France  ( Mouth Bane)
On peut d'abord citer les Contrats de sponsoring et droits TV hauteur de 18.000.000 USD annuels. L'IAAF a reçu 9.100.000 USD entre 2010 et 2012 de Samsung Electronics (Diamond League). Il y a aussi le quote-part des droits TV des Jeux Olympiques : 45.000.000 USD pour Londres 2012 3. Font partie des sources de financement, les cotisations de fédérations membres (215 fédérations). Il y a également les Contrats TV Europe perçus d'EBU (25.000.000 USD/an) et Lagardère (2010 - 2013 80.000.000 USD).
La comptabilité de l'IAAF n'a jamais souffert de détournement sous le magistère de Lamine Diack. Il a réalisé, durant sa présidence, plus de 900.000.000 USD de contrats sponsoring et TV (65 % Sponsoring et 35 % Droits TV). Il a laissé en réserve 74.000.000
USD, et il a sécurise l'avenir de l'athlétisme mondial, hauteur de 220.000.000 USD (2020/2029) ainsi qu'une quote-part minimum de 30.000.000 USD des droits TV/Jeux Olympiques du CIO (20162020).

Nous ne répéterons jamais assez pour dire que Massata n'a jamais été payé par l'IAAF directement. Car il travaillait pour la société japonaise Dentsu via AMS. S'il y avait un détournement avéré, c'était plutôt Dentsu qui était compétente poursuivre Massata et non IAAF. Et la société japonaise ne s'est même pas constituée partie civile dans cette procédure. Cela est une preuve suffisante de cette débâcle judiciaire française. Pas de préjudice, pas de poursuite !

Dans le partenariat IAAF/DENSTU, c'est l'apport de Papa Massata Diack (2007/2019) qui a permis Dentsu d'apporter 10.000.000 USD de profit share. Durant la période 2001/2009, l'IAAF avait une garantie de 9.000.000 USD. D'ailleurs, Diack fils a remis aux enquêteurs toutes les copies des contrats et les documents bancaires. Ce que les enquêteurs veulent volontairement ignorer, c'est que le successeur de Lamine Diack était un concurrent Massata. Sébatian Coe actuel président de l'IAFF dirige une agence de marketing, de lobbying et de relations publiques depuis 2005. Chime Sports Marketing est un concurrent de DENSTU sur le marché mondial des droits sportifs. Ce conflit d'intérêt n'a pas empêché l'élection de Coe la présidence de l'IAAF. Imaginez s'il était africain ce que la presse européenne et leurs supplétifs africains allaient dire. Après les accusations de racket avancées par le président de la Commission de l'AMA, Richard William Pound et la déclaration du Procureur National Financier, Mme Elianne Houlette que 23 athlètes russes avaient effectué des paiements sur des comptes offshore au Sénégal et Singapour appartenant PMD, les juges d'instruction sont toujours dans l'impasse. D'ailleurs, c'est lorsque l'enquête s'est révélée infructueuse que les enquêteurs ont glissé dans le marché parisien pour fouiller les shoppings faits par Diack fils afin d'avoir de quoi mettre sous la dent. Ils ont cherché créer un lien entre les achats de montres et les gains supposés de la corruption.

Du vrai fait divers'
Les personnes de bonne foi qui ont accès au dossier, seront forcément irrités par l'utilisation abusive du terme : «l'homme noir» pour désigner Papa Massata Diack ou de la référence faite la société Black Tindings qui renvoie la race noire du point de vue
de la presse française, cause du mot «Black». Des appréciations purement racistes et ségrégationnistes.
Le départ de Lamine Diack de l'IAAF a été une belle occasion pour les occidentaux d'européaniser cette instance mondiale d'athlétisme. C'était alors l'objectif stratégique visé et qui devrait passer par ce lynchage médiatique planifié par l'agence de lobbying de l'actuel président Coe aidé cela par le journal colonialiste «Le Monde». Avant le lancement des poursuites contre les Diack, entendu par une Commission restreinte au Parlement anglais, Coe avait dit n'avoir jamais été informé d'un quelconque
cas de corruption l'IAAF. Ne venait-il pas de blanchir les Diack ? Les anglais ont tous formé un bloc autour de Coe pour qu'il soit élu Président de l'IAAF, contrairement aux sénégalais qui ont porté les plus sévères coups leurs compatriotes Lamine et Massata
Diack. Des mails ont pourtant prouvé que Coe, en violation des textes de l'IAAF, a bénéficié du soutien de Nick Davies alors Secrétaire général adjoint de l'organe. Jamais, l'instance n'a tenu compte de cet acte de violation commis par Devies et Coe. L'éthique est alors foulée du pied, mais lorsqu'il s'agit d'un africain, tout passe comme lettre la poste. C'est avec les africains uniquement que les leçons d'éthique sont appliquées. Il est alors regrettable de constater que face cette injustice dont sont victimes les Diack, leurs
compatriotes sénégalais ont été les premiers valider ces accusations invraisemblables.

Toutes les contrevérités produites par l'industrie de la presse française, sont honteusement reprises intégralement au Sénégal aux moments où les français, les anglais, les russes protègent leur concitoyens. Comment une entreprise de dopage et de corruption peut-elle prospérer impliquant le Président de l'IAAF sans que le Vice-président (devenu son successeur) n'y soit impliqué ?
Dans une interview accordée l'Equipe Lille, Gabriel Dollé s'est permis de présenter les choses comme s'il était sous télécommande, lui et ses comparses Pierre Yves Garnier responsable du recueil des données du passeport biologique et des expertises et Thomas
Capdevielle chargé des aspects réglementaires. Thomas et Garnier ont été extirpés de la procédure, Dollé est lui utilisé comme témoin charge contre les sénégalais. C'est cela la justice française. Lamine Diack fait plutôt face «une justice de la haine».
Une base de données de 12.000 échantillons de sang présumés suspects provenant de 5.000 athlètes a été divulguée. Les médecins experts en antidopage Michael Ashenden et Robin Parisotto allèguent que l'IAAF a fermé les yeux sur le dopage. Alors, dans ce
cas, qui sont les responsables directs de ce dopage si ce n'est les médecins français chargés du contrôle avant et après compétition ? Est-ce que dans cette affaire, chacun a fait son travail au bon moment ? Est-ce que les français Gabriel Dollé, Pierre Yves Garnier
et Thomas Capedevielle ont été vigilants avant le démarrage des compétitions en Russie ? Des questions liées au dopage ne relèvent pas de la responsabilité du chargé du marketing et du sponsoring ou du Président de l'IAAF encore moins du Trésorier. Que
chacun joue son rôle et les vaches seront bien gardées. Malheureusement, le médecin français n'a pas fait son travail, ce que la justice de son pays refuse d'admettre.

