Drame de Pikine : cinq choses à  savoir sur le meurtre de Fatou Kiné Gaye

Par , publié le .

Actualité

La gérante du multiservices «Ets Mansour Sy» de Pikine Rue 10 a été poignardée à  mort par son superviseur nommé K. B. Voici cinq choses à  savoir sur une boucherie qui a ému le pays. Source : le journal Les Echos de ce lundi.

1. Trente-sept coups de couteau

Fatou Kiné Gaye a reçu trente-sept coups de couteau de son agresseur présumé, K. B. C’est le constat de la police scientifique et technique, qui a examiné le corps de la victime. Ce dernier visait particulièrement l’abdomen de la dame.

2. Micmacs autour d’un versement

Tout est parti d’un versement suspect. En effet, K. B. déclare avoir remis 5,5 millions de francs CFA à  Fatou Kiné Gaye. Cette dernière remarque que seuls 2 millions ont été versés. Elle s’emporte, réprimande son superviseur, qui nie avoir menti sur le montant. La gérante du multiservices maintient ses accusations, lui rappelle d’autres micmacs et menace de la dénoncer.

3. La demande de prêt de 200 000

Après avoir été réprimandé par Fatou Kiné Gaye au sujet du versement suspect (voir au-dessus), K. B. demande à  cette dernière de lui prêter 200 000 francs CFA pour son baptême (hier, dimanche). La victime refuse. L’assassin présumé sort furieux du multiservices. Il ne partait pas pour de bon. Il avait prévu de revenir. Armé d’un couteau de cuisine, cette fois-ci.

4. L’assassinat, le vol et la diversion

Après avoir planté 37 coups de couteau à  Fatou Kiné Gaye, selon les premiers éléments de l’enquête, K. B puise dans la caisse du multiservices, quitte les lieux, change ses habits tachés de sang. Il reviendra sur place pour se fondre parmi les populations qui venaient de découvrir le crime, et fait semblant d’apprendre le drame comme tout le monde.

5. Vrai fausse grossesse

L’autopsie et le certificat de genre de mort révèlent que Fatou Kiné Gaye est morte après avoir reçu 37 coups de couteau. Mais, contrairement à  une information distillée dans les médias, la victime n’était pas enceinte.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)