Ex-soldats et ex-rebelles: Le cocktail qui écumait Ziguinchor anéanti...

Ex-soldats et ex-rebelles: Le cocktail qui écumait Ziguinchor anéanti...

Leral Le 2019-10-22  Source

Ouf de soulagement pour les populations de Ziguinchor. La bande qui semait la terreur dans les boutiques, écoles et autres stations-services est tombée dans les mailles de la police. Ce qui est grave, c'est qu'il s'agit d'anciens hommes de tenue et ex-rebelles qui ont fait une sale équipe.

Fin de cavale des cambrioleurs en série qui écumaient la ville de Ziguinchor. Selon les sources de "Senego", les «commandos délinquants» qui constituent cette bande expliquent le professionnalisme de leurs attaques bien planifiées. Il y aurait parmi eux d'anciens hommes de tenue libérés et d'ex-rebelles. C'est eux qui ont fait équipe pour semer la zizanie dans la ville.

La preuve, les matériels volés déclarés à la police ont été trouvés chez eux. La qualité des délinquants interpellés confirme l'hypothèse que les auteurs des actes de cambriolage étaient loin d'être des amateurs. Ils ont passé trois tours d'horloge à semer le désordre au lycée privée Saint Charles Lwanga, des heures au Cem Boucotte sud qu'ils ont dépouillé de toutes ses installations électriques et cambriolé une boutique au quartier Lyndiane

Arrestation groupée

Au départ, c'est une bande de trois personnes qui était déclarée. Mais les fouilles de la police ont livré qu'ils sont sept (7) en réalité. Ils ont tous été cueillis chez eux au bout d'une chasse à l'homme de 12 tours d'horloge.

Le premier brigand a été «moissonné» chez lui au village d'Etomé, à une vingtaine de kilomètres de Ziguinchor. C'est, selon nos sources, lui qui a balancé l'identité et les lieux d'habitation de ses acolytes. Du coup, la machine s'est mise en branle. Résultat, les six autres ont tous été pris chez eux, tôt le matin du dimanche dernier.

Des kalachnikovs ?

Avec ce conflit trentenaire de la Casamance, il y a beaucoup d'armes en circulation. Des armes à la portée de tous. Pour lutter contre le grand banditisme, les autorités devraient aller dans le sens de répertorier tout cet arsenal en circulation et qui représente un vrai danger public. D'autant plus que les armes qu'auraient utilisées les malfaiteurs lors du cambriolage du lycée Saint Charles Lwanga seraient des Kalachnikov.

Les douilles de balles retrouvées dans la boutique cambriolée de Lyndiane étayent cette hypothèse.

Nous vous recommandons