Ethiopie: l’Amhara appelle ses habitants

Par , publié le .

Actualité

La région éthiopienne de l’Amhara a appelé dimanche tous ses citoyens armés à  se mobiliser contre les rebelles du Tigré voisin, o๠la guerre fait rage, évoquant une « campagne de survie » pour la province.

Les deux régions s’opposent depuis des décennies au sujet notamment d’une zone de terres fertiles devenue un enjeu clé du conflit.

« A partir de demain (lundi), j’appelle tous les gens en âge (de le faire), qui sont armés que ce soit au niveau du gouvernement ou au niveau privé, à  se mobiliser pour une campagne de survie », a déclaré dimanche le président de l’Amhara, Agegnehu Teshager.

« Le soutien que nous recevons des civils dans la région est écrasant. Nous en sommes fiers », a-t-il ajouté.

Vendredi, la région Afar, à  l’est du Tigré, avait lancé un appel similaire à  ses civils.

Le conflit au Tigré a déjà  gagné la région Afar, mais l’appel des autorités de la région Amhara fait craindre qu’il ne s’étende davantage.

– Tournant majeur – 

Le Premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix en 2019, a envoyé l’armée fédérale au Tigré début novembre 2020 afin de destituer les autorités régionales, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Selon lui, cette opération, lancée après des mois de tensions, répondait à  des attaques contre des camps de l’armée fédérale ordonnées par le TPLF, parti qui a dominé le pouvoir éthiopien pendant trois décennies.

Abiy Ahmed a proclamé la victoire fin novembre, après la prise de la capitale régionale, Mekele, mais les combats se sont poursuivis et fin juin, les rebelles pro-TPLF ont repris Mekele, puis une grande partie du Tigré, marquant un tournant majeur dans le conflit.

Dans la foulée, le gouvernement a déclaré un cessez-le-feu unilatéral mais les combats ont continué. Six régions éthiopiennes, ainsi que la ville de Dire Dawa, ont récemment annoncé envoyer des troupes pour soutenir l’armée fédérale.

Des miliciens venus de l’Oromia, la région la plus étendue et la plus peuplée du pays, qui ne borde pas le Tigré, ont été déployés le long de la frontière entre l’Afar et le Tigré.

Au moins 20 civils ont été tués et des dizaines de milliers d’autres ont été déplacés dans de violents combats en Afar, a affirmé jeudi un responsable éthiopien.

La guerre a fait des milliers de morts et, selon les Nations unies, des centaines de milliers de gens y souffrent de famine.

– « Paysans mal-entraînés » – 

Un porte-parole des rebelles, Getachew Reda, a affirmé vouloir « libérer chaque centimètre carré du Tigré », dont les terres contestées de l’ouest et du sud, occupées depuis le début de la guerre par les Amhara.

Des milliers de miliciens amhara ont récemment été mobilisés à  la frontière entre les deux régions, mais M. Getachew les a qualifiés samedi de « milices paysannes mal entraînées ».

Dimanche, le président de l’Amhara a déclaré la même chose à  propos des forces pro-TPLF, ajoutant que ces dernières avaient subi de lourdes pertes.

« Nous ne prendrons pas de repos tant que le TPLF n’est pas enterré », a déclaré M. Agegnehu, précisant ne pas viser les civils tigréens, qui sont des « frères ».

Un blackout sur les télécommunications au Tigré ne permet pas de vérifier sur le terrain quelles sont les zones contrôlées par les différents acteurs du conflit.

En Afar, les combats se poursuivent depuis plus d’une semaine, a affirmé dimanche à  l’AFP Ahmed Kaylota, porte-parole de la région. 

« Nous sommes toujours en guerre », a-t-il dit, ajoutant que le TPLF continue de contrôler des territoires dans les districts afar de Awra, Ewa et Gulina.

Ahmed Kaylota a précisé ne pas avoir de chiffres concernant des décès mais a confirmé que « 75.000 » personnes étaient déplacées dans la région.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)