Comment le Général Mamadou Sow a demandé à être déchargé de ses fonctions

Comment le Général Mamadou Sow a demandé à être déchargé de ses fonctions

Leral Il y'a 1 semaine  Source
C'était prévisible: demander à une haute autorité militaire, ancien chef d'état-major général des Armées, habituée à se faire obéir sans récriminations ni murmures, ayant vécu avec le culte de la discipline militaire, du civisme, du travail et du patriotisme, demander donc à cette autorité de frayer avec des «Modou-modou» incultes et indisciplinés, c'était l'envoyer au casse-pipe.

N'ayant donc pas réussi à s'adapter à ce terrain inconnu, l'ex-Cemga de l'Armée nationale a donc préféré demander au président de la République de le décharger de ses fonctions d'ambassadeur. Il vient d'être remplacé au pays de Cervantès par Mme Mariame Sy, une diplomate de carrière. L'ancien Chef d'état major général des armées(Cemga), le général d'armée à la retraite Mamadou Sow Nogass, n'est plus ambassadeur du Sénégal en Espagne.

Presque deux ans après sa nomination, il vient d'être remplacé par Madame Mariame Sy auprès de Sa Majesté Felipe VI, Roi d'Espagne. Il y a six mois, « Le Témoin » avait eu vent d'une lettre de l'ambassadeur du Sénégal en Espagne, le général Mamadou Sow Nogass, demandant au président de la République de le décharger de ses fonctions d'ambassadeur. Ce, pour convenance personnelle ! En prenant acte de cette décision à la fois diplomatique et élégante, le président de la République avait enclenché une autre procédure d'accréditation pour faire remplacer l'ancien patron des Armées. Chose faite !

Nous sommes convaincus que l'indiscipline, la pagaille et l'incivisme des « modou-modou » et autres Sénégalais d'Espagne ont sans doute poussé le désormais ex ambassadeur Mamadou Sow Nogass à demander à quitter ses fonctions de diplomate. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase des humiliations subies par ce valeureux militaire sans peur et sans reproche, ce sont bien sûr les nombreuses manifestations anarchiques de nos compatriotes d'Espagne devant les locaux de la chancellerie sénégalaise,suite au décès d'un puis de deux des leurs.

D'ailleurs, au cours de ces mouvements d'humeur marqués par des actes de vandalisme injustifiables, certains « Modou-modou » avaient tenté de séquestrer l'ambassadeur Mamadou Sow Nogass que les policiers espagnols avaient réussi à exfiltrer. Ils l'avaient conspué, traité de tous les noms, lui, l'ancien Cemga qui commandait des milliers de soldats et,surtout, d'officiers formés dans les meilleures académies militaires du monde. Et voilà que des migrants clandestins analphabètes n majorité lui manquaient de respect !

L'ancien chef d'état major général des armées ne pouvait évidemment pas supporter une telle humiliation. Il a donc préféré rendre le tablier car un militaire ne supporte pas le désordre. Encore moins le déshonneur.Le vandalisme, l'impunité, le désordre et la pagaille font partie du quotidien des Sénégalais de l'étranger. Un terrain inconnu pour quelqu'un qui durant quarante ans de commandement ne connaissait que la soumission et l'obéissance.

Et surtout la discipline qui est la force principale des armées. Il est vrai qu'en nommant le général Mamadou Sow comme ambassadeur du Sénégal en Espagne, le président de la République savait qu'il avait toutes les compétences managériales et capacités intellectuelles requises pour accomplir sa mission c'est-à-dire chargé, sous l'autorité du ministre des Affaires étrangères, de la mise en oeuvre de la politique extérieure du Sénégal en Espagne.

Non seulement, il y représente le président de la République dans le pays où il est accrédité mais encore il négocie au nom de l'Etat et surtout assure la protection des intérêts du Sénégal et celle des ressortissants sénégalais. Mais quand la plupart de ces ressortissants sont des sans-papiers ou clandestins, la mission ne pouvait qu'être compliquée pour un officier-général moulé, formé et éduqué dans la légalité et le respect des lois et règlements.

On se demande d'ailleurs quel diable a pris le président de la République pour nommer un ancien Cemga ambassadeur en Espagne. Car, dans la tradition, les anciens patrons de l'Armée étaient affectés en Allemagne et en République populaire de Chine, surtout, ou aux Etats-Unis d'Amérique (Number One). Des pays où, soit il n'y a pas une immigration sénégalaise de masse, soit celle-là est « intellectuelle » et où il n'y a en tout cas pas de pagaille comme en Espagne ou en Italie où les bataillons de Sénégalais qui s'y trouvent reproduisent en les amplifiant nos tares bien connues !

En tout cas, l'ancien patron des armées, Mamadou Sow Nogass, devenu ambassadeur aurait sans doute préféré être tué au front militaire que d'être déshonoré en zone de déminage de crises migratoires. Du courage, mon Général, ainsi va le monde des civils. Et encore, vous n'avez rien vu !
Pape NDIAYE (Le Témoin)

→ Lire l'article au complet sur Leral



Nous vous recommandons