CESTI

Les étudiants de 3e année du Centre d'études des sciences et techniques de l'information (Cesti) qui devaient présenter leurs mémoires dénommés ""Grandes enquêtes'' demain et après-midi, pourraient bien voir les soutenances reportées.

La section du Syndicat autonome de l'enseignement supérieur (Saes) de cette école ""appelle tous ses membres observer un débrayage de 72 heures (mercredi 23, jeudi 24 et vendredi 25 octobre 2019)''.

Elle s'insurge contre l'attitude des instances ad hoc de l'université Cheikh Anta Diop qui n'ont pas réussi ""prendre en charge de façon efficiente l'affaire des attestations délivrées aux journalistes béninois par Cousson Traoré (Ndlr : directrice de l'école) sans délibération du comité pédagogique''. Un problème qui perdure et qui avait atteint son paroxysme en mars dernier où les syndicalistes avaient également observé une grève de trois jours.

...Ces syndicalistes dénoncent la ""cécité administrative'' de la directrice et son manque de transparence dans la gestion. Une solution n'est toujours pas trouvée et ce sont les étudiants qui risquent d'en faire les frais.

""Dans toutes les correspondances adressées l'administration universitaire, la section Saes/Cesti a posé des questions de fond auxquelles elle attend toujours des réponses : sur quels critères ont été déclarés admis les 52 journalistes béninois ? Dans quel cadre les délibérations ont été faites ? Avec qui ? Sur quelle base juridique ? Où est le procès-verbal qui sanctionne ces délibérations ? Où sont les notes ?'', exige la section Saes/Cesti qui précise que ""Cousson Traoré sera tenue responsable des conséquences qui en découleront''.

Nous vous recommandons