Chrono Virus
12,5 milliardsde la diaspora : Alors que les 12,5 milliards n'ont pas encore quitté Dakar pour la diaspora, cette manne financière fait l'objet de tous les fantasmes. Si pour certains, les politiques représentants l'Alliance pour la République applaudissent, d'autres crient déj aux loups et préviennent des détournements. Par vidéo, audio, des émigrés ont fait explosé les réseaux sociaux pour manifester leur courroux et attirer d'emblée l'attention des autorités.

12,5 milliardsde la diaspora bis: D'ailleurs, Sud Quotidien a reçu la récrimination de M. Mangane (Bruxelles) qui après avoir remercié le Chef de l'Etat d'avoir pensé la diaspora qui n'est composé que par des Sénégalais part entière, n'a pas manqué de conseiller le Président Sall investir cette manne au Sénégal. «Je ne comprends pas pourquoi on veut nous envoyer de l'argent. Ici, en tout en cas en Europe, les Gouvernements nous ont tout donné en nous intimant l'ordre de rester chez nous. Même les SDF ne sont pas épargnés. Par conséquent, je crois que Macky Sall devrait investir cet argent dans nos hôpitaux, soutenir les ménages vulnérables etc. D'autant plus si l'argent arrive ici, on va le retourner au pays», tonne-t-il dans une vidéo, en langues poular, wolof et français.

12,5 milliardsde la diaspora fin: Un autre émigré basé en Guinée Equatoriale, ne dira pas le contraire. «A Malabo comme Bata, tous les regroupements qui étaient en léthargie ont été remis sur pied. Les gens ne parlent plus que des milliards qui ne sont même pas encore l. Nous allons encore nous entretuer pour rien. Les politiques multiplient les réunions», nous a confie Amadou Sall. (Voir ci-contre les précisions de Amadou Ba.)

Relance. Convaincu qu' l'après Coronavirus la relance de l'économie succèdera une phase de dépression, la question qui se pose d'ores et déj selon Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU est de savoir si on relance les économies telles qu'elles étaient avant, ou l'on en profite pour en corriger les aspects qui ont rendu notre monde plus vulnérable ? A ses yeux il faudra une économie plus durable, plus inclusive.
Soutien. Sans chercher polémiquer avec les chefs d'Etat qui minimisent encore la gravité de la maladie ou préfèrent se retrancher derrière leurs frontières, le secrétaire général des Nations Unies insiste avant tout sur le nécessaire soutien aux pays en développement, notamment africains, qui ne pourront financer seuls les mesures nécessaires.

Aide. La France va accorder une aide de «près de 1,2milliard» d'euros pour la lutte contre la propagation du Covid 19 en Afrique. Une partie de son aide au développement sera réorientée sur les enjeux de santé et les besoins alimentaires. Validée début avril, par le conseil d'administration de l'Agence française de développement, l'initiative intitulée Covid-19 -Santé en commun comprendplusieurs leviers d'action. Il est, entre autre, question de renforcer les systèmes de soins, d'appuyer la recherche en renforçant les capacités de détection et de recherche scientifique.

Mise en garde. L'Union européenne a de son côté garanti mercredi l'octroi de «plus de 20milliards d'euros» aux pays les plus vulnérables en Afrique et dans le reste du monde pour les aider lutter contre la pandémie de Covid-19. «Nous ne pouvons pas nous concentrer uniquement sur les problèmes en Europe, car les problèmes dans d'autres régions seront, tôt ou tard, nos propres problèmes», mettait en garde récemment le haut représentant pour les Affaires étrangères, Josep Borrell.

Jet privé. En pleine période de confinement et de limitation des voyages un groupe de dix personnes -sept hommes de 40 50 ans et trois femmes de 24 27 ans- de nationalités croate, allemande, française, roumaine et ukrainienne,en provenance de Londres en jet privé, avait prévu d'aller faire la fête dans une villa de luxe Cannes, louée pour l'occasion. Ils ont été contraints de faire demi-tour après que les autorités ont pris leur encontre une mesure administrative de refus d'entrée sur le territoire français.

Nous vous recommandons