Exactions contre les civils au Sahel : des enquêtes seront menées avec l'appui de la France.

Exactions contre les civils au Sahel : des enquêtes seront menées avec l'appui de la France.

Dakaractu Il y'a 5 jours  Source
Dans un rapport publié début juin, Amnesty International a dénoncé des exactions qu'auraient commises les armées du Mali, du Niger et du Burkina Faso contre des populations civiles sur l'autel de la lutte contre le terrorisme. Dans cette enquête menée par l'ONG, 200 incidents composés essentiellement d'exécutions extrajudiciaires, de disparitions forcées de civils ont été documentés.

L'Organisation non gouvernementale a demandé aux Etats dont les forces armées ont été incriminées de situer les responsabilités et de sévir s'il le faut. Une recommandation qui n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd.

Lors du Sommet du G5 Sahel accueilli par la Mauritanie ce mardi 30 juin, les chefs d'Etat ont, dans le communiqué final « renouvelé leur engagement ne tolérer aucune violation des droits de l'homme, et au respect du droit international humanitaire ». Ils se sont engagés renforcer la judiciarisation des champs des opérations, notamment en poursuivant la montée en puissance de la composante prévôtale des armées nationales et de la Force conjointe, et l'adhésion de l'ensemble des forces de défense et de sécurité au cadre de conformité en matière des Droits de l'homme. Des enquêtes seront menées avec l'appui de la France.

Selon Emmanuel Macron, dans le combat contre le terrorisme, « nous nous devons d'être exemplaires. C'est le sens des engagements forts qui ont été pris aujourd'hui par mes homologues sahéliens face aux faits graves qui ont été rapportés », salue-t-il.

« Des enquêtes seront menées et la France comme elle l'a déj fait, est disposée appuyer ces enquêtes qui doivent être menées leur terme », renchérit le président français. Cet engagement est motivé par l'impératif consistant faire en sorte que le Sahel ne plonge pas dans un cycle de violence et de représailles.

« C'est précisément ce que cherchent les groupes terroristes et ce qu'ils ont réussi faire dans le passé. Les populations peulh ne sont l'ennemi de personne. Et je salue la détermination de mes homologues sahéliens enrayer tous les amalgames. Nous n'avons qu'un ennemi : le terrorisme islamiste dans la région », a rappelé Emmanuel Macron.

Nous vous recommandons