Afghanistan et Birmanie privés de parole à  l’Onu

Par , publié le .

Actualité

 Au dernier jour lundi de l’Assemblée générale de l’Onu, Afghanistan et Birmanie ont été privés de parole à  la suite de tractations internationales visant à  empêcher une cacophonie alors que des responsables de ces deux pays s’opposaient pour revendiquer le discours annuel de leur Etat. Sur les 193 membres de l’Onu, deux échapperont ainsi à  la règle donnant un droit d’expression à  tous. Une curiosité parmi d’autres du marathon qui aura vu à  New York une centaine de dirigeants et des dizaines de ministres bravant la pandémie de Covid-19.
 
Au programme diffusé par l’Onu figurait encore pour lundi soir l’ambassadeur afghan Ghulam Isaczai, membre du cabinet du président déchu Ashraf Ghani, bien qu’il ait été révoqué par les talibans. Mais dans la matinée, surprise, l’Afghanistan n’est plus inscrit. «Ce pays a retiré sa participation au débat général», a annoncé la porte-parole de l’Assemblée générale, Monica Grayley, en précisant qu’«aucune raison n’avait été donnée» sur cette décision prise in extremis.
Interrogés par l’AFP pour savoir si ce retrait lié à  une double demande d’intervention contradictoire était dà» à  une entente – entre Washington, Pékin et Moscou – similaire à  celle survenue récemment pour la Birmanie, plusieurs diplomates ont laissé entendre que tel avait été le cas. «J’imagine» qu’il y a eu un accord entre ces puissances, indique sous couvert d’anonymat une ambassadrice membre du Conseil de sécurité. «Il s’agit d’une décision sage», ajoute un autre diplomate, alors que le chef de la diplomatie russe Sergue௠Lavrov a évoqué ce week-end une coopération active et concertée de la Russie, de la Chine, du Pakistan et des Etats-Unis à  l’égard des talibans.
Au pouvoir depuis aoà»t, les talibans, en quête de reconnaissance internationale, n’avaient demandé que la semaine dernière aux Nations unies que leur nouveau ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, puisse intervenir à  l’Onu. Cette requête est intervenue «trop tard» pour être prise en compte, a indiqué à  l’AFP un responsable de l’Onu.
Pour la Birmanie, la junte au pouvoir depuis le coup d’Etat du 1er février et l’ambassadeur birman rebelle Kyaw Moe Tun, choisi par l’ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi et toujours accrédité auprès de l’Onu, réclamaient tous deux de parler au nom de ce pays. «Un accord est intervenu entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine» pour que ce dernier ne s’exprime pas, avait expliqué récemment sous anonymat un ambassadeur de l’une de ces trois puissances. «Profil bas», avait confirmé à  l’AFP Kyaw Moe Tun, soutenu par une majorité de la communauté internationale et cible récemment d’un complot présumé visant à  le faire démissionner, quitte à  le tuer s’il refusait. En mai, la junte a nommé un ex-militaire pour le remplacer mais cette désignation n’a toujours pas été entérinée par l’Onu.
La nomination de nouveaux représentants pour l’Afghanistan comme pour la Birmanie passe par une commission onusienne formée notamment des Etats-Unis, de la Russie et de la Chine. Le consensus est la règle mais pour ces deux pays «il n’y en a pas, donc il y aura un vote» dans les mois qui viennent de l’Assemblée générale, prédit un responsable de l’Onu.  

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)