Filière Sel : La DER/FJ accompagne les producteurs du bassin arachidier

Filière Sel : La DER/FJ accompagne les producteurs du bassin arachidier

Seneweb Le 2020-07-03  Source
(Kaolack, envoyé spécial) - La Délégation générale à l'Entrepreneuriat rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) n'accompagne pas seulement les acteurs de la filière anacarde, et autres. Elle aide également les producteurs de Sel du Sénégal en terme de financement. C'est dans ce sens qu'elle effectue une mission de deux jours (2 et 3 juillet) dans les régions de Fatick, Kaolack et Kaffrine. Il s'agit ici, d'une visite de terrain que le Délégué général de la DER et son équipe ont organisé pour constater de visu la production par rapport à la première phase de financement que la DER a injecté dans cette partie centre du pays au profit des producteurs de Sel mais aussi, de rediscuter sur le besoin réel des producteurs pour qu'ils puissent produire notamment, du Sel mûr, cristallisé, de qualité et hygiénique.

Financer et accompagner pour produire du Sel de qualité

En effet, selon Assya Gaye, chargée de la structuration des chaînes de valeur à la DER/FJ, pour avoir du Sel de qualité, il faut une production de qualité. C'est pourquoi, dit-elle, la DER, dans le cadre de son accompagnement, a commencé d'abord par refaire les champs de production de Sel. Et en ce sens, elle a doté les producteurs de motos-pompes, et autres matériels d'aménagement pour qu'ils puissent «bien délimiter et respecter» la proportion. Ainsi, la DER a mis à leur disposition, avec l'aide de nutrition internationale, un technicien qui vient mesurer et qui est même capable de quantifier la production réelle à la fin.

Après ces étapes, Assya renseigne que la DER a doté chaque GIE (Groupement d'intérêt économique : Ndlr) d'un financement de 2 millions de francs Cfa pour acheter de l'essence et du matériel de qualité et de prendre en charge la main-d'Âœuvre afin qu'il soit à l'abri du besoin durant toute la période de sédimentation du Sel. Elle a aussi renforcé la capacité financière de la coopérative pour qu'elle puisse acheter la production des GIE en cas de besoin.

La DER ne s'est pas arrêtée là. Elle est également en train d'accompagner la coopérative des producteurs de Sel de la région de Kaolack afin qu'elle soit capable à «répondre à la demande» des industriels, tels que Patisen et Senico en matière de Sel. Sur ce, Assya signale qu'aujourd'hui, avec les industriels, la DER est en train de travailler sur un cahier de charge qui doit être respecté par les producteurs.

Plus de 1 milliard de financement destinés aux producteurs

Pour ces trois régions du bassin arachidier, la DER a décidé d'injecté une enveloppe de 1 milliard 200 millions de francs Cfa. Et sur cette enveloppe, selon Assya toujours, 420 millions ont été déjà débloqués.

Dans la deuxième phase de financement, la DER a également décidé d'accompagner ladite coopérative dans l'acquisition de matériels roulants, à savoir : des tracteurs et autres logistiques, qui permettront aux producteurs d'aller jusqu'au aux champs en période d'hivernage et de transporter le Sel vers des sites de stockage.

Un financement de 200 millions prévu pour Kaffrine

A cet effet, le Délégué général de la DER, accompagné de son équipe, s'est rendu à Kaffrine, ce jeudi 2 juillet. Ici, Papa Amadou Sarr a eu un échange fructueux avec le Gouverneur de la région, William Manel, sur le programme de financement et d'accompagnement que la DER a prévu pour les producteurs de la filière Sel de la localité. Il renseigne que son institution va mettre une enveloppe de 200 millions de francs Cfa pour financer les producteurs de la région.

«Une filière très importante»

L'autorité administrative, pour sa part, a magnifié et salué à sa juste valeur cet appui de la DER au profit du Sel qui, selon lui, occupe une place de choix dans l'économie de la région. «C'est un immense plaisir pour moi de recevoir la délégation de la DER/FJ ici à Kaffrine. Parce que, elle est venue appuyer une filière très importante, en l'occurrence la filière Sel, qui est un pan important de notre économie régionale et dans laquelle s'activent des centaines de personnes, particulièrement des femmes qui, grâce au Sel, parviennent à générer des revenus», a souligné William Manel. Qui précise que «tout ce travail autour du Sel se fait de façon très artisanale». Ce qui a un impacte, pour lui, sur la qualité mais également sur la production.

Toutefois, le Gouverneur soutient qu'aujourd'hui, avec le financement et l'appui de la DER, ces femmes productrices vont «davantage produire mais aussi elles vont répondre aux attentes des clients, en matière de qualité», notamment.

Après la Gouvernance, le patron de la DER a visité des sites de production et de stockage de Sel à Keur Mboucki (département de Birkelane), en compagnie de Yaye Fatou Diagne, maire de la commune de Ngathie Naoudé (Kaolack), et des producteurs de la zone. Ici, s'activent des femmes et des jeunes dans la production de Sel depuis belle lurette. Adja Fatou Ndiaye dirige un Groupement d'intérêt économique (Gie) de 7 personnes à Ngathie Naoudé. Lequel fait partie de la coopérative de l'union régionale de Kaolack. Selon elle, le financement et l'accompagnement de la DER ont permis de booster considérablement leur production. Elle dit : «Depuis notre naissance, nous sommes dans le Sel et nous y travaillons. Nous nous s'activons nuit et jour et nous ne connaissons que le Sel. Mais nous travaillons avec nos moyens du bord. Cette année, grâce à Dieu, nous avons eu connaissance avec la DER. Et nous nous en réjouissons car, elle nous a permis aujourd'hui de booster notre production de manière significative. Elle a financé notre groupement et avec cet argent, nous avons acheté des machines qui nous ont permis d'aménager des parcelles de production en un temps record et de faire plusieurs récoltes dans l'année».

La vieille dame signale que chaque parcelle de production peut apporter une récolte de près de 2 tonnes de Sel.

Vers un partenariat formel entre Patisen, la DER et les producteurs de Sel

Venu prendre part à cette visite de terrain au nom de Patisen Sénégal, Bilaly Camara a précisé que l'usine importait du Sel de «qualité» pour la fabrication de produits alimentaires car, le Sel qui est produit au Sénégal ne répond pas à la qualité qu'elle veut. Et pour lui, «il ne sert à rien d'importer du Sel de qualité alors qu'on peut en trouver sur place». C'est pourquoi, la DER, dans une forme de collaboration, a approché Patisen pour dire qu'elle est prête à financer les producteurs locaux du Sel afin qu'ils puissent produire du Sel dont elle a besoin.

Ainsi, Patisen a envoyé ses critères en matière de qualité à la DER. Et selon Bilaly Camara, dès que les spécifications sont requises, il y aura un cadre formel de partenariat entre Patisen industriel, la DER et les producteurs de Sel du basin arachidier.

«Un accompagnement venu point nommé»

Le président de la coopérative des producteurs de Sel de Kaolack, Ousmane Ndiaye, pour sa part, a soutenu que la DER est venu à point nommé. «La DER est venue au moment où nous l'avons besoin. C'est seulement en mars dernier que nous avons commencé tout ce travail que vous voyez là. Donc, vous pouvez constater que DER nous a trouvé sur un point et en train de nous amener sur un autre point», a-t-il lancé.

Il signale qu'au-delà même du financement, la DER les accompagne dans la formation de «bonne gouvernance et de pratique de production de qualité». Autrement dit, dans l'hygiène, la maturité et la qualité du Sel.

Créée en 2016, cette coopérative est composée de 27 GIE et compte à ce jour 1570 membres dont 883 femmes et 455 jeunes.

Une dizaine de GIE financée

A en croire Ousmane Ndiaye, la DER a financé 10 GIE de sa coopérative. Il s'agit de 30 producteurs de Sel qu'elle a formalisé en 10 GIE. Et chaque GIE a reçu un financement de 4 millions 895 000 mille francs Cfa pour sa formalisation. Ce qui fait un total de 48 millions 950 mille francs Cfa de financement au profit des producteurs de la région de Kaolack.

Concernant la coopérative, il renseigne qu'elle a été financée à hauteur de 116 millions 625 mille francs Cfa dont une partie a été allouée à l'investissement (achat de motos-pompes, et autres) et l'autre pour le fond de roulement.

Ici, les producteurs avaient également des problèmes d'écoulement de leurs productions, qui sont estimées à près de 60 000 tonnes. La tonne est vendue à 25 000 francs Cfa. Ce qui produit un chiffre d'affaires de 1 milliard 500 millions de francs. Mais, cette problématique sera bientôt qu'un vieux souvenir car, la DER les accompagne aussi en ce sens. En effet, elle a créé un partenariat entre la coopérative et les sociétés Patisen Sénégal et Senico. Ce, afin d'acheter la production de Sel.

Nous vous recommandons

Actualité

Gagner le combat contre la COVID-19.

Dakaractu

Actualité

COVID-19 SENEGAL : ACCOMPLIR OU TRAHIR LA MISSION.

Dakaractu

Actualité

Podor - Nationale 2 : Une fillette de 4 ans mortellement heurtée

Senegal7

Actualité

TOUBA LANCEMENT DES TRAVAUX TOUBA CA KANAM

Seneweb

Actualité

Mali / Les nouveaux membres du Conseil Constitutionnel connus...

Dakaractu

Actualité

Darou Mousty

Enqueteplus