Ce qu’il faut savoir sur les COP, les sommets sur le climat

Par , publié le .

Actualité

Alors que la COP26 débute à  la fin du mois à  Glasgow, que savez-vous vraiment sur ces conférences internationales ?

Du 31 octobre au 12 novembre 2021 se tiendra la COP26 à  Glasgow, à  l’ouest de l’Ecosse. Ce nouveau sommet sur le climat sera, si l’on en croit Boris Johnson, «un tournant pour l’humanité». Le Premier ministre britannique enjoint le monde à  faire enfin preuve de «maturité» et de «sagesse».

Elle succède à  la COP25 (décembre 2019 à  Madrid, Espagne) et à  la COP24 (décembre 2018 à  Katowice, Pologne). La pandémie de COVID a eu raison de l’édition de 2020.

COP est l’acronyme de Conference Of the Parties, ou Conférence des Parties en français. Initiative de l’ONU, c’est en 1992 que leur principe est adopté. l’occasion du sommet de la Terre de Rio de Janeiro, l’organisation internationale choisissait alors de se doter d’un cadre d’action de lutte contre le réchauffement climatique.

C’est ainsi que naissait la CCNUCC, à  savoir la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques.

Cette convention réunit alors la quasi-totalité des pays membres de l’ONU. Aujourd’hui, 195 pays Etats parties et l’Union européenne la composent.

Mais ce n’est pas tout, puisqu’un nombre toujours plus grand d’acteurs de la société civile est partie prenante dans les COP en vue d’y contribuer. Associations, villes ou entreprises privées peuvent ainsi être citées.

Cette convention internationale se donne pour mission de maîtriser l’augmentation des gaz à  effet de serre causée par l’homme, pour éviter un dérèglement encore plus dramatique qu’il ne l’est maintenant, du climat.

Pendant deux semaines, toujours entre novembre et décembre, sont négociées et adoptées des décisions, et les COP veillent à  leur suivi.

Ici, l’idée n’est pas de dire si oui ou non, les décisions prises ont été suivies d’effets; seulement, de dégager quelques engagements forts des parties prenantes.

l’issue de la 3eme COP en 1997, le Protocole de Kyoto était signé : 37 pays développés s’étaient alors engagés à  la réduction de leurs émissions de gaz à  effet de serre de 5% en moyenne sur la période 2008-2012. Un taux fixé par rapport aux niveaux de 1990.

La COP15 de Copenhague au Danemark a connu un sort paradoxal : largement médiatisée à  travers le monde, elle n’a en revanche débouché sur aucun accord.

2012 a vu naître l’Amendement de Doha (lors de la COP18) qui était le prolongement du Protocole de Kyoto de 1997. Son objet ? Une réduction moyenne de 18% des émission par rapport à  1990, et sur une période s’étalant de 2013 à  2020.

Autre très médiatique COP, la 21e du nom qui s’est tenue à  Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. son terme, un accord engageant les 196 Parties à  réduire leurs émissions de gaz à  effet de serre était signé. Cet accord, appelé «de Paris», est  entré en vigueur le 4 novembre 2016. Son objectif est de limiter le réchauffement climatique à  un niveau bien inférieur à  2 degrés Celsius, et encore mieux à  1,5°C, par rapport au niveau préindustriel.

Avec l’Accord de Paris, les Parties ont dressé un cadre de transparence renforcée (ETF). Qu’est-ce que cela signifie ? partir de 2024, les pays doivent rendre compte des mesures prises et des progrès réalisés. Il prévoit aussi des procédures internationales pour l’examen des rapports soumis.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)