ETABLISSEMENTS CONTROLES, CONTRATS ENREGISTRES, ACCIDENTS, MALADIES... : Les chiffres du travail en 2018

Le ministère du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions est en conclave de deux jours pour procéder l'évaluation des activités de 2018 et la validation des plans de travaux annuels de 2019.

Le niveau d'activité a été satisfaisant, en 2017-2018 au ministère du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions. Selon des rapports, en 2018, 66 043 contrats de travail ont été enregistrés contre 56 328 en 2017. La même année, 4 189 établissements ont été contrôlés contre 2 557 en 2017. Et 311 accidents du travail ont été déclarés. Dans la même veine, 1 493 déclarations d'accident du travail et maladies professionnelles ont été notées, contre 1 955 en 2007. A ces chiffres, s'ajoutent les 997 bilans sociaux et 284 élections de délégués du personnel organisés.

Hier, profitant de l'atelier d'évaluation des activités de 2018 et de validation des plans de travaux annuels de 2019 que son ministère tient Saly, Samba Sy s'est prononcé sur les pensions de retraite servies par l'Ipres. A ses yeux, 2018 a été ''le couronnement de la mise en place effective de la pension minimale''. En outre, poursuit-il, les contrôles effectués dans les entreprises participent au respect de la législation du travail et la lutte contre l'évasion fiscale.

Ce faisant, il a salué l'apport des inspecteurs du travail qui jouent, ses yeux, un rôle important et transversal entre les différents segments du monde du travail et les employeurs. ''Au quotidien, les inspecteurs du travail sont présents dans les entreprises, l'écoute des travailleurs. Ils font un travail de conciliation. Je voudrais profiter de cette occasion pour rendre un vibrant hommage aux inspecteurs du travail et de la sécurité sociale. Ils accomplissent un travail remarquable. Durant l'exercice 2018, le nombre de visites d'entreprises est supérieur celui des années précédentes'', a déclaré Samba Sy.

Contraintes

Malgré les bons points dudit ministère, quelques contraintes ont été soulevées durant l'année 2018. Pour Mamadou Mbengue, Inspecteur Kédougou, leur travail nécessite beaucoup de sollicitations, mais les moyens humains font défaut. Il s'y ajoute que le nombre d'entreprises dépasse de loin celui des inspecteurs. Il a, par ailleurs, félicité leur ministre et l'Etat qui ont mis les moyens logistiques et matériels la disposition des inspecteurs.

A cela, le ministre Samba Sy a fait remarquer que le premier obstacle est lié au temps. ''Nous avions des obstacles liés au temps, qui ne permettaient pas toujours qu'on se déploie tel que nous le voulions ''. Ainsi, poursuit-il : ''Le propre de l'humain, c'est de chercher transcender les embûches qu'il peut rencontrer. Il est évident que nous aurions aimé avoir davantage de ressources pour faire tout ce que nous avions envie de faire.''

Néanmoins, le ministre se dit satisfait du parcours. Il invite agents et directions faire mieux et plus durant l'année 2019.

KHADY NDOYE (MBOUR)

Nous vous recommandons

Actualité

Tambacounda : Le meurtrier de Bineta Camara déféré au parquet ce mercredi

Dakaractu

Actualité

La proximité est-elle meurtrière ?

Dakarmatin