AFFAIRES DIARY SOW, BOUBACAR SEYE. : Les vérités de Moise Sarr

Par , publié le .

Actualité

 

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur s’est montré hier optimiste, dans l’émission »˜’Jury du dimanche », sur l’affaire de la disparition de Diary Sow. Moise Sarr a, en outre, évoqué l’arrestation de Boubacar Sèye et la situation des Sénégalais de la diaspora.

 

Il y aurait plus de peur que de mal dans l’affaire Diary Sow. Cette jeune étudiante sénégalaise au lycée Louis Le Grand de Paris, portée disparue depuis 15 jours, serait hors de danger. Le secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur indique d’ailleurs qu’il y a de bonnes raisons de rester optimiste.

Invité de l’émission »˜’Jury du dimanche » de iRadio, Moà¯se Diar Diégane Sarr confirme que la piste criminelle ne semble pas, pour le moment, privilégiée. Toutefois, relève, M. Sarr, les recherches pour retrouver la jeune fille ne s’estompent pas pour autant.  

»˜’Il y a une task force et un comité de gestion de crise qui a sa tête l’ambassadeur qui travaille directement avec les services français compétents. Il faut également saluer la très belle mobilisation du peuple sénégalais qui a fait preuve d’une solidarité exceptionnelle, à  commencer par le chef de l’Etat qui, dès le début, a instruit le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur qui a répercuté cette instruction à  l’ambassadeur », renseigne le secrétaire d’Etat.

Moise Sarr rappelle que ces affaires relèvent habituellement de la compétence consulaire. Mais pour ce cas précis, c’est l’ambassadeur, qui représente le président de la République en France, qui s’est saisi de la question, le même jour o๠la disparition de Diary Sow a été notifiée par le consul général et le Quai d’Orsay.

Ainsi, indique-t-il, le ministère des Affaires étrangères de la France est saisi, ainsi que celui de l’Intérieur, et le consul général est en relation directe avec le directeur de l’enquête. Ce qui fait que des rapports leur sont adressés au quotidien sur la question. »˜’Je le dis et je le répète, nous avons des raisons d’espérer. Si Diary nous écoute ou nous lit, j’aimerais lui dire que nous tous, sa famille que j’ai eu à  visiter avec Serigne Mbaye Thiam, que tout ce peuple sénégalais l’attend à  bras ouverts », déclare Moise Sarr.

Ce dernier rassure également que l’enquête pour élucider cette affaire est menée par des services rompus à  la t'che et des instructions ont été données au plus haut niveau.

En effet, explique, Moise Sarr, le chef de l’Etat lui-même suit cette question de très près, à  fortiori les services consulaires et diplomatiques. »˜’Je ne pourrais pas dire que c’est une question d’Etat, mais ce que je peux dire, c’est que tout est mis en Å“uvre. Il y a un engagement ferme de l’Etat du Sénégal à  travailler avec les services compétents français ».

L’affaire Boubacar Sèye

Le Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, chargé des Sénégalais de l’extérieur s’est également prononcé sur l’arrestation du président de l’ONG Horizon Sans Frontières, mis aux arrêts vendredi dernier et qui risque d’être déféré ce lundi.

Sur ce sujet relatif à  la gestion des fonds destinés à  l’émigration irrégulière, Moise Sarr reconnait que le Sénégal garantit la liberté d’expression. Seulement, précise-t-il, on ne peut pas, parce qu’on est président d’une ONG, proférer des accusations gratuites contre un gouvernement comme celui du Sénégal. »˜’J’ai lu dans la presse qu’il a accusé le gouvernement du Sénégal d’avoir détourné des milliards qui ont été financés par l’Union européenne pour lutter contre l’émigration irrégulière. Il a même dit qu’il détient les preuves. Je pense aujourd’hui qu’on lui offre une belle opportunité de pouvoir sortir toutes ces preuves devant la justice et le peuple sénégalais. La liberté va de pair avec la responsabilité », estime M. Sarr.

Face à  Mamadou Ibra Kane, le secrétaire d’Etat est revenu sur la situation des Sénégalais de la diaspora qui, dit-il, ont été rudement éprouvés par la pandémie de la Covid-19. D’après Moise Sarr, les dernières estimations de la Banque mondiale font état d’une diminution de 20 % des transferts d’argent des migrants à  l’échelle mondiale.

En outre, prévient-il, il y aura forcément des licenciements, des pertes d’emploi, des reconversions. C’est d’ailleurs, souligne M. Sarr, ce qui avait justifié la décision du chef de l’Etat d’accorder 12,5 milliards à  la diaspora. A l’heure du bilan, se réjouit le secrétaire d’Etat, environ 127 000 compatriotes résidant dans 142 pays ont été accompagnés. Et rien qu’en Afrique, c’est 99 000 compatriotes qui ont été aidés.

 »˜’Nous travaillons à  accompagner cette diaspora, dans le cadre du Pap2A, pour que ceux qui veulent revenir puissent être accompagnés dans le cadre du dispositif que le chef de l’Etat a bien voulu mettre en place ». Monsieur Sarr rappelle que les Sénégalais vivant à  l’étranger ont surtout, avant l’avènement de Macky Sall au pouvoir, suppléé l’Etat du Sénégal avec la construction d’écoles, de cases de santé, de dispensaires, de forages.

HABIBATOU TRAORE

 

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut