COURS EN LIGNE : Les étudiants de l'UADB demandent un accompagnement
Les cours en ligne nécessitent la mise la disposition des étudiants d'ordinateurs et de moyens de connexion. Ce qui n'est pas le cas pour la plupart des pensionnaires de l'université Alioune Diop de Bambey (UADB) dont la coordination demande un accompagnement. Elle rappelle aussi au ministre de l'Enseignement supérieur les engagements qu'il avait pris, lors de sa visite de travail et qu'il tarde honorer. "Plus de deux mois après cette fermeture, les étudiants des universités publiques sont toujours dans des lendemains incertains'', dit le président de la Coordination des étudiants de l'université Alioune Diop (CE-UADB) Mouhamadou Sarr, dans une déclaration parvenue "EnQuête''.
A ce jour, les seules propositions émanant des instances pédagogiques des universités publiques sont la mise en oeuvre de cours en ligne. Le seul hic, selon les étudiants, "c'est que l'opérationnalisation des cours en ligne dans les universités publiques sénégalaises fait face des contraintes que les mouvements syndicaux des étudiants n'ont pas manqué d'évoquer''. À l'université Alioune Diop de Bambey, la coordination des étudiants n'est pas contre la mise en oeuvre des cours en ligne, mais elle a soulevé des contraintes relatives la connectivité dans certaines zones du pays et aux outils de connexion dont ne disposent pas certains étudiants.
"Nous sommes conscients des enjeux actuels, raison pour laquelle nous étions même les premiers proposer la mise la disposition des étudiants de certains cours et de procéder la réduction du temps présentiel. Ce schéma permettra ceux qui ne disposent pas d'outils pour se connecter de pouvoir se procurer les documents physiques et d'être au même niveau que ceux qui ont des documents numériques. Il faut fournir aussi un document explicatif qui servira de support pour les enseignements en ligne, en conformité avec le système LMD. Ce qui n'est pas mis notre disposition''. C'est la raison pour laquelle la coordination demande un accompagnement pour ces étudiants qui ne disposent pas d'ordinateur, mais aussi de moyens de connexion afin qu'ils puissent disposer d'une égalité des chances et le respect des principes fondamentaux qui régissent l'enseignement supérieur public.
Très remontés contre le ministre de l'Enseignement supérieur, la Coordination des étudiants de l'université Alioune Diop de Bambey attire l'attention des autorités sur les revendications toujours insatisfaites et qui leur avaient fait perdre beaucoup de temps dans des grèves et des manifestations. "En ce moment, tous les chantiers sont l'arrêt l'université Alioune Diop et le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation avait pris des engagements qu'il n'a toujours pas honorés.
Ces engagements du Mesri sont relatifs la construction de nouveaux logements sociaux, d'un nouveau restaurant, d'un amphithéâtre de 600 places. Malheureusement, ce sont des engagements qui ne sont toujours pas honorés, malgré le manque d'infrastructures exprimé par les étudiants de l'université Alioune Diop depuis des années. Nous pensons que la pandémie ne doit pas justifier ce laxisme des autorités qui devraient, en cette période, déployer les moyens pour l'amélioration des conditions de vie et d'études des étudiants avant leur retour dans le campus universitaire. Sans cela, les menaces d'une année blanche continueront encore de peser sur l'environnement de l'université Alioune Diop'', préviennent-ils.

Nous vous recommandons