Aliou, ce n'est pas toi...
Le Sénégal est un pays bien singulier. Voilà un pays où des gens qui ont tout raté de leur vie sont adulés et leurs propos sanctifiés ! Voilà un pays où de grandes gueules, au propre comme au figuré, et des repris de justice tiennent des éditions spéciales, en prime time, pour éclairer les Sénégalais sur des questions aussi sensibles et complexes que le pétrole et le gaz ! Voilà un pays où ce sont Ahmet Aidara, Clédor Sène, Pape Alé Niang, Ndiaye Doss, Oumar Faye et d'autres - dont les seules lignes lisibles sur les Cv sont ancien joueur de navétane, ancien animateur, défenseur éclairé et déclaré des intérêts du peuple - , sont les seules voix autorisées à montrer aux Sénégalais la voie du développement!

Las ! A force d'envahir nos foyers, ils sont désormais auréolés du prestige que confère encore la magie de la télé. A force de déblatérer, d'aboyer et de vociférer sur les ondes, leurs voix se sont imposées, chassant ainsi les sachants qui ont fini par se poser. Désormais, il leur revient la glorieuse fonction de formater l'opinion publique sénégalaise, selon leurs propres pulsions et fantasmes. Comme si, 4 mois auparavant, ce charmant peuple ne leur avait pas cloué le bec, en légitimant une deuxième fois la gouvernance et le système définis par le Président Macky Sall.
Dans tout autre pays sérieux, cette catégorie d'individus n'apparaîtrait à la télé qu'en deuxième partie de soirée, après que les enfants sont au lit, et que les téléspectateurs sérieux ont envie de digérer et de rigoler un peu.

S'agrippant à une prétendue exclusivité d'un document de la BBC, ces éclairés à la petite semaine et de nouveaux opposants, en l'occurrence Abdoul Mbaye et Thierno Alassane Sall, à qui on a enlevé le pain de la bouche, jouent les vierges effarouchées et demandent à Aliou Sall de rendre le tablier.

A une certaine époque, pas lointaine, « The Axis of Evil » a été théorisé avec intelligence, par la toute puissante Amérique. Le nouvel Axe du Mal sénégalais est désormais constitué d'une certaine presse, d'une société civile puérile et d'une opposition sans classe, incapable de s'élever et de poser le débat politique sur les cimes de la République.

Ce n'est pas toi, Alioù

Cet après-midi-là, en enfilant ton bazin immaculé, pour les besoins d'une conférence de presse, tes enfants, Macky Jr et Cathy, avaient raison de te demander : «Papa, qu'est-ce qu'ils te veulent encore ? ». Dans une franche rigolade et ton habituelle insouciance, tu leur réponds : « ce sont encore leurs enfantillages ! ».
Tu as, en effet, raison de dédramatiser et de banaliser, devant les enfants, cette confusion savamment entretenue, car il ne s'agit pas de toi.

Ceux qui te connaissent personnellement et ceux qui connaissent les valeurs que feue mère Coumba a inculquées à ses enfants, savent que ce n'est pas toi. Ce n'est pas toi, parce que, de la mairie de Guédiawaye à la Caisse des Dépôts et Consignations - où la très clean Nafi Ngom Keita a honteusement casé son enfant -, les populations et les personnels, à l'unanimité, saluent le bilan accompli et les efforts consentis.

En vérité, ce n'est pas toi qui les intéresse ; ce qui les intéresse, c'est de prouver, chaque jour, que le peuple avait tort de réélire le grand Bâtisseur, Macky Sall. Quitte à s'allier avec des puissances occultes ! En bon français, on qualifie ceux qui trahissent leur patrie de « renégats ». En sniffant du pétrole qui ne sortirait des côtes sénégalaises que dans 3 ans, ils en sont devenus ivres, au point de s'allier avec le diable pour déstabiliser notre si beau pays.
Au fond, Aliou Sall aurait posé sa sébile au Roind-point de Sandaga, pour faire la manche, que certains esprits tordus l'auraient qualifié de trafiquant d'influence.

Aliou Sall aurait été un quelconque agent de l'administration sénégalaise que certains y auraient trouvé à redire.
Aliou Sall aurait été un locataire dans un populeux quartier de Dakar que certains auraient qualifié son frère de président de méchant.

Finalement, dans ce document de la BBC, ça n'est pas tant les questions soulevées qui les intéressent. Ce qui les bouleverse et leur fout une boule à la gorge, c'est que, honteusement «sourcée», la journaliste révèle à ces aigris les revenus d'à l'époque de M. Sall.
Que veulent-ils' Déstabiliser ce pays et prouver que le pétrole est une malédiction, pour faire regretter aux Sénégalais les découvertes attendues. Tant que le Président qui est là s'appelle Macky Sall. Il n'en est pas digne, selon eux. Mais, savent-ils simplement que la baraka est une oeuvre divine et que les prières de feu Pa' Mbegnou et feue mère Coumba ne sont pas et ne seront jamais vaines.
Tu vois, cher Aliou, ce n'est pas toi. Ce n'est vraiment pas toî



Moustapha O. Ndiaye
Ancien membre Air Macky

Nous vous recommandons