Dans l'imaginaire de Bocandé et Bruno Metsu... Lettre aux "Lions" avant la finale !

Mes chers « Lions », nous souhaiterions être physiquement à vos cotés en ce jour de gloire.

Mais, sachez que nos prières et nos pensées sont vers vous à tout moment et tout instant.
Ce que vous allez vivre, nous l'avions vécu, il y a 17 ans en terre malienne et coréenne.
C'était notre coup d'essai, mais nous n'avions pas pu faire un coup de maître.

Mais, aujourd'hui, vous êtes maîtres de votre destin. Vous avez 90 minutes pour faire rêver tout un peuple qui attend ce sacre depuis 54 ans. Ce fut une longue traversée du désert. De Tunis 1965 à Asmara 1968, tant de désillusions et de contre performance nous ont fait fuir le Graal.

Moi, Bocandé, je n'oublie pas la terre où vous êtes car nous avons failli y marquer l'histoire à jamais, mais, les dieux égyptiens n'étaient pas avec nous en 1986. Nous avions tenté encore le coup en 1990 dans la terre de vos adversaires d'aujourd'hui, mais hélas, nous n'avions pu accéder au Graal.

Ensuite deux ans plus tard, à Dakar en 1992, la dame Coupe ne voulait point rester dans notre pays qui demeure une terre de Teranga. Ainsi, face à ces nombreuses illusions, vous avez le devoir de redorer le blason de notre cher pays en obtenant sa première étoile.

Moi, Bruno je disais à vos aînés qu' : « un match de football, ce sont des joueurs qui le jouent, mais ce sont des hommes qui le gagnent ». Ainsi, soyez des hommes, ou plus que des hommes, des fauves, de braves « Lions », rugissez et bondissez sur votre proie.

Nous avons une faim de victoire, rassasiez nous ce soir !

Allez Gaindé ! Essamaye !
Ca Kanam !
Lettre posthume de Jules Francois Bocandé et de Bruno Metsu, Lions éternels.

Nous vous recommandons