ANTOINE F. DIOME SUR LES FAUTEURS DE TROUBLES : »˜’On ne tolérera pas qu’il y ait des débordements »

Par , publié le .

Actualité

 

La justice va être appliquée dans toute sa rigueur, sur toutes les personnes qui ont été arrêtées, hier, dans le cadre des manifestations liées à  l’interpellation d’Ousmane Sonko. L’annonce est du ministre de l’Intérieur Antoine F. Diome.

 

Hier, après l’annonce de la garde à  vue du leader de Pastef, Ousmane Sonko, par les éléments de la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane, ses militants ont commencé à  affronter les forces de l’ordre, dans différents endroits stratégiques de la capitale. Les manifestants s’en sont aussi pris à  des boutiques d’Auchan (Gibraltar, Castors, HLM, Scat-Urbam, etc.), des commerces, des stations-services et d’autres édifices pour manifester leur courroux, à  travers des saccages et des incendies. Des dizaines de personnes ont été interpellées par les forces de défense et de sécurité.

Dans l’édition de 20 h de la RTS1, le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome, a informé que la justice fera son travail, concernant les manifestants qui ont été arrêtés. »˜’Il est certain que lorsque nous faisons le travail de maintien de l’ordre pour le rétablissement de l’ordre, la justice prend le relais. Entre les mains de cette dernière, tous les traitements qui doivent être faits à  ces différentes questions le seront. Mais, en tout état de cause, on ne tolérera pas qu’il y ait des débordements ou écarts, dans le cadre des différentes expressions d’opinion. Le Sénégal est un Etat de droit o๠chacun est libre d’exprimer son opinion, mais cela doit se faire dans le cadre strict des lois et règlements », a soutenu le ministre. Pour qui, ses services vont faire le travail qu’il faut.

 Ainsi, dit-il, tant qu’il y aura des interpellations, il appartiendra à  la justice de trancher. C’est à  elle de dire si oui ou non les personnes qui ont été interpellées sont coupables des faits qui leur sont reprochés. »˜’Une affaire en justice est traitée par rapport aux lois et règlements du pays. Donc, il appartient à  la justice et certainement pas au ministre de l’Intérieur de dire ou de déterminer quelle est la suite à  réserver à  une affaire en cours. Mais, en tout état de cause, en ce qui concerne le maintien et le rétablissement de l’ordre public, force restera à  la loi, avant ou après la commission d’un trouble. Toutes les dispositions seront prises par la République du Sénégal pour qu’il n’y ait pas du débordement qui ne soit pas pris en charge correctement, dans le cadre des méthodes techniques et classiques de l’établissement de l’ordre », a promis le ministre.

De façon préventive ou curative, a-t-il ajouté, à  chaque fois qu’il y a trouble, c’est par la loi qu’ils vont essayer de lui appliquer le traitement adéquat. »˜’Ce soir, pour ceux qui sont tentés de faire des infractions, toutes les dispositions seront prises pour que force reste à  la loi, dans le cadre du traitement qui doit être approprié à  cette infraction. Mais, en même temps, un appel a été lancé à  la sérénité pour une expression faite de façon divergente avec des opinions différentes. On peut comprendre que les uns et les autres n’aient pas la même opinion, pour ne pas dire la même manière d’appréhender le sujet », a conclu M. Diome.

CHEIKH THIAM

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut