Attaques contre les casernes : « Les infrastructures abritent des armes et ne sauraient à ªtre les cibles d’actes de pillage » (Gendarmerie)

Par , publié le .

Actualité

24 heures après l’attaque, par des manifestants, de la brigade de Diaobé, le Haut commandement de la Gendarmerie nationale a réagi, « dans la journée d’hier, la brigade de Diaobé a été prise d’assaut, ses bâtiments et ses véhicules de service ont été incendiés. A ce rythme, ces destructions annihileront sans nul doute les efforts consentis durant ces années pour relever le niveau de sécurité des personnes et des biens », note le communiqué. Le Haut commandement a, ainsi à  la prise de conscience des populations afin d’éviter de créer une situation propice au grand banditisme et à  la criminalité, « il est à  rappeler que les infrastructures de la Gendarmerie abritent des armes, des minutions et des explosifs et ne sauraient être les cibles de ces actes de pillage ». Le Haut commandant a également averti, « dans tous les cas, les commandants de caserne ont reçu des instructions pour prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sauvegarde de leurs cantonnements conformément aux lois et règlements en vigueur ».

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut