Arrestation au Malawi d'un prédicateur star qui avait fui l'Afrique du Sud

Par , publié le , Modifié le .

Actualité

Le prédicateur star millionnaire Shepherd Bushiri, impliqué dans une affaire de fraude et blanchiment en Afrique du Sud, a été arrêté mercredi au Malawi, d'où il est originaire, a annoncé la police.

Shepherd Bushiri, « prophète » auto-proclamé d'une église évangéliste fondée à Pretoria, avait fui au Malawi la semaine dernière, contrevenant aux strictes conditions de libération sous caution imposées par un tribunal sud-africain.

La police du Malawi avait lancé mardi une chasse à l'homme pour le retrouver, après la diffusion par Interpol à Pretoria d'un mandat d'arrêt.

« Le prophète et sa femme se sont rendus eux-mêmes à la police (à Lilongwe, la capitale du Malawi) mercredi 18 novembre 2020 lorsqu'ils ont eu vent de leur arrestation imminente », a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la police James Kadadzera.

Le couple sera présenté à la justice, a-t-il ajouté.

Selon le porte-parole du prédicateur, Ephraim Nyondo, Shepherd Bhushiri avait de toute façon l'intention de se présenter de lui-même à la police du Malawi pour montrer « qu'il n'est pas un fugitif ».

« Il est au Malawi pour chercher justice, ce dont il ne pense pas bénéficier en Afrique du Sud », a ajouté son porte-parole.

Célèbre en Afrique australe, l'église évangéliste qu'il a fondée à Pretoria, baptisée Enlightened Christian Gathering Church (ECG), a des milliers de fidèles.

Egalement homme d'affaires au train de vie fastueux, qui a investi dans l'industrie minière, les télécommunications ou encore l'hôtellerie de luxe, sa fortune est estimée à plusieurs millions d'euros. Une part est tirée des dons des croyants.

Accusé de détournement de fonds et fraude mettant en jeu plusieurs millions d'euros, il avait été arrêté avec son épouse Mary par les autorités sud-africaines et libéré sous caution le 4 novembre.

Les autorités sud-africaines, qui enquêtent pour savoir comment le prédicateur a pu quitter le pays, ont lancé une procédure judiciaire en vue de son extradition.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut