Démolitions à  Mbour 4 : Le préfet rappelle la loi, les occupants réclament les titres de propriété promis par Macky Sall en 2018

Par , publié le .

Actualité

Il faut tout de suite et maintenant arrêter l’occupation irrégulière dans la forêt classée de Thiès. Le préfet du département de Thiès Moussa Diagne accompagné du service des domaines de Thiès et de la Dscos a entamé le processus de démolition de ces constructions qu’il juge illégales.

Un important dispositif de gendarmes a été déployé par le colonel Papa Saboury Ndiaye, directeur général de la Dscos qui a d’emblée rappelé la loi qui régit l’occupation des sols.

« L’occupation du sol est régie par des textes qui sont en vigueur au Sénégal notamment le code de l’urbanisme. Pour ce qui est de la réglementation, le code de l’urbanisme dans sa partie législative à  partir de l’article 80 jusqu’à  l’article 85, punit et sanctionne toute personne qui construit sans autorisation de construire et au-delà , nul ne peut entreprendre une construction s’il n’a pas un titre de propriété. Le service en charge du contrôle à  son article 85 dit que l’autorité en charge de l’administration peut démolir toute construction érigée en violation de ces articles c’est le cas aujourd’hui ».
Papa Saboury Ndiaye de s’indigner du comportement des occupants.

« On a constaté que chaque fois que l’Etat du Sénégal a des projets ambitieux pour ses populations, il y a des gens très véreux qui font la course contre la montre pour s’accaparer de ce qui appartient à  tout le monde. Cela fait plus de deux ans que j’ai envoyé une équipe mais, comme le code est assez muet en terme de contrôle de nuit, ce qu’il faut d’ailleurs revoir avec les nouvelles dispositions qui sont en train d’être édifiées, on n’est absent la nuit et c’est à  ce moment que les gens viennent construire. Il faut soigner la plaie. C’est pourquoi 258 sommations servies, 239 sommations d’arrêt de travaux de construction, 19 sommations de démolition, 477 personnes ayant déféré à  la convocation, 37 personnes ayant présenté un document et 32 personnes arrêtées pour violation de sommation», a expliqué le Colonel directeur de la Dscos.

Pour le préfet de Thiès, il faut mettre fin à  la saignée des constructions aux antipodes de la loi. En effet, cette partie de Thiès est dans une forêt classée et personne ne saurait y habiter sauf autorisation ou déclassement. Ce qui n’est encore le cas malgré les promesses tenues par le chef de l’Etat.

«Nous tous savons que Mbour 4 au fil des années, des irrégularités notées et notoires se sont accumulées, alors il fallait déployer une action publique allant dans le sens de remettre l’envers à  l’endroit. Pour rappel, en 2006, la commune avait initié un lotissement sur le domaine national, lequel lotissement avait respecté toute la procédure en la matière et enfin une autorisation de lotir a été délivrée » déplore-t-il.

Et d’ajouter : « Mais au bout de quelque temps, on s’est rendu compte effectivement que ce lotissement a empiété dans la forêt classé. Je dois préciser que la consistance globale de ce lotissement de 2006 est estimée à  environ 82 hectares et dans ces 82 hectares, environ 67 hectares ont empiété dans la forêt classée. Chemin faisant, en décembre 2017, à  l’occasion d’une cérémonie de lancement des travaux de KMS3, le président Macky Sall approché par les membres d’un collectif avait promis le déclassement de la zone à  l’effet de régulariser ceux qui étaient affectataires du lotissement appelé Supra et qui, du fait qu’ils s’étaient installés dans la foret classée n’avaient pas la possibilité d’accéder à  une autorisation de construire ».

Malheureusement, beaucoup de gens d’ici et d’ailleurs on profité de cette promesse, engouffré dans cette brèche pour continuer à  occuper la forêt classée. Il faillait, nous en tant que administration se déterminer et d’un pas décidé, mettre l’envers à  l’endroit. Durant tout ce temps les services de l’administration notamment la Dscos n’ont cessé de se déployer pour signifier à  qui doit l’entendre que cette zone n’est pas encore propre à  toute forme de construction. Nous avons pu déterminer les présences régulières et celles qui ne le sont pas. Nous n’avons pas cessé de sortir des communiqués allant dans le sens de rappeler le cursus légal », conclut le préfet de Thiès Moussa Diagne.

A rappeler que, contrairement aux propos tenus par le préfet de Thiès, le président Macky Sall, lors du lancement des travaux de KMS3, avait bel et bien instruit le gouverneur d’engager le processus de régularisation des 2500 familles à  savoir ceux qui ont construit et ceux qui disposent de parcelles sur ce site et qui sont regroupés autour du collectif pour la défense des intérêts de Mbour 4 extension, dirigé par Jules Diemé.
Ce jeudi, si certains ont assisté impuissants, aux opérations de démolition, la mobilisation a été forte en fin d’après-midi. Le collectif et ses membres se sont donné rendez-vous sur le site pour, disent il, « défendre leurs habitations, au prix de leurs vies ». Ils rappelle attendre, depuis trois ans, leur régularisation comme promis par le chef de l’Etat. Leur porte-parole du jour soupçonne les services techniques de vouloir faire main basse sur cette partie de la forêt classée, d’o๠les démolitions notées ce jour.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut
Suivez en DIRECT/LIVE Les Manifestations Du Lundi 08 Mars 2021Cliquez-ici