BORIS DIOP ... BACHIR DIAGNE (Par Waly Latsouck Faye)
Boris vs Bachir! Partout le même titre qui invite des larmes aux yeux! D'aucuns pensent que cette situation des derniers jours apporte une nouvelle eau au moulin, l'instar de ce passage; «Aucun progrès n'a jamais été réalisé dans les sciences, la religion, la politique, sans qu'il y ait eu controverse», affirme Lyman Beecher, pasteur presbytérien, co-fondateur et chef de la Société américaine de tempérance. Voil pourquoi le débat de haute facture que se sont livrés l'homme de Lettres Boubacar Boris Diop et le philosophe Souleymane Bachir Diagne, par presse interposée, est saluer. Aussi grands que l'objet de leur «divergence», en l'occurrence le Pharaon noir Cheikh Anta Diop, ces deux éminents intellectuels sénégalais méritent que leur soit rendue toute l'estime due leur rang».
Hélas, tel n'est pas le cas. Nous aurions aimé voir comme titre «Boris et Bachir». Mais non, cette polémique n'apporte rien de nouveau; cette polémique n'apporte rien saluer. Elle s'engouffre dans le tropplein de débats dans lesquels politiciens, artistes, activistes et religieux tiennent le peuple sénégalais en otage. Il faut dire basta!
C'est cause de pareilles situations qu'en d'autres circonstances j'ai dit que le problème de l'Africain, surtout celui des intellectuels africains est l'apport.Le constat estque, parmi nos intellectuels, l'opposition est plus facile que l'apport, chacun voulant être l'oriflamme de l'instant. La même chose est vraie en politique : au lieu d'accepter qu'il y a continuité, plusieurs de nos dirigeants veulent toujours se présenter en initiateurs, quitte tout «balayer» ou juste renommer des rues et des écoles et les citoyens ordinaires se tournent vers le passé pour décrocher des flèches de tel ou tel n'a rien fait.
C'est pourquoi même accoucher de cette contribution dans un débat d'un tel niveau ? vu la carrure des deux hommes et les foudres autour d'une personne, ? fut-elle Cheikh Anta Diop ?, fait très mal. Au lieu de clarification, de prise de partie, j'aurais aimé pouvoir applaudir au fait qu'enfin deux Géants Sénégalais de l'Esprit sortent et viennent sous l'arbre palabres pour nous sauver de la médiocrité journalière de nos sujets de débats. D'autant plus que, excessivement en retard pratiquement dans tous les domaines, nous nous offrons le ridicule luxe de «motus et bouches décousues». Merci, cousine Bocoum, vous m'avez prêté l'expression qui sied!
Revenant Boris-Bachir, je dis que mon espoir a été bafoué car cet espoir, mon fervent souhait, était et reste et je le formule en prière: «Que vos esprits s'échangent les bagues de l'alliance intellectuelle la manière de vos?b'!» en initiale pour un niveau supérieur de ce Sénégal qui fut jadis un des berceaux africains de l'esprit.

Point de départ

Mon cher Boris, puisque c'est vous qui avez déclenché les choses, je me demande effectivement s'il était réellement nécessaire de revenirsur un article écrit il y a 20 ans, comme le dit Bachir. La réponse est: «Peut-être que oui, peut-être que non». Les deux points de vue sont permis, raison pour laquelle je ne dirai pas gratuitement que vous avez tort. C'est que le droit ou non de revenir sur un article n'est pas dogmatique et ne se mesure pas l'écoulement des années. Le domaine scientifique est progressif et progressiste et s'il s'agissait d'une thèse ce droit ne peut être révoqué. Mais dans ce cas-ci, il me semble, le problème se pose différemment que sur une base constructive. Par exemple, en physique, Newton est venu avec sa théorie de lagravitation universelle, Einstein l'a supplantée avecla relativité générale, une théorierelativiste de lagravitation. Niels Bohr se confrontera Einstein par son apport l'édification de lamécanique quantique qui poussera ce dernier dire que «Dieu ne joue pas aux dés». Suivra la théorie des cordes ou théorie du tout, un domaine actif de recherche traitant de l'une des questions de laphysique théoriquequi veut fournir une description de lagravité quantique, c'est--dire l'unification de lamécanique quantiqueet de la théorie de larelativité générale (la principale particularité de la théorie des cordes est que son ambition ne s'arrête pas cette réconciliation, mais qu'elle prétend réussir unifier les quatreinteractions élémentaires connues). Contrairement la situation Boris-Bachir, voil des briques posées, pas pour détruire la bâtisse entamée par l'autre, mais pour en faire progresser les murs. Et c'est l une très belle leçon d'apport appelant au progrès. Dire donc que ce n'était pas nécessaire de revenir sur un texte âgé de 20 ans n'est pas tout fait exact. C'est toujours permis et même souhaitable dans le domaine de la science surtout s'il y a de nouveaux éléments, des réadaptations ou corrections intervenues au fil des années comme le prouve l'exemple campé autour de l'évolution de la physique depuis Newton.
Ayant lu votre texte puis l'article de Bachir en anglais, et sa réaction après votre «Bachir tu permets?» il m'a semblé nécessaire d'intervenir, pas pour faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre mais simplement apposer une analyse descriptive de la situation. Partons du fait qu'ici il ne s'agit pas dethèse. Il ne s'agit pas d'un théorème ou d'une équation. Le problème fondamental repose sur trois points:
1)La fondation du laboratoire de datation au carbone 14
2)La vision de Cheikh Anta de créer une langue unique, vision laquelle Monsieur Bachir oppose celle de MonsieurNgugi Wa Thiong'o qui est plus son goût
3)Un problème linguistique de traduction: La traduction d'un texte de poésie et la traduction de textes de sciences formelles.

La création du laboratoire

La création du laboratoire premier point de la discorde, est un fait historique, tandis que le deuxième et le troisième sont d'ordre linguistique et ont fait l'objet de grandes et profondes études. Et c'est l où le débat blesse car ces deux derniers points sont dignes de quatre livres, un livre de Bachir et un livre de Boris pour chaque point, livres que vous êtes tous les deux en mesure de produire, ce qui aurait nettement mieux servi le monde et, partant, le Sénégal et établi un dialogue digne du label «intellectuel»
Malheureusement tel n'est pas le cas. Le débat est campé autour d'une personne, en l'occurrence le Professeur Cheikh Anta Diop ce qui ne peut atterrir que surl'émotion et non sur la raisonqui, elle, exige une approche descriptive et non normative et ne pouvant être fille de l'émotion. C'est tout le danger lorsqu'un sujet rime une personne. Le taux d'affection prime et peut ainsi affecter le lampion que l'on braque sur le texte de quelqu'un au sujet de ladite personne, surtout si, bien avant, on s'est replié dans des préjugés enfermant l'auteur dans un certain canevas prédéfini.
Dans «Dans l'antre de l'alchimiste», le mot alchimiste a-t-il été mal choisi, vous faisant virer plus vers l'émotion plutôt que vers le raisonnement? Pourtant Bachir a, pas justifié, mais expliqué le choix, ce qui suit une déontologie intellectuelle. Monsieur Diop, auriez-vous agi comme les critiques qui dénigrèrent Camara Laye pour avoir présenté une famille africaine idyllique au lieu d'attaques contre le colonialismé
Le texte de Bachir fait réellement l'éloge de Cheikh Anta, mais, scientifique, Monsieur Diagne ne peut, n'a pas le droit de se cramponner sur du «baab» ou du «jeyaate». M'a effleuré d'ailleurs l'idée de faire deux colonnes pour mettre vos textes côte côte, ce qui, il faut l'avouer, aurait été de mauvais goût et serait enveloppé du même manteau de ce débat puéril ayant l'air d'une confrontation, confrontation son tour stérile que je déconseille, raison de cette contribution.
Ce que j'ai présenté, relatif aux géants de la physique, est fertile, on ne peut en disconvenir, et a fait et fait encore progresser la science puisque la physique quantique est en train d'accoucher des ordinateurs du futur ? on ne sait salut ou damnation du monde. Nous autres africains avons la manie de camper sur le passé ou sur une futilité et sortons nos griffes dès que quelqu'un invite faire face au futur, comme nous le fîmes devant le «Discours de Dakar» du Président Sarkozy: il avait commencé par dire ?ce continent qui a connu tant de civilisations brillantes'et nous sauterons sur lui quand même en disant qu'il a renié l'histoire de l'Afrique. En ne mettant pas l'émotion la place de la raison, on aurait pu pourtant corriger sa contradiction personnelle lorsque, plus tard dans le discours, il dira que «l'Afrique n'est pas assez entrée dans l'histoire». Le réajustement, basé sur la raison, aurait pu lui suggérer, entre autres possibilités, de dire: «l'Afrique n'est pas assez entrée dans le présent ? problème d'orientation ? et, par conséquence, n'est pas assez munie pour faire face au futur» et ainsi éviter la contradiction entre un continent ayant connu tant de civilisations brillantes et une Afrique qui n'est pas assez entrée dans l'histoire.
Monsieur Diagne a eu un discernement l où nous autres manquons une bonne perception de la nature des problèmes rencontrés par Cheikh Anta Diop durant sa vie académique, raison pour laquelle nous mettons ce problème sur le compte d'ennemis tapis dans l'ombre et lui ayant fait la guerre au long de sa carrière.
Je soupçonne qu'un de ces points fondamentaux repose sur la nature de la pédagogiefranco-francophone.En elle, on ne s'attend plus ce que quelqu'un ayant suivi une filière scientifique s'adonnât l'écriture de poésies ou de romans. Cela m'est arrivépersonnellement: ayant soumis un projet en vue d'un financement par la Société Financière Internationale, SFI, de la Banque Mondiale, un ami, responsable dans la structure me conseilla d'enlever les lignes de mon curriculum vitae relatives des publications littéraires pour ne pas être pris pour ? un illuminé incapable de porter un projet informatique. Cela aussi peut se comprendre car, avec l'avènement de l'industrialisation, le cerveau humain a été compartimenté comme dans le travail la chaîne. On fait une chose et une seule, contrairement au début, lorsqu'en Grèce ou ailleurs, on pouvait être philosophe, mathématicien et médecin en même temps, comme Descartes, le mathématicien,physicienetphilosophe.
