Coupe illicite de bois : Dakar et Banjul déclarent la guerre aux «criminels et délinquants internationaux»

Par , publié le .

Actualité

La coupe illicite de bois est en train de décimer nos forêts et d’hypothéquer l’avenir des générations futures. Elle a des effets dévastateurs sur l’environnement, d’o๠l’urgence d’engager « des Actions immédiates concrètes et rigoureuses », selon Madame Aissata Tall Sall, ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur qui s’exprimait lors d’une réunion de travail tenu hier, à  Dakar, avec son homologue gambien.

Accompagné des ministres de la Justice, de l’Intérieur et de l’Environnement de la Gambie, et des autorités militaires de son pays, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et des Gambiens de l’extérieur, Mamadou Tangara, a réitéré, devant son hôte, la volonté de la Gambie d’Å“uvrer, aux côtés du Sénégal, à  lutter contre cette pratique très dommageable sur l’environnement. Selon madame Aissata Tall Sall, combattre le phénomène de la coupe de bois relève plus du ressort du ministère de l’Intérieur, de l’armée, de la justice et de l’environnement. Car, « ces des délinquants qu’il faut combattre et sanctionner », préconise-t-elle devant ses hôtes gambiens qui se sont engagés à  consolider « les liens d’amitié et de coopération » entre les deux pays.

« Au-delà  du tracé des frontières, nos deux pays partagent le même patrimoine commun de parenté, de solides traditions socioculturelles et de valeurs civilisationnelles. Le Sénégal et la Gambie forment un seul et même peuple qui a une communauté de destin, de valeurs et partageant la même histoire », renchérit Aissata Tall Sall, insistant sur la nécessité de « maintenir un dialogue franc, direct et sincère sur des sujets d’intérêts communs ».

Elle a mis en exergue la consolidation des liens d’amitié et de coopération entre les deux chefs d’Etat sénégalais et gambien. Depuis leur arrivée au pouvoir, « Macky Sall et Adama Barro ont su insuffler à  notre relation bilatérale une dynamique nouvelle en vue de faire de l’axe Banjul-Dakar un modèle d’intégration aboutie en Afrique », reconnaît-elle, citant en exemple la mise en place d’un cadre de concertation et d’échanges comme le Conseil présidentiel sénégalo-gambien.

A l’instar de son homologue gambien, Aissata Tall Sall estime que « Ce problème n’est pas gambien, il n’est pas sénégalais, il est sénégambien ».

Enfin, Aissata Tall Sall a insisté sur l’application de la « tolérance zéro » afin de « mettre hors d’état de nuire » ces coupeurs de bois qui « contournent parfois les dispositifs sécuritaires les plus élaborés ».

Pour rappel, ce trafic international de bois, très organisé, est en train de décimer les forêts casamançaises. Ce à  quoi les autorités gambiennes et sénégalaises surtout, veulent mettre un terme afin de sauvegarder ce qui reste du poumon vert du Sénégal.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut
Suivez en DIRECT/LIVE Les Manifestations Du Lundi 08 Mars 2021Cliquez-ici