Aliou Sall et ses balivernes..

Faut faire son deuil désormais de tout ce qui concerne l'affaire Aliou Sall empêtré dans une histoire sordide de pots -de -vin sur notre pétrole qui sent si fort et notre gaz. En finir avec le cirque qui se tient tout près de la prison centrale de Rebeuss. Lorsque le maire de Guédiawaye convoquait la presse pour laver sonhonneur,jurant sur le Saint Coran et presque en larmes, il ne racontait que des balivernes ses anciens confrères. Les meilleurs morceaux, il les réservait aux enquêteurs de chez qui il est ressor soulagé mardi. Il ne lui restait qu' s'autoriser quelques « Pakargny ». Alors pourtant il est soupçonné d'être un brigand, les enquêteurs lui ont déroulé le tapis rouge. Et l'ont entendu comme... témoin. Teuss ! Le voleur, ça n'existe pas ! Circulez, il ne saurait y avoir aucune tache de pétrole sur le boubou immaculé du bienheureux frère du Chef. Et tant pis si d'autres sur qui on portait des soupçons de vols de nos deniers publics, ont été envoyés sans ménagement en prison. A Sall, il ne lui arrivera rien, croyez- nous. Lui-même le dit, le frère l'aime plus que nous. Pensez -vous, mettre son frangin en prison, même s'il est reconnu coupable. Faut-pas rêver. Dans quelques jours, si nos « Lions » reviennent du Caire avec le « Graal », personne ne reparlera de ces histoires de Fran Timis et autres scandales dix milliards de dollars. Tour cela sera oublié dans le vacarme populaire exactement comme ce qui arrive présentement Khaf. Juste que des dames leaders qui veulent le remettre sa vieille mère, plutôt que de l'aider sortir par la grande porte, ont eu la mauvaise idée d'aller frapper la porte de Marième Faye. Grosse erreur ! De quoi elles se mêlent ? Certes, on sait que c'est Marième Faye qui décide dans ce pays, mais de l aller lui demander d'intercéder auprès de won mari pour la libération de Khaf. Or, on sait bien que ce n'est pas le mari qui décide, mais elle. Elle, par conséquent, qui a mis Khaf en prison. CQFD.

Nous vous recommandons