Je comprends bien Cheikh Anta Diop: étant parmi les premiers intellectuels modernes de l'Afrique, il se devait d'embrasser autant de disciplines que sa tête pouvait supporter, ce qui peut-être lui vaudra aussi une certaine allergie de la part du corps académique dans l'attribution des devoirs et fonctions. En visionnaire n'avait-il pas appréhendé l'importance des langues nationales jusqu' faire une étude sur le wolof et le sérèré Sa vision le fait entrer de plein droit et de se compter parmi les militants de la Négritude, au milieu desquels il fut celui qui se munit des outils les plus concrets.L où les Césaire, Damas Senghor et René Maran s'accoudèrent la plume poétique ou romanesque, il s'accouda aux fouilles et excavations archéologiques et des datations pour remonter les gradins menant la découverte de la civilisation enfouie de l'homme noir. C'est ainsi que cette partie de son travail, savoir le combat pour la Civilisation Nègre, est nettement supérieur au produit du laboratoire de datation par le Carbone 14 mis en place en 1961 comme l'attestent les divers sujets de ses recherches: environ41titres sont dédiés au redispositionnement du Négre contre4susceptibles d'être pris comme objets de laboratoire.
Cela fait monter un profond sentiment de sympathie et de compassion envers ce géant qui a tout donné de son esprit et de son temps pour l'Afrique noire et, partant, pour le monde nègre. La pitié découle du fait que, comme plusieurs d'entre nous et au même titre que les pères de la Négritude, le combat pour l'identité semble avoir bouffé et bouffe jusqu' présent l'énergie de ses enfants - ou bien est-ce le contrairé Cheikh Anta s'est donné corps et âme pour leredispositionnement de l'Homme noir dans la Civilisation de l'universel, but de la Négritude, qu'il se voit disciple, militant ou non. C'est que sur tout autre continent, le combat aurait pu se poser autrement.Il aurait pu se lancer dans la recherche pure et dure en physique, collaborant avec d'autres laboratoires puisque «L'ensemble transistorisé de comptage de la radioactivité, après avoir été testé au Centre d'Etudes Nucléaires de Saclay (CEA/CNRS), arrive en juillet au port de Dakar. Cet appareil, destiné la datation par le Carbone 14, bénéficie des plus récentes technologies de l'époque. Dans le cadre des accords de collaboration technique, il a été fourni et partiellement financé par le CEA. Le laboratoire de datation commence fonctionner. Une commission du CEA, présidée par Georgette Delibrias, directrice du Laboratoire de Radiocarbone de Gif-sur-Yvette, se rend au Sénégal pour tester, avec succès, les installations du laboratoire de Dakar». Et alors il aurait peut-être apporté quelque chose de nouveau dans le domaine scientifique, comme ce fut le cas du VIH2«isolé en 1985 sur le sérum de prostituées sénégalaises dans le laboratoire de l'hôpital Le Dantec de Dakar, dirigé par le médecin militaire sénégalaisSouleymane Mboupet en collaboration avec des équipes américaine et française». Hélas, le combat de l'identité l'aura bien occupé et majoritairement.
En matière de recherche une stagnation n'est pas situation exceptionnelle et n'est donc pas propre Cheikh Anta Diop. Pourtant il se peut qu' cause de la diversification des sujets dont il traitait, une certaine stagnation dans le domaine scientifique, précisément en matière de laboratoire se soit installée. Et dans un tel cas, cela peut engendrer une grande part de suspicions et de conspiration lorsqu'un vol sera annoncé au niveau du laboratoire. C'est ainsi que des langues se délièrent, surtout dans un pays oùla rumeur fait objet de flagrant délit et le flagrant délit est pur soupçonet mis sur le compte d'une volonté mal intentionnée et politiquement assassine. «Saaysaay waxul dëg wante yaqna xel! »

Nous vous recommandons