De dépitée à député

Marième Soda Ndiaye va suppléer Aïssata Tall Sall à l'Assemblée nationale. Pourtant, les deux n'étaient plus en odeur de sainteté depuis le ralliement de la présidente de Osez l'Avenir au camp présidentiel à la veille de la Présidentielle du 24 février. La jeune de 27 ans était dépitée par cette décision qui lui avait fait «mal et honte». Le Quotidien a parcouru quelques échanges salés entre la future et l'ancienne députée. Elle sera la benjamine de l'Assemblée parce qu'elle n'a pas démissionné de la coalition.

C'est elle qui va suppléer Aïssata Tall Sall à l'Assemblée nationale. Marième Soda Ndiaye était, en effet, 3ème sur la liste nationale de Osez l'Avenir aux dernières Législatives. Mais sans doute, si c'était à refaire, cette fille de 27 ans n'aurait peut-être pas été à cette place. Le Quotidien a parcouru quelques échanges surprenants sur Facebook entre elle et les proches de celle qui est devenue aujourd'hui l'Envoyée spéciale du chef de l'Etat. A quelques encablures de l'élection présidentielle du 24 février, les bruits courent sur un ralliement imminent de Aïssata Tall Sall au camp présidentiel après que sa candidature a été invalidée par le Conseil constitutionnel pour défaut de parrainages. Le 2 janvier, celle qui vouait une affection presque démesurée à l'avocate est déçue et outrée au point de le partager sur sa page Facebook. «C'est surprenant et décevant que le parrainage nous prive d'une des meilleures candidatures pour la Présidentielle. Le courage, le patriotisme et la vision éclairée auraient fait deAïssata Tall Sallla meilleure Présidente que le Sénégal n'ait jamais connue», avait-elle écrit.

Marième Soda Ndiaye n'a pas digéré le ralliement de ATS au camp présidentiel
Alors que nombre des candidats recalés devaient choisir parmi les 5 restants, le 28 janvier, des journaux annoncent que l'ancienne porte-parole du Parti socialiste va officialiser son soutien à Macky Sall dans la journée.

Mais, Marième Soda Ndiaye ne veut pas y croire et publie un autre postavec une illustration saisissante de Me Sall devant un monument de Nelson Mandela. «Comme Madiba,Aïssata Tall Sallne trahira pas l'Avenir», croit-elle. Justement, en début d'après-midi de ce 28 janvier, Aïssata Tall Sall officialise son alliance avec le Président sortant. Le lendemain, 29 janvier,Marième Soda Ndiaye revient alors sur sa page avec une déception et une devise de soldat sénégalais : «J'ai terriblement mal et honte, je l'avoue. Mais moi#MSN (ses initiales), je garderai toujours la tête haute car on me tue mais on ne me déshonore pas.»

Ses «amis» compatissent et l'encouragent. Mais son mentor n'a pas apprécié ses mots pour exprimer son mal. «Marième, les vrais traîtres sont ceux qui font semblant d'être avec toi alors qu'ils t'ont quitté depuis longtemps. Voilà le visage à double face de Janus. Peut-être que dans mes leçons de vie, j'ai oublié de t'inculquer le courage en politique de ne jamais hurler avec les loups surtout quand ils sont juste idiots et méchants.

Tu l'apprendras certainement là où tu as décidé d'oser ton avenir personnel. Je prie pour que ce ne soit pas à tes dépens», répliquait Aïssata Tall Sall sur la page de sa suppléante. D'autres membres de Osez l'Avenir dénoncent également le comportement de Marième Soda Ndiaye qui, selon eux, ne s'activaient plus dans la coalition depuis les Législatives de juillet 2017. Pour eux, elle voulait se «victimiser» alors qu'elle avait «trahi Aïssata depuis longtemps». Et depuis ces échanges peu amènes, Aïssata Tall Sall et Marième Soda Ndiaye ne se sont plus parlé.

«Je ne participe plus aux activités de Osez l'Avenir parce qu'on ne m'a pas convoquée depuis»

Joint par téléphone hier, la future députée dit n'avoir rien regretté de ses déclarations. «Je pouvais supprimer ces posts, mais je ne l'ai pas fait parce que j'assume mes positions et principes. Oui, je ne participe plus aux activités de Osez l'Avenir parce qu'on ne m'a pas convoquée à une seule réunion depuis. Cependant, j'ai de bonnes relations avec Aïssata Tall Sall.

Ce n'est pas un débat aujourd'hui. Et puis la loi, c'est la loi. Je ne souhaite pas polémiquer.» Les proches de la nouvelle Envoyée spéciale du président de la République n'ont pas voulu en dire davantage. Aujourd'hui, le destin a fait que c'est la jeune activiste qui sera la benjamine de la 13ème Législature parce qu'elle n'a pas démissionné et n'attend que la notification du Bureau de l'Assemblée nationale pour être installée. Aïssata Tall Sall, qui était non-inscrite, ayant rejoint la majorité parlementaire, Marième Soda Ndiaye sera aussi sur la même ligne.

Nous vous recommandons