«Le Monde», un journal colonialiste
  AFFAIRE LAMINE DIACK : Le plus flagrant complot judiciaire de France  ( Mouth Bane)
Nous avons pris connaissance d'un article trop aérien, sans consistance, truffé de redondances et du déj dit, rédigé par la journaliste française Andrea Bambino de l'Afp. Un vrai bambino ! Dans le fond de son texte rien ne change et elle n'est sure de rien. La
presse française jouant le rôle d'élément supplétif du PNF et des juges d'instruction, annonce toujours les couleurs avant toute décision importante. Car ce dossier est d'abord médiatique. D'ailleurs, nous avons appris que le président Lamine Diack sera nouveau entendu par les magistrats français d'ici la fin de ce mois sur le dossier de Tokyo. C'est peut-être ce qui explique cet article vide de la journaliste Andrea Bambino dans «Le Monde». Tous les éléments du dossier ce sont retrouvés sur la place publique en violation du secret de l'instruction par la justice française elle-même.
Andrea Bambino rapporte qu'en 2009, «c'est sur des arguments similaires qu'il (Lamine Diack) a éconduit Chicago, malgré un coup de fil de Barack Obama et une rencontre avec la première dame des Etats-Unis ». Elle ajoute que Lamine Diack aurait dit : «Les EtatsUnis sont très forts en athlétisme mais n'organisent jamais les championnats du monde. J'ai également dit Michelle Obama que les autres membres de l'athlétisme ne voteraient pas pour Chicago ». Qui de Lamine Diack ou d'Obama lui a rapporté cet entretien ?
Lamine Diack paie-t-il pour ce refus Obama ?
Avec tout ce lynchage médiatique orchestré par la justice française peut-on aujourd'hui tolérer ses «affirmations» sous forme interrogative ? Surtout lorsqu'on sait que la plupart des accusations portées par les média européens ont été dites avec peu de certitude.
Aujourd'hui, Andrea se demande : «après quatre ans d'investigations, dont l'AFP a eu connaissance, une question demeure : le patron déchu de l'athlétisme mondial et ancien membre influent du Comité international olympique (CIO) Lamine Diack et son fils Papa
Massata Diack ("PMD") ont-ils monnayé leur soutien Tokyo contre des pots-de-vin déguisés en contrats de lobbying ? ». Commencent-ils douter de la culpabilité des sénégalais en s'interrogeant avec autant de prudence pour la première fois depuis le
début du complot ?
Le comble du ridicule dans l'article de l'Afp, c'est lorsque la journaliste justifie la compétence de la justice français par l'achat de montres Paris par PMD. Selon elle, «la boutique a reçu en novembre 2013 un virement de 85.000 euros de Black Tidings ».
C'est de l que la justice française puise sa compétence ouvrir une enquête sur ce dossier ?

Nous avons notre disposition, une compilation de mails datant de Novembre 2012 Août 2013. Ils sont composés de messages échangés entre les différents dirigeants de l'IAAF sur les plusieurs sujets. Mais le mail que Massata a adressé au français Essar
Gabriel a particulièrement attiré notre attention, de par son tempérament et le ton des mots. PMD remontait les bretelles Essar Gabriel qui s'immisçait sur les négociations avec Samsung Electronics. Le sénégalais négociait avec Samsung un contrat estimé 64
millions de dollar. Dans ce mail, il n'avait aucun complexe pour demander au français Essar d'arrêter ses agissements qui pourraient provoquer l'annulation des négociations avec Samsung. Mais les français n'aiment pas qu'un africain citoyen d'une ancienne
colonie leur parle sous ce ton. Massata l'a fait. Lamine Diack a été combattu par son successeur Coe dans l'unique but de l'écarter
totalement de la scène internationale, parce que malgré sa retraite, il allait devenir président d'honneur et allait toujours garder toute son influence aussi bien au niveau de l'IAAF que du CIO. Or, Coe avait d'autres objectifs. D'ailleurs, il supportait ouvertement
la candidature d'Istanbul lors de la session du CIO Buenos Aires en septembre 2013. Ce full-time job de lobbyiste est une des raisons du refus de la commission exécutive du CIO de l'intégrer comme membre. Il voulait devenir président de l'IAAF et membre du
CIO, dés 2016, mais Thomas Bach en a peur pour les prochaines élections présidentielles de 2021.

Véritablement, Lamine Diack mérite la reconnaissance de tout le monde sportif mondial pour le service qu'il a rendu l'IAAF pendant 39 ans. Son bilan a été très positif. Avant son arrivée, les pays occidentaux peinaient convaincre leurs citoyens mettre de
l'argent dans l'organisation d'événements sportifs planétaires. L'IAAF a connu les annulations des candidatures olympiques de Hambourg, Rome, Budapest, Stockholm...
Les sociétés occidentales qui avaient le monopole commercial du sponsoring des grands événements sportifs sont menacées par l'émergence des groupes asiatiques (Alibaba,Samsung, Anta, Sinopec..) et du GCC (Qatar Airways, Emirates, QNB, SBIC, ...) qui ont
plus de budgets disponibles. En plus, en termes de médailles, la balance tourne au profit des nations les moins nantis financièrement. Aujourd'hui, après l'isolement politique qui a échoué, les européens ont une volonté manifeste d'exclure la Russie de Vladimir Poutine du concert des nations au plan sportif. Les africains qui constituaient un frein ce plan stratégique de l'Europe devrait être tout simplement éliminés.
Voici des faits qui confirment la concordance des plans définis contre Lamine Diack pour le discréditer. En Décembre2014, en pleine session du CIO Monaco, le journal l'Equipe sort un article intitulé : «La Russie aurait-elle corrompu l'IAAF?», et le même soir, la
chaine allemande ARD sort la 1ère partie du documentaire dont le titre est : «Comment la Russie fabrique des champions'». Croyez-vous réellement que cette concordance deces faits relève d'une coïncidence anodine ? Non ! Elle rentre en droite ligne dans une
approche d'influence média mise en branle par le cabinet lobbying du successeur de Lamine Diack en intelligence avec les médias européens. Par la suite, Valentin Balakhnichev, Habib Cissé et PMD sont mis en cause principalement par les articles de
l'Equipe. La suspension de leurs activités au sein de l'IAAF sera demandée par la Commission Exécutive de I'IAAF, dès le 12 Décembre 2014. Tout cela est trop bien coordonné pour être le fruit d'un hasard. Le 07 Décembre 2014, la chaine allemande sort
la seconde partie du documentaire. Le film charge les sénégalais. Et le 08 Décembre 2014, le candidat anglais Sebastian Coe demande l'exclusion de la Russie de l'IAAF. Des Autorités sportives invitent le Président Lamine Diack faire comme De Gaulle en 1969 c'est dire de démissionner. Ce fut la position de Me François Carrard, avocat de l'AMA et d'Essar Gabriel Secrétaire général de l'IAAF. Pourquoi faire référence De Gaulle comme si Lamine était un français ?

Toute l'accusation portée contre les Diack repose sur du faux frappé d'un défaut de preuves. L'ancien cycliste anglais Dan Stevens interrogé dans un reportage intitulé : «Dopage : Scandale sportif ou arme politique », a dit : «Je pense que la raison principale
l'inexistence de l'industrie anti dopage ce n'est pas la protection des athlètes et du sport. Je crois que l'ensemble de l'association anti dopage et de l'industrie qu'elle représente, les règles qu'elle écrit, tout est basé sur la politique. Son but c'est de former une opinion négative sur certains pays, de manipuler le tableau des médailles olympiques pour des raisons politiques». Stevens a, au cours de ce reportage, dénoncé le médecin britannique Marc Bonard propos des 150 athlètes britanniques recevaient des médicaments grâce sa clinique privée. Et pourtant, jamais l'Agence Mondiale Antidopage n'a jamais ouvert d'enquête sur le cas de ces 150 athlètes anglais.
L'affaire Lamine Diack est loin de connaître son épilogue, car les média occidentaux, recrutés pour mener la campagne de dénigrement, savoir pour la France : Le Monde, Médiapart, L'Equipe, pour l'Angleterre : The Guardian, Daily Mail, pour l'Allemagne : ARD, Hajo Seppelt, sont en pied d'oeuvre pour nuire aux deux Sénégalais.
La communication est très importante dans ce dossier, ce qui explique l'ensemble des fuites sorties par des médias européens. Dans un article publié dans le journal français «Le Monde», le 25 Novembre 2016, intitulé : «Révélations sur les soupçons de corruption
la Fédération internationale d'athlétisme », l'auteur de l'article Yann Bouchez écrit : «Le Monde», avec la chaîne allemande ARD, révèle le système de chantage mis en place pour couvrir les cas de dopage d'athlètes russes avant les JO de 2012 ». La presse allemande et française (européenne) se sont alliées pour mettre en place ces colonnes médiatiques afin de gagner la bataille de l'opinion.

Gabriel Dollé, patron de l'antidopage l'IAAF a reconnu avoir touché au total 190 000 euros : 140 000 euros des mains de Lamine Diack et 50 000 de son fils, Papa Massata Diack. Ce qui est «une manière de le remercier d'avoir ralenti la procédure concernant certains athlètes russes» commente le journal «Le Monde». Or l'intéressé en personne Dr Dollé a dit dans un autre entretien avec l'Equipe, le 24 Juin 2016, avoir reçu cet argent comme «gratification de fin de parcours ». C'est--dire une indemnité de départ pour la retraite. Seulement, lorsque nous jetons un coup d'?il dans cette affaire, ce médecin
français est le principal responsable de ce scandale pour avoir violé son serment. A supposer que Lamine Diack lui avait demandé de retarder la publication de la liste des athlètes russes concernés pour des raisons liées au sponsoring, pourquoi l'avait-il accepté ? Pourquoi, il n'avait pas demandé Lamine Diack de prendre une décision écrite pour se couvrir ? Ni le Parquet financier ni le Juge d'instruction ne peuvent brandir un document authentique qui prouve que Lamine Diack avait demandé le retard de publication de la liste. Le médecin français a dit avoir été limogé par Lamine Diack, quelques semaines de son départ effectif. Maintenant avec son témoignage charge, il prend sa revanche sur Diack père.

Le journal «Le Monde» a aussi accusé le russe Balakhnichev d'avoir écrit un mail la date du 10 juin 2014, et qui parlait de l'approche appliquer pour éviter un scandale autour de cette affaire. Yann Bouchez auteur de l'article, par manque manifeste de respect aux lecteurs, dit ignorer si le mail (anonyme de surcroît) a été envoyé ou pas. De qui se moque-t-on enfin ?

Une curiosité frappante a été remarquée dans cette procédure. Me Habib Cissé qui la justice française avait refusé une liberté provisoire sous prétexte qu'il va se cacher au Sénégal, semble revenir de meilleurs sentiments au grand bonheur des français. Car, il a pris le contre pied de tout ce qu'il avait dit en faveur de PMD pour le charger par la suite dans le sens indiqué par le PNF et Van Ryumbeke. Il ira même jusqu' prédire
l'assassinat de Massata par les russes, oubliant même que ces derniers (les russes) ont refusé d'être des collabos des français. Les russes ont estimé que les français n'ont aucune crédibilité.

Certes, plusieurs virements ont été effectués entre les sociétés, Sporting Age SUARL basée Dakar, Black Tidings et d'autres personnes ou structures. Mais en quoi cela devrait-être jugé d'illégal ? PMD qui travaille, gagne des commissions, perçoit des indemnisations, son salaire etç n'a-t-il pas le droit d'ouvrir des comptes et de faire des virements, comme le ferait n'importe quel autre travailleur ? Ou voulaient-ils qu'il mette son salaire dans ses valises ? Il faudrait un moment donné qu'on sache ce que l'on veut?

Des cas de corruption avérés au CIO jamais sanctionnés
  AFFAIRE LAMINE DIACK : Le plus flagrant complot judiciaire de France  ( Mouth Bane)
«Il faut dire que le CIO a essuyé le feu des accusations de corruption bien avant la Fifa. Et pour des raisons similaires : l'attribution des Jeux Olympiques. Le scandale a éclaté en 1998, peu après l'obtention des JO 2002 d'hiver par la ville américaine de Salt Lake City. Des membres du CIO sont accusés d'avoir touché des pots-de-vin de la part du comité d'organisation. Sont mis en cause, pêle-mêle, un ancien ambassadeur du Congo en Chine,
un Libyen, un ressortissant du Swaziland, un Chilien, une Finlandaise. Plusieurs ont obtenu le paiement de l'inscription de leurs enfants dans des universités américaines. Le département américain de la Justice ouvrira une enquête. Il finira par blanchir tout le monde. Mais certains membres du CIO sont exclus. Et l'institution créée par Pierre de Coubertin entame dès 1999 une vaste réforme de sa gouvernance », a avait écrit le journal «l'Echos », le 01 Juin 2015.

«France Info » a rappelé dans un article que «dans le passé, le CIO a déj fait face des épisodes peu glorieux en termes d'éthique ». Il soutient que «L'ex-président emblématique de l'institution, Juan

Nous vous recommandons