Fin de la 11ème épidémie d’Ebola en RDC : Des progrès notés dans la réponse médicale (Médecins Sans Frontières)

Par , publié le , Modifié le .

Actualité

Dans un communiqué transmis à la rédaction de Dakaractu, Médecins Sans Frontières a fait le point sur la fin de la 11e épidémie d’Ebola en République Démocratique du Congo. Près de six mois après son apparition dans la province de l’Equateur, l’épidémie de la maladie à virus Ebola a été maîtrisée grâce à une meilleure prise en charge des patients, estime Médecins sans Frontières.

 

Selon le dernier bilan du ministère congolais de la Santé, 130 cas (119 confirmés et 11 probables), dont 55 décès, ont été enregistrés, soit un taux de mortalité de 42,3%. « Ce taux est nettement inférieur à celui observé lors de la  10e épidémie 66%. La maladie a sévi pendant deux ans dans l’Est du pays, entre août 2018 et juin 2020, causant la mort de 2 287 personnes ».

 

L’introduction des dernières innovations médicales, le renforcement de la surveillance communautaire ainsi qu’une prise en charge décentralisée des soins, selon Médecins sans Frontières, ont contribué à la mise en œuvre d’une réponse efficace et adaptée au contexte, dans des zones souvent très difficiles d’accès, selon le MSF.

 

 

«Des leçons ont été tirées des précédentes épidémies : elles ont permis de mieux gérer la situation en Equateur, malgré des contextes d’intervention très différents. Au cours de la 10eme épidémie, notre réponse a parfois fait face à des difficultés d’acceptation parce que trop centralisée. Nous avons voulu privilégier une approche décentralisée en informant les communautés sur l’action médicale en cours et les mécanismes de surveillance pour, in fine, améliorer l’accès aux soins de santé », a soutenu le docteur Guyguy Manangama, l’un des responsables médicaux de MSF dans le document.

 

 

«Présente dès les premières semaines du mois de juin dans certaines aires de santé touchées par l’épidémie, l’organisation médicale a renforcé l’offre de soins en intégrant la prise en charge des autres pathologies (dont le paludisme et la malnutrition aiguë) au travers de stratégies innovantes, fixes et mobiles, dans ses zones d’intervention. Plus de 1 450 consultations ont pu être menées dans 28 centres de santé de cinq zones