Bas-Rhin : un adolescente de 13 ans passée à  tabac, sept suspects interpellés

Par , publié le .

Actualité

Lundi après-midi à  Schirmeck, dans le Bas-Rhin, une adolescente de 13 ans a été rouée de coups par sept individus. Des faits filmés et partagés sur les réseaux sociaux. Les suspects ont depuis été interpellés.

L’agression a eu lieu lundi après-midi devant la gare de Schirmeck, dans le Bas-Rhin. Le parquet de Saverne fait savoir qu’une adolescente de 13 ans et une «ancienne amie» de 14 ans s’y étaient donné rendez-vous. Dans la matinée, les deux jeunes filles avaient eu un échange animé sur l’application Snapchat, un motif «futile» ayant ainsi conduit les deux adolescentes en état de tension. LCI rapporte que lorsque la jeune fille de 13 ans s’est présentée devant la gare, entre «trente à  quarante jeunes» s’y trouvaient déjà . Tout comme l’adolescente de 14 ans.

Des coups ont été donnés de part et d’autre entre les deux adolescentes. La plus jeune a alors été ciblée par deux autres jeunes filles, «amies de la mise en cause», de même que par «les deux frères» de cette dernière et deux autres majeurs. Au total, l’adolescente de 13 ans a été passée à  tabac par sept personnes, des faits filmés et diffusés sur les réseaux sociaux. «La scène a été filmée par de nombreux jeunes», indique ainsi le parquet, ce qui a permis «d’incriminer chacune des (sept) personnes qui ont fait l’objet de poursuites».  Une cinquantaine de vidéos auraient été saisies par les gendarmes. Sept mis en cause ont depuis été interpellés : cinq mineurs, dont deux de 16 et 17 ans et trois «de moins de 16 ans», qui ont ensuite été mis en examen pour «violences volontaires en réunion devant un lieu de transports».

Les cinq mineurs, de même que les deux majeurs de 21 et 19 ans, ont été placés sous contrôle judiciaire. Tous comparaîtront en mai prochain devant le tribunal correctionnel. Cinq ans de prison sont encourus par les majeurs, et deux ans et demi pour les mineurs. La victime, qui s’est vu prescrire une journée d’ITT pour la «multitude de coups» reçus, ne «pouvait plus décrire la totalité de la scène».

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut