Ce que vous ne savez (sans doute) pas sur le retour du poste de Premier ministre

Par , publié le .

Actualité

Le chef de l’Etat a décidé d’une révision de la Constitution en vue de la restauration « en mode fast-track » du poste de Premier ministre.

Macky Sall avait utilisé le même procédé anglo-saxon, pour justifier la suppression du poste de Premier ministre, par une volonté de contourner les retards bureaucratiques de l’administration sénégalaise.

Mais, selon l’ex-Garde des Sceaux, dont les propos sont repris par L’Observateur dans sa livraison du jour, le contexte a changé, d’o๠le retour du poste de Premier ministre.

«D’abord, du point de vue économique, on est dans un contexte de pandémie du Covid-19, il faut relancer l’économie. Deuxième élément de contexte politique, on a constaté que le chef de l’Etat était au  front, qu’il était au contact de tous les problèmes. Donc du point de vue politique, il y a nécessité d’améliorer un espace  pour un autre acteur qui le seconde», martèle Ismaà¯la Madior Fall.

Et d’ajouter : « Il y a également un contexte international diplomatique africain qui a changé, parce que le Président Macky Sall a été élu, par ses pairs, président de l’Union africaine (UA). Tout cela fait que le chef de l’Etat a besoin, aujourd’hui, d’être secondé par quelqu’un dans l’exécutif, en l’occurrence un Premier ministre». 

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)