Doudou Wade "Nous n'avons pas demandé l'amnistie et le PDS reste dans l'opposition "
Doudou se veut clair au sujet de l'affaire Karim Wade : "Le Pds ne demande pas d'amnistie", contrairement ce qu'avancent certains analystes et hommes politiques. "Nous n'avons pas demandé l'amnistie, parce que l'amnistie ne se demande pas. Nous ne sommes pas capables de faire l'amnistie. Nous ne sommes pas des législateurs et nous n'avons pas l'initiative de la loi", lance Doudou Wade sur les ondes de Sud Fm.

D'après le responsable politique opposant, ce que demandent le Pds et son leader Abdoulaye Wade c'est le respect des droits de Karim Wade. "Ce que nous demandons c'est qu'on nous respecte nos droits. Nos droits, c'est ce que dit le comité des droits de l'homme de l'Onu: respecter le double degré de juridiction, nous mettre dans un tribunal qui peut nous juger avec équité, respecter les droits de la défense, dédommager Karim Wade et faire en sorte que le Sénégal ne soit plus dans ces travers", souligne-t-il.

Les retrouvailles Wade-Macky dont la deuxième étape été actée hier, ne changeront pas grand chose la posture du Pds. Invité de l'émission Objection sur Sud fm, Doudou Wade coupe net les rumeurs d'un deal. "Le Pds reste un parti d'opposition", tranche le secrétaire général adjoint en charge des conflits du comité directeur du Pds.

Selon lui, le Pds saura "concilier" cette nouvelle donne avec sa posture de parti d'opposition comme il a su le faire sous Diouf. Toutefois, Doudou Wade admet que ces retrouvailles rétablissent la "normalité" dans les rapports Wade et Macky.

"Dans un pays où la démocratie est une quête perpétuelle, l'opposition et le pouvoir se parlent. Dans notre pays le Sénégal, les journalistes, ces 7 dernières années, ont eu critiquer pour dire qu'ils ne comprennent pas pourquoi le pouvoir et l'opposition ne se parlent pas et pourquoi le président Abdoulaye Wade et Macky Sall ne se rencontrent pas et ne se parlent pas. Ce n'est pas normal que nous restons 7 fois 365 jours, que le président en exercice ne parle pas avec son prédécesseur. Il faut accepter que nous étions dans l'anormalité", déclare-t-il.

Nous vous recommandons

Actualité

Le Nigeria s'engage

Slateafrique

Actualité

VIDEO - Modou Lô aussi chez Bombardier pour présenter ses condoléances

Leral