Aliou Sow: "Au Pds, les exécutants d'hier sont les exécutés d'aujourd'hui"

Aliou Sow: "Au Pds, les exécutants d'hier sont les exécutés d'aujourd'hui"

Seneweb Il y'a 3 semaines  Source

Le Parti démocratique sénégalais (Pds) traverse une tourmente depuis que le Secrétaire général national, Abdoulaye Wade, a dissout le Secrétariat exécutif national (Sen). Dans cette nouvelle configuration, les jeunes se taillent la part du lion en lieu et place de grands noms du parti. De Oumar Sarr Babacar Gaye en passant par Abdoul Aziz Diop, Cheikh Tidiane Seck…, ils ont tous été éjectés. Une décision qui ne passe pas pour les ex-cadors du parti. Cependant Aliou Sow, ancien ministre et ex membre du Pds n'y voit pas ombrage et s'en explique.

« Il n'y a presque rien de nouveau sous les cieux », formule Aliou Sow. Selon l'ancien ministre libéral et non moins ancien patron de l'Ujtl (la structure des jeunes libéraux), « les exécutants d'hier sont les exécutés d'aujourd'hui, comme le dit un de nos doyens ». Le PDS a des dispositions qui donnent les pleins pouvoirs au Secrétaire général dans certaines situations. « Parfois il y'a des entorses, mais qui ont été tolérées et c'est devenu une jurisprudence qui a force de textes. Aujourd'hui, les personnes déchues ont été promues de la même manière. Mais les gens ne se plaignent que quand les choses ne marchent pas en leur faveur », déplore celui qui dirige le Mouvement patriotique pour le développement du Sénégal (Mpds).

Pour étayer ses propos, Aliou Sow exhume son propre cas lors de confrontations avec Modou Diagne Fada, alors patron de l'Ujtl. « J'ai été le numéro 2 de l'Ujtl, avant de devenir son remplaçant quand il a atteint la limite d'âge. Alors qu'il y avait des tensions avec lui et ses nombreux proches restés dans le bureau, Wade avait choisi de dissoudre la direction et a mis une commission nationale pour réorganiser l'Ujtl, que j'ai dirigée et renouvelée. Ce fut le même cas avec Fada quand Wade lui a confié la direction du comité de relance après Joseph Ndong, son rival d'alors ».

Après le congrès des jeunes (la conférence nationale) du 24 décembre 2006 présidée par Wade, tous les délégués l'avaient élu secrétaire national de l'Ujtl. « Mais quand j'ai commencé me rebeller, ils m'ont enlevé pour me faire remplacer par mon adjoint. Aujourd'hui, il a beau se plaindre, Oumar Sarr n'a jamais été élu par un congrès numéro 2 du PDS, c'est sur la même base qu'il l'a enlevé pour mettre d'autres », assène Aliou Sow.

Pour le président du Mpds, au-del de tous ces remous, la volonté de Me Abdoulaye Wade de rajeunir le Pds est salutaire. « Je fais partie des premiers lui faire la proposition en 2012. Ma conviction, c'est qu'aujourd'hui pour que le Pds renaisse de ses cendres, il faut des jeunes dynamiques. Tout parti qui ne se rajeunit pas, disparaît. Ceux qui pensent que les grands partis historiques continueront d'exister et de dominer la scène politique se trompent. Même des gens sans parti peuvent gagner des élections avec des structures bien organisée. Les Sénégalais en ont marre des politiciens professionnels », invective-t-il.

Nous vous recommandons

Actualité

Allemagne: Neuer recadre Ter Stegen

Seneweb

Actualité

Amadou Hott va signer trois accords de financement, lundi

Seneweb