Afghanistan : une joueuse de volley-ball aurait été tuée par les talibans

Par , publié le .

Actualité

L’entraîneuse d’une équipe de volley-balle jeunes d’Afghanistan affirme que l’une de ses jeunes a été décapitée par les talibans. Le drame aurait eu lieu en début de mois.

C’est sous couvert de l’anonymat que l’entraîneuse de l’équipe de volley-ball féminine jeunes d’Afghanistan a communiqué une dramatique nouvelle. Elle a ainsi annoncé la mort de l’une de ses joueuses, Mahjabin Hakimi, qui aurait été tuée par les talibans. L’information a été révélée par le Persia Independant, et entre autres rapportée par Ouest-France. «Les talibans ont décapité l’une de mes joueuses»»‹, a affirmé l’entraineuse.

La victime était l’une des joueuses les plus en vue de l’équipe de volley-ball de la municipalité de Kaboul. C’est début octobre qu’elle aurait été assassinée selon son entraîneuse. Les proches de Mahjabin Hakimi auraient été menacés de représailles si jamais ils ébruitaient la mort de la joueuse. Mais depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux s’étaient fait l’écho de cette disparition, image à  l’appui.

Depuis le retour au pouvoir des talibans, nous dit-on, de nombreuses athlètes afghanes ont fui le pays, craignant ainsi pour leur vie. Les talibans verraient d’un très mauvais Å“il que les femmes afghanes s’adonnent à  une pratique sportive. Selon l’entraîneuse, seules deux de ses joueuses auraient pu quitter le pays. Les autres auraient été réduites à  détruire tous les objets attestant de leur pratique du volley-ball, en plus de devoir se cacher pour celles qui étaient connues via ce sport. Le mois dernier, deux ex-volleyeuses de l’équipe nationale ayant trouvé refuge au Royaume-Uni avaient déclaré à  la BBC que l’une des leurs avait vraisemblablement été tuée par les talibans : »‹«à  cette époque, les talibans envahissaient toutes les villes et il n’y avait pas d’autres groupes qui auraient pu faire ça. Ce n’était qu’une simple joueuse de volley, elle n’avait rien fait de mal».

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)