Députés, intestins silencieux du palais

Une Assemblée nationale puissante et dynamique aun rôle essentiel à jouer en démocratie. Elle doit être un rouage démocratique essentiel àl'élaboration des lois, un contrôle de la politique gouvernementale par les députés. C'est un contre-pouvoir. C'est aussi le lieu sacro-saint où les différentes sensibilités politiques confrontent leurs idées à travers les débats et les échanges féconds. Cette confrontation des idées politiques communes ou contradictoires installe en profondeur la culture démocratique, celle où la prise de parole qui génère le compromis et la négociation n'est pas seulement une procédure, technique d'arbitrage, mais aussi une valeur légitimatrice des délibérations.

Mais au Sénégal, les députés vivent sur une autre planète. A la place d'une véritable institution parlementaire, on a une Assemblée obsolète, coûteuse, opaqueet sans véritable utilitésustentant des godillots, des comploteurs, des délinquants fiscaux qui refusent de payer leurs impôts et qui répugnent tout contrôle par les corps habilités. Ce sont eux qui, refusant de changer leursmoeurs, coutumes et privilèges, font tout pour que l'Assemblée conserve sa mauvaise réputation séculaire. Aujourd'hui, elle est ravalée au rang de simple chambre d'enregistrements et d'applaudissements résolue à jouer un rôle decaisse de résonance politique. Ainsi face à une Assemblée nationale soumise et une institution judiciaire atone, le tout-puissant exécutif peut tout se permettre. Son omnipotence sur le pouvoir législatif et son emprise sur la justice fragilisent notre démocratie. Talon d'Achille de la République, l'Assemblée nationale sénégalaise n'a jamais été un contre-pouvoir mais un pour-le-pouvoir. Elle a toujours été un appendice du pouvoir exécutif, une chambre d'exécution politique de tous les opposants ou partisans de la majorité empêcheurs de tourner en rond. Par conséquent, notre Parlement est nu, comme l'enfant disait dans le conte d'Andersen «le roi est nu».

De tout temps, les députés de la nation n'ont jamais joué le rôle que leurs mandants attendent d'eux : animer la vie démocratique par le débat contradictoire, contrôler l'action gouvernementale en toute indépendance sans subir la pesanteur ou l'influence du camp auquel on appartient. Au contraire, on a transformé l'Assemblée en un lieu de règlement de compte entre députés d'un même clan ou d'anéantissement de la minorité parlementaire. Elle est aussi un lieu d'acquisition de comptes. Au moment où l'Etat en crise financière procède à des ajustements et deséconomies parcimonieuses dans tous les domaines, les godillots, eux, créent trois nouvelles commissions qui auront des incidences économiques en termes de salaire, de véhicules, de crédit et de carburant. En sus, il ne serait pas surprenant qu'une de ces commissions soit confiée en guise de récompense au groupe parlementaire du PDS dontle leader vient de sceller ses retrouvailles avec le chef de la majorité. Il n'est pas exclu non plus que les escrocs politiques qui se font appelés non-inscrits puissent bénéficier à court terme d'un groupe parlementaire avec ses avantages matériels et pécuniaires. Ce qui veut dire qu'une opération de domestication de l'opposition parlementaire est en train d'être concoctée au sein de l'institution de Soweto. Et les prodromes sont déjà visibles lors de la plénière blanchissant Mamour Diallo, accusé d'un détournement de 94 milliards. Des députés libéraux, qui ont, dans un passé récent, combattu et voué aux gémonies la commission d'enquête parlementaire de Bennoo, ont béni les conclusions du rapport non sans reprocher à Sonko ses accusations sans preuve.

Aujourd'hui, le débat parlementaire fécond a déserté la place Soweto pour céder la place à la profusion des insultes. Faute de produire un discours instructif et constructif pour le bien des populations, nos déshonorants honorables députés s'illustrent par des scènes pugilistiques et des insultes obscènes. Voilà la face hideuse de l'Assemblée nationale avec ses godillots alimentaires toujours au service de sa Majesté et jamais du côté du peuple dont ils sont dépositaires des suffrages.

L'Assemblée nationale du Sénégal a écrit les pages les plus sombres de notre histoire politique. Les majorités mécaniques cautionnent systématiquement, les yeux fermés, les desiderata du Prince et de son gouvernement. Les projets de lois les plus impopulaires et les propositions de lois les plus scélérates sont votés sans remise en cause. La loi Ndiadiar Sène sous Abdou Diouf, la mise en accusation du Premier ministre Idrissa Seck, les amendements Moussa Sy et Aminata Tall, la loi Ezzan, la loi Sada Ndiaye sous le magistère de Wade en sont quelques exemples patents.

En décembre 1962, le président Léopold Sédar Senghor exécute politiquement Mamadou Dia, chef du Conseil gouvernemental, accusé de fomenter un putsch, en instrumentalisant les députés godillots qui n'ont pas hésité pas à voter une motion de censure contre son gouvernement. Pourtant, le Mawdo a voulu combattre les députés délinquants qui, non seulement, avaient voté une loi pour augmenter leur salaire dans un contexte de sacrifice et d'édification de notre jeune nation souveraine, mais avaient contracté des dettes auprès d'une banque de l'Etat sans vouloir procéder au remboursement obligatoire. La situation de confusion qui s'en est ensuivie entre l'Union progressiste sénégalaise (UPS) et l'Assemblée nationale a permis à Léopold Sédar Senghor, président du Sénégal et valet des Français, de se débarrasser définitivement de Dia le patriote.

Cette même Assemblée, sous le règne du présidentAbdou Diouf, sera manipulée par le superpuissant Jean Collin pour anéantir son adversaire de même parti. Il faut préciser que, dans le dessein d'affaiblir l'opposition d'alors, le président Abdou Diouf avait instauré aux législatives de 1983 la règle des 15% pour l'institution d'un groupe parlementaire. C'est ainsi que le parti d'Abdoulaye Wade, qui avait obtenu 8 députés sur 120, n'avait pas pu disposer de groupe parlementaire. Et le PS régna en maître absolu à l'Assemblée sans opposition parlementaire.

En 1984, Habib Thiam est victime des manoeuvres, sur fond d'un contentieux des années 70, de Jean Collin qui a «marrionnettisé» une bande de députés socialistes sous sa coupe pour pousser aux orties l'alors président de l'institution parlementaire. Le même procédé est utilisé par la même personne en décembre 1988 pour se défaire de Daouda Sow successeur d'Habib Thiam au perchoir. Son crime: avoir demandé, après des élections législatives catastrophiques, un nouvel organigramme du PS qui écarterait Jean Collin de sa position de numéro 2 officieux du parti. On a souvenance de l'agacement des députés libéraux qui, sous la conduite de Boubacar Sall, ont quitté l'hémicycle en vitupérant le comportement des socialistes : «nous ne sommes pas à la maison du PS». En l'espace de cinq ans, les problèmes relatifs à la réorganisation hiérarchique du PS ont eu comme conséquences dommageables la défenestration de deux présidents de l'Assemblée nationale, victimes de la toute-puissance de Jean Collin.

Ces intrigues et manoeuvres ont refait surface sous le règne d'Abdoulaye Wade quand Youssou Diagne, premier président de l'Assemblée de la première alternance démocratique, est contraint à la démission le 12 juin 2002, après avoir perdu les locales dans son fief de Ngaparou. Six ans après, l'alors président de la 11e législature, Macky Sall, accusé d'avoir voulu auditionner le fils du président de la République, patron de l'Anoci, est sacrifié sur l'autel de la haine vindicative et des jeux de positionnement de ses frères ennemis de parti.

Voilà aujourd'hui que Macky Sall, qui a tant souffert de ces manoeuvres et intrigues de la place Soweto, dirigeune coalition qui ramène la démocratie parlementaire aux années sombres de notre histoire politique. La première loi scélérate et liberticide votée sous la 12e législature le 29 juin 2015, c'est celle relative à la constitution d'un groupe parlementaire sur la base de 15% alors qu'Abdoulaye Wade l'avait ramenée à 10 députés en 2000. La seconde est la tenue en bride des députés dans leur groupe d'origine au risque de grossir le rang des non-inscrits.

Aujourd'hui, le Parlement va institutionnaliser une déontologie pour affermir les sanctions disciplinaires contre les députés absentéistes et leurs écarts de conduite. Mais en réalité, cette réforme vise l'attitude d'Ousmane Sonko qui a refusé de déférer à la convocation de la Commission d'enquête. Pourtant, le samedi 1er décembre 2018, 129 députés apéristes à l'exception d'un seul, avaient procrastiné le vote du budget de Pape Abdoulaye Seck, ministre de l'Agriculture pour assister à l'investiture de Macky Sall candidat de Bennoo Bokk Yaakaar à la présidentielle, sans grief.

Cette commission d'enquête qui a rendu sesconclusionsblanchissant Mamour Diallo prouve à suffisance qu'à l'Assemblée nationale, les hommes et femmes de la majorité avec leur alter ego collabos de l'opposition qui y siègent, faute de devenir des députés du peuple, se sont transformés en«de simples digéreurs, intestins silencieux de la bouche du Palais»,pour reprendre le mot du président du groupe communiste français, André Chassaigne.

sgueye@seneplus.com

Nous vous recommandons