Assainissement et développement de l’enseignement moyen : Le Sénégal et l’AFD signent 2 conventions de financement

Par , publié le .

Actualité

L’Etat du Sénégal et l’Agence française de développement (Afd) ont décidé de s’accorder sur un nouveau partenariat au profit des populations sénégalaises. En effet, le ministre de l’Economie, du Plan et de Coopération du Sénégal, Amadou Hott, et l’Ambassadeur de la France au Sénégal, Son Excellence Philippe Lalliot, ont paraphé deux conventions de financement. 

La cérémonie de signature officielle s’est tenue, ce vendredi 7 mai, à  la Direction générale de la planification et des politiques économiques (Dgppe). Elle a noté la présence de la Secrétaire générale du ministre de l’Education nationale, Mme Khady Diop Mbodj, du Directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), Dr Ababacar Mbaye, du directeur de l’Afd à  Dakar, Alexandre Pointier, entre autres.

Deux projets pour un financement de plus de 26 milliards


Il s’agit ici, d’une convention de financement du Projet d’assainissement autonome dans la région de Dakar pour un montant total de 20 millions d’euros (13,10 milliards de FCFA) sous forme de crédit et 5 millions d’euros (3,27 milliards de FCFA) sous forme de subvention, soit un total de 25 millions d’euros (16,47 milliards FCFA) et d’une convention de financement du Projet d’Appui au développement de l’enseignement moyen (ADEM 2) pour un montant de 15 millions d’euros, soit 9,8 milliards de FCFA. Ce qui fait un financement global de 26,27 milliards de francs Cfa. 


Près de 400 000 personnes bénéficieront de « services d’assainissement et d’hygiène gérés en toute sécurité »


Selon le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, ce projet d’assainissement autonome dans la région de Dakar, financera des lots de construction et réhabilitation d’environ 10 000 ouvrages. Il permettra d’«améliorer durablement les conditions de vie des populations des communes de la banlieue de Dakar (Pikine, Guédiawaye et Rufisque) ».

Amadou Hott ajoute que, dans les établissements scolaires publics de l’élémentaire et du moyen, 2 000 toilettes neuves seront construites, 700 toilettes réhabilitées avec notamment 100 dispositifs de lavage des mains, 500 poubelles et un branchement à  l’eau potable. Et dans les centres de santé de l’agglomération de Dakar, neuf (9) toilettes neuves seront construites, 80 toilettes réhabilitées avec 15 dispositifs de lavage des mains et de gestion des déchets dangereux.

Pour lui, avec ces réalisations, environ 372 000 personnes bénéficieront de « services d’assainissement et d’hygiène gérés en toute sécurité ».

Par ailleurs, le projet prévoit la réhabilitation des stations de traitement des boues de vidange de Tivaouane Peulh, des Niayes et de Rufisque ainsi que la construction d’une nouvelle station à  Cambérène.


« Relever le défi de la transition primaire-collège pour favoriser une éducation de base de qualité pour tous »


Concernant le secteur de l’éducation, le ministre renseigne que le projet ADEM 2 est une suite logique de la première phase achevée en 2020 au terme de laquelle 14 collèges ont été construits ou réhabilités dans la région de Dakar. Un projet qui, selon lui, a également permis au ministère de l’Education nationale de « renforcer les capacités de plus de 2 000 enseignants et encadrants pédagogiques sur des thématiques liées à  la réussite des élèves et d’appuyer 78 projets d’établissement » dans les différentes académies de la région de Dakar. 


Compte tenu de ces résultats obtenus, ADEM 2 va « contribuer à  relever le défi de la transition primaire-collège pour favoriser une éducation de base de qualité pour tous, à  travers l’accroissement et l’amélioration des conditions d’accueil des élèves », signale Amadou Hott. Qui précise que ledit projet interviendra principalement dans les zones péri-urbaines des régions de Dakar, Thiès et Kaolack, conformément aux objectifs du Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence du secteur de l’éducation et de la formation (PAQUET-EF). Il cible 26 établissements d’enseignement dont 18 Collèges d’enseignement moyen (Cem) et 8 lycées pour le secondaire général. 

Pour finir, le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a rassuré le diplomate français, conformément à  la vision du président de la République Macky Sall, que le Gouvernement, à  travers la mise en Å“uvre de ces projets, portera « une attention particulière aux enjeux de genre et d’égalité, non seulement dans le secteur de l’éducation pour un meilleur accès des filles à  l’école, mais également dans le cadre de la prise en charge des besoins spécifiques des femmes » à  travers le projet d’assainissement autonome de Dakar, dans sa composante 1.


« Ces projets illustrent, une nouvelle fois, la qualité de la coopération entre le Sénégal et la France » 


L’ambassadeur de France au Sénégal, pour sa part, a souligné que ces projets sont au « premier rang des priorités de l’agenda bilatéral et illustrent, une nouvelle fois, la qualité de la coopération entre le Sénégal et la France ».


« Le défaut d’assainissement demeure la deuxième cause de mortalité des jeunes enfants en Afrique »


De l’avis de Philippe Lalliot, « le défaut d’assainissement demeure la deuxième cause de mortalité des jeunes enfants en Afrique, après le Paludisme ». Et la pandémie de la Covid-19 nous a, par ailleurs, « rappelé l’importance de l’assainissement, maillon essentiel de la lutte contre la pandémie et, plus généralement, contre la propagation des maladies ».  

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut