En Birmanie, nouvelles manifestations au lendemain de la journée de répression la plus meurtrière

Par , publié le .

Actualité

Un mois après le coup d’Etat militaire en Birmanie, des manifestants continuaient à  descendre dans les rues, jeudi, au lendemain de la journée de répression la plus meurtrière. Selon l’émissaire onusienne pour la Birmanie, au moins 38 manifestants ont été tués pour la seule journée de mercredi.

Des manifestants continuent à  descendre dans les rues, jeudi 4 mars, en Birmanie mais la peur est dans tous les esprits au lendemain de la journée de répression la plus meurtrière depuis le coup d’Etat. Au moins 38 manifestants ont été tués d’après l’ONU.

Rangoun, la capitale économique, de petits rassemblements se sont formés. « Nous sommes unis », scandent les contestataires, protégés derrière des barricades de fortune construites avec de vieux pneus, des briques, des sacs de sable, du bambou et du fil de fer barbelé.

Non loin de là , des commerçants se dépêchent d’écouler une partie de leur marchandise. « C’est dangereux de rester ici. La police et l’armée tirent aussi dans les rues. Il vaut mieux rentrer à  la maison et revenir le soir », raconte à  l’AFP un vendeur de nourriture.

« Hier a été une journée horrible… C’est très triste de constater que l’armée birmane n’a pas changé » depuis 60 ans, a déclaré à  l’AFP la militante Thinzar Shunlei Yi, ajoutant qu’elle continuerait à  protester à  San Chaung, un quartier résidentiel de Rangoun.

Au moins 54 morts depuis le putsch

Mercredi, les forces de sécurité ont tiré à  balles réelles dans plusieurs villes pour disperser des rassemblements pro-démocratie, des images diffusés sur les réseaux sociaux montrant des manifestants couverts de sang et blessés par balles à  la tête.

Bilan, au moins 38 morts, selon l’émissaire onusienne pour la Birmanie, la Suissesse Christine Schraner Burgener.

Au moins 54 civils ont été tués et des dizaines blessés depuis le putsch. Parmi les victimes, quatre mineurs, dont un adolescent de 14 ans, d’après l’ONG Save the Children.

L’armée a fait état pour sa part d’un policier décédé en dispersant une manifestation. Sollicitée, elle n’a pas répondu aux multiples requêtes de l’AFP.

Une foule importante s’est rassemblée, jeudi, à  Mandalay, deuxième ville du pays, pour les funérailles d’une jeune fille de 19 ans, décédée la veille. « Il n’y aura pas de pardon pour vous jusqu’à  la fin du monde », a chanté l’assemblée, réunie devant son cercueil entouré de fleurs.

Washington « horrifié et révulsé »

Les violences de mercredi ont provoqué un nouveau concert de protestations internationales.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté à  « l’arrêt immédiat de la répression » et le département d’Etat américain s’est dit « horrifié et révulsé », appelant la Chine à  « utiliser son influence » auprès des généraux. 

Pékin et Moscou, alliés traditionnels de l’armée birmane aux Nations unies, n’ont pas formellement condamné le coup d’Etat, considérant la crise comme « une affaire intérieure » au pays.

Christine Schraner Burgener s’est entretenue avec la junte, l’avertissant que les Nations unies « pourraient prendre des mesures importantes », pour tenter de mettre un terme à  la violence.

Elle a aussi proposé de se rendre en Birmanie, l’armée lui rétorquant qu’elle était la bienvenue, mais « pas maintenant ».

La cheffe des droits humains de l’ONU, Michelle Bachelet, a appelé jeudi l’armée birmane à  cesser « d’assassiner et d’emprisonner les manifestants ».

« Il est tout à  fait odieux que les forces de sécurité tirent à  balles réelles contre des manifestants pacifiques dans tout le pays. Je suis également consternée par les attaques documentées contre le personnel médical d’urgence et les ambulances qui tentent de prodiguer des soins aux personnes blessées », a déclaré Michelle Bachelet dans un communiqué.

Plus de 1 700 arrestations

Et la répression se poursuit aussi sur le terrain judiciaire. Aung San Suu Kyi, toujours tenue au secret par l’armée, est désormais visée par quatre chefs d’inculpation, dont « incitation aux troubles publics ». L’ex-président Win Myint, lui, est notamment accusé d’avoir enfreint la Constitution.

Six journalistes birmans, dont Thein Zaw, un photographe de l’agence américaine Associated Press (AP), sont eux poursuivis pour avoir « causé la peur parmi la population, répandu de fausses informations (…) ou incité des employés du gouvernement à  la désobéissance ». Ils encourent trois ans de prison.

Au total, plus de 1 700 personnes ont été arrêtées, inculpées ou condamnées depuis le 1er février, d’après une ONG d’assistance aux prisonniers politiques, un nombre qui est sans doute largement sous-évalué.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut