Article n°277228

L'IPRES n'a pas respecté ses engagements au prés des hôpitaux publics depuis 4 5 mois.

Des retraités de Thiès sont sortis ce mardi matin 30 juin 2020 dans la rue, la promenade des Thiessois pour exprimer leur ras le bol. De quoi et de qui se plaignent-ils ? Selon leur porte parole, Mamadou Cogna Ndiaye « c'est parce que depuis 4 5 mois, l'IPRES n'a pas respecté ses engagements au prés des hôpitaux publics, que les retraités n'y sont plus pris en charge. »

Ayant usé en vain de tous les moyens de sensibilisation pour attirer l'attention des autorités sur leur triste sort, ils ont fait comme les jeunes pour fustiger leur attitude.

Pour montrer la gravité de la situation, Mamadou Cogna Ndiaye informe « qu'en une semaine, une épouse de retraité et un retraité sont morts Thiès, faute de lettres de garantie, qui ne sont plus acceptées par les structures sanitaires. »

Une dette d'une dizaine de millions ne vaut pas des pertes en vie humaines.

Pour Ousmane Kébé, « la situation est vraiment inacceptable, car il s'agit d'une dette d'une dizaine de millions, qui ne vaut pas les pertes en vie humaines. »

Ils ont aussi indexé les organisations qui les représentent, « avec leurs têtes les mêmes hommes, depuis 40 ans en fonction, et qui sont devenus inefficaces et illégitimes. »

Dans leurs arguments, pour encore montrer l'urgence du problème « les retraités font vivre au Sénégal 30% des ménages cause du chômage des jeunes. »

La gérontocratie n'est-elle plus africaine ?

Nous vous recommandons