Diogo : GCO restitue 85 hectares de terres réhabilitées et accélère son développement

Par , publié le .

Actualité

Grande Côte Opérations SA (GCO), filiale du groupe minier et métallurgique français Eramet, qui exploite la mine de zircon et d’ilménite dans la concession minière de Diogo (Tivaouane), est en train de tenir sa promesse de laisser aux populations le paysage dans « un état compatible » avec leurs activités agropastorales après exploitation des terres. Elle a restitué 85 hectares de terres revégétalisées à  l’Etat, à  travers la direction des Eaux et Forêts. Une première au Sénégal qui marque l’engagement de l’entreprise en faveur de la préservation de l’environnement et de la biodiversité. 

La cérémonie officielle de restitution a eu lieu ce jeudi 8 septembre 2022, à  la base de la mine, à  Diogo, en présence du ministre des Mines et de la Géologie, Oumar Sarr, du gouverneur de Thiès, Alioune Badara Mbengue, du Directeur général de GCO, Guillaume Kurek, de la PDG du groupe Eramet, Mme Christel Bories, du directeur des communautés, environnement et affaires publiques et PCA de GCO, Daour Dieng, du directeur des Eaux et Forêts, Chasses et de la conservation des sols, Baidy Ba, des élus locaux, entre autres.

Une première au Sénégal qui marque le début d’un processus continu

Selon Guillaume Kurek, cette restitution de terres pleinement réhabilitées après leur valorisation minière est une première pour GCO, et intervient en 7 ans « seulement » (2015-2022) après le passage de la mine. Il signale que la restitution de ces 85 hectares de terres réhabilitées et replantées d’espèces choisies par les communautés locales elles-mêmes, est le lancement d’un processus continu qui va se poursuivre de façon graduelle avec un objectif de restituer 950 hectares de terres dans les 5 prochaines années.

Le Directeur des communautés, environnement et affaires publiques et PCA de GCO, pour sa part, a souligné que la restitution de ces terres s’inscrit dans une feuille de route RSE d’Eramet ; et le respect de cet engagement a amené GCO à  être « la première compagnie minière » à  être certifiée doublement. A cela, Daour Dieng ajoute la « bonne qualité » des relations qui existent entre GCO et les communautés hôtes, à  travers un dialogue permanent.


« GCO s’inscrit dans la philosophie d’Eramet »

Pour la Présidente directrice générale du groupe Eramet, ces terres restituées à  l’Etat du Sénégal après revégétalisation (de 80 arbres au départ, le site passe aujourd’hui à  229 plants à  l’hectare), illustrent « parfaitement la vision et l’engagement du groupe Eramet pour la mine responsable ». « GCO s’inscrit dans la philosophie d’Eramet, une entreprise citoyenne, engagée et contributive. C’est avec nos parties prenantes (les autorités nationales et locales, les communautés avoisinantes des sites de production), mais aussi avec nos salariés et nos sous-traitants que nous créerons de la valeur pour tous. GCO démontre qu’elle est un partenaire de premier plan du Sénégal, à  la pointe des technologies minières et de la gestion responsable de ses activités », a soutenu Christel Bories.

Selon elle, l’activité minière est une activité qui est vitale, car elle fournit les matières premières dont le monde a besoin pour son développement économique. A l’en croire, « l’activité minière va devenir encore plus critique dans un monde qui va devoir opérer sa transition énergétique, car la transition énergétique a et aura encore plus besoin de métaux. Et si l’on veut répondre à  la promesse écologique d’un monde durable, les métaux doivent être extraits de façon exemplaire sur le plan environnemental et sociétal ».

« Le climat et la transition énergétique sont au cÅ“ur de l’agenda du groupe »

Christel Bories soutient par ailleurs que le climat et la transition énergétique sont au cÅ“ur de l’agenda de son groupe. En effet, elle annonce qu’à  GCO, l’étude du projet de centrale solaire, dont le coà»t est estimé à  20 milliards de francs Cfa, est « très avancée » et devrait voir le jour dans les prochains mois ». Ce projet, selon elle, va permettre de « verdir la croissance » de GCO.

Avec le climat, la patronne du groupe français Eramet renseigne que « la défense de la biodiversité est une ambition forte » de la feuille de route du groupe, qui a un objectif de réhabiliter autant de terres qu’il en défriche.

Acquisition d’un nouvel équipement minier de traitement des sables minéralisés

Au cours de la rencontre, le Directeur général de GCO a présenté la nouvelle unité de production au ministre Oumar Sarr. Il s’agit d’une grande pelle de 125 tonnes et une robuste machine de 400 tonnes qui, pour lui, permettront de « valoriser » les sables minéralisés que la drague ne peut extraire dans les dunes. Guillaume Kurek renseigne que cet investissement de 30 millions d’euros dans un nouvel équipement minier de traitement des sables minéralisés est accompagné du recrutement de 104 collaborateurs.

« Il est possible de mener un ambitieux projet minier tout en respectant ses engagements environnementaux. 8 ans après sa mise en service et après 830 millions US$ d’investissement, GCO est devenu un des leaders mondiaux des sables minéralisés. L’entreprise se développe sur la base des meilleurs standards internationaux », a-t-il souligné. Avant de préciser que lui et ses collaborateurs travaillent avec « énergie et engagement pour faire de GCO une entreprise performante, responsable et durable pour tous ».

Le ministre des Mines et de la Géologie, après avoir reçu des mains du Dg de GCO le document de restitution des terres réhabilitées, a eu droit à  une visite guidée du site de la mine. Oumar Sarr et sa délégation ont, tour à  tour, visité les terres restituées, le nouvel équipement acquis et le logement des personnes déplacées du site. Ce qui lui a permis de féliciter le groupe Eramet et sa filiale.

« L’obligation de réhabiliter un site minier ne dispense pas les titulaires de titre minier. mais elle en marque plutôt la volonté »

Selon lui, la réhabilitation progressive constitue « une des bonnes pratiques recommandées dans l’industrie minière en ce sens qu’elle permet de restituer au fur et à  mesure un site à  l’environnement pour lui donner une vocation similaire d’avant exploitation ou tout au plus une autre utilisation plus adaptée favorisant un développement socio-économique local et un cadre de vie agréable », a expliqué l’autorité étatique. Avant de rappeler que « l’obligation de réhabiliter un site minier ne dispense pas les titulaires de titre minier de celle de  constituer une garantie de réhabilitation, mais elle en marque plutôt la volonté ».    

GCO contribue au budget de l’Etat, crée des emplois et protège l’environnement 

En tant que projet minier du Plan Sénégal émergent (PSE), GCO a investi près de 800 millions US$ dans une mine flottante, une usine de traitement, une centrale électrique d’une capacité de 36 MW, la ligne de chemin de fer Diogo-Dakar et des installations portuaires à  Dakar. Entrée en production en 2014, la société GCO est déjà  le 6ème contributeur minier au budget de l’Etat du Sénégal, selon le rapport de l’ITIE). En effet, elle a créé 1 700 emplois dont 220 durant ces 12 derniers mois. Et 97% de ces emplois sont pourvus par des Sénégalais.

Sur le plan sociétal, la filiale du groupe français Eramet a permis à  2 000 personnes d’avoir un accès à  l’eau. GCO a aussi construit 15 écoles élémentaires ou coraniques ; 38 salles de classes au profit de 1 900 élèves bénéficiaires dans la zone, sans oublier les 6 Km de sécurisation d’écoles et la création et l’accompagnement de 11 Groupements d’intérêt économiques (GIE) partenaires.

Concernant l’environnement, GCO est la première entreprise minière à  restituer les terres réhabilitées au Sénégal. Elle a réhabilité 1023 hectares avec un objectif de 100% de réhabilitation des terres défrichées. En 2021, GCO a lancé un projet de développement d’une centrale solaire hybride de 20 MW en vue de « diminuer fortement » son empreinte carbone. Laquelle entrera en production début 2024.

Pour illustrer son engagement en faveur de la planète, il faut rappeler que GCO est également la première mine sénégalaise à  avoir obtenu les certifications ISO 14 001, preuve de l’excellence du système de management de l’environnement et de l’énergie mis en place, et ISO 50 001 (management de l’énergie).

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)