«Confier 1000 milliards au président de la république sans contrôle, c'est un poisson d'avril»

«Confier 1000 milliards au président de la république sans contrôle, c'est un poisson d'avril»

Dakarmatin Le 2020-04-01  Source

L'idée d'adopter, ce mercredi, une loi portant habilitation du chef de l'Etat pour lutter contre le coronavirus, indispose fortement Guy Marius Sagna. Selon l'activiste, il est hors de question de donner pleins pouvoirs au Président Macky Sall de gérer les 1 000 milliards Fcfa sans contrôle. Il invite les députés rejeter ce projet de loi.

«Le Président Macky Sall veut-il coroniser l'Assemblée nationale, nos libertés et la démocratie ? » C'est la question que se pose Guy Marius Sagna, face au projet de loi habilitant le chef de l'Etat Macky Sall prendre, par ordonnance, des mesures qui sont normalement du domaine de la loi, pour faire face la pandémie du Covid-19.

Dans un communiqué parvenu notre rédaction, l'activiste rejette toute idée visant adopter cette loi qui permettra de confier l'argent du contribuable au Président Macky Sall, sans contrôle. «Le coronavirus est l. Il constitue une menace. Nous ne le nions pas. Mais confier 1 000 milliards Fcfa au président de la République, sans contrôle, nous ne l'accepterons pas. Pas en notre nom!» affirme le leader de Frapp France Dégage.

Et ce dernier de justifier sa position : «Sans Premier ministre, sans Gouvernement, avec des ministres et un président de la République irresponsables devant l'Assemblée nationale, si les 1 000 milliards sont volés, dilapidés, mal gérés pendant les trois prochains mois, nous n'y pourrons rien. Nous n'aurons que nos yeux pour pleurer.» Compte tenu des craintes qu'il a émises, Guy Marius Sagna estime que le projet de loi d'habilitation du président de la République doit être rejeté.

Il propose de l'amender en le confinant au seul article 69 de la Constitution et en y enlevant les pleins pouvoirs qu'il donne au président de la République. «Ce projet de loi qui sera examiné demain (Ndlr : aujourd'hui) 1er avril par les députés, s'il passe, consacrera l'omnipotence législative du président de la République pendant 3 mois.

Refusons ce poisson d'avril qui se prépare sur le dos du citoyen. Donner 1 000 milliards au président de la République, sans contrôle, dans un Sénégal marqué par un système ultra-partisan, ultra-politicien, marqué par le détournement régulier des aides, des semences destinées aux populations, des deniers publics...serait une grave erreur politique, économique, sociale, sanitaire», alerte-t-il.

A l'en croire, l'article 69 invoqué par le président de la République restreint les libertés, mais ne les suspend pas. «Pourquoi le Président clignote-t-il gauche vers l'article 69, mais cherche en réalité tourner droite vers l'article 52?», se demande Monsieur Sagna qui rappelle que le Sénégal n'est pas dans un état d'urgence politique, ni dans des circonstances exceptionnelles qui nécessitent les pleins pouvoirs.

«La situation actuelle est celle de l'état d'urgence sanitaire qui exige un Etat social et non une éclipse démocratique. D'ailleurs, où sont les ministres de l'Hygiène publique, de la Solidarité nationale qu'on devrait plus sentir que les policiers' Il ne faut pas confiner l'Assemblée nationale, nos libertés, la démocratie. C'est le coronavirus qu'il faut confiner», clame Guy Marius Sagna.

Nous vous recommandons

Actualité

Libye: opération militaire pour reprendre Syrte, appel

Slateafrique

Actualité

Cambriolage : Un boutiquier blessé par balle Kaffrine

Senegal7