Covid-19 : la piste de l’épidémie saisonnière envisagée par une nouvelle étude

Par , publié le .

Actualité

Une nouvelle étude souligne que le virus de la Covid-19 prendrait la forme d’une épidémie saisonnière.

Depuis quelques semaines, voire quelques mois, la pandémie de Covid-19 commence à  perdre de l’emprise sur le monde. Cependant, le virus SARS-CoV-2 n’est pas près d’être éradiqué. Circulant davantage lorsque les températures sont basses et l’air est humide, il serait finalement une infection saisonnière, tout comme c’est le cas pour la grippe. C’est en tout cas l’hypothèse affichée par le Barcelona Institute for Global Health (ISGlobal) dans une nouvelle étude publiée dans <em>Nature Computational Science</em>.

Afin d’arriver à  cette conclusion indiquant que la Covid-19 est un virus saisonnier, les chercheurs du Barcelona Institute for Global Health ont analysé l’association de la température et de l’humidité dans la phase initiale de la propagation du SARS-CoV-2 dans 162 pays sur les cinq continents avant les premiers changements de comportement humain ainsi que la mise en place de politiques de santé publique. Les résultats constatés permettent ainsi de montrer une relation négative entre le taux de transmission ainsi que la température et l’humidité à  l’échelle mondiale. Concrètement, les chercheurs expliquent que les taux de transmission élevés étaient liés à  des températures et une humidité plus faible.

La seconde analyse concerne l’association entre le climat et le virus de la Covid-19 dans le temps. Via une méthode statistique, les chercheurs ont réussi à  identifier une corrélation entre le nombre de cas et le climat froid et humide. Face à  ces résultats, une question se pose tout de même : pourquoi la pandémie a connu un nouvel élan durant la saison estivale ? A cette question, Alejandro Fontal, chercheur à  ISGlobal et premier auteur de l’étude, explique : « Cela pourrait s’expliquer par plusieurs facteurs, dont les rassemblements massifs de jeunes, le tourisme et la climatisation, entre autres ».

L’étude a aussi permis d’établir un modèle épidémiologique intégrant la température dans le taux de transmission afin de mieux prédire la montée et la descente des différentes vagues de la pandémie de Covid-19. Xavier Rodà³, coordinateur de l’étude, souligne ainsi : « Dans l’ensemble, nos résultats confirment que la Covid-19 est une véritable infection saisonnière à  basse température, similaire à  la grippe et aux coronavirus circulants plus bénins. Ce lien justifie que l’on mette l’accent sur l’hygiène de l’air en améliorant la ventilation intérieure, car les aérosols sont capables de rester en suspension plus longtemps ».

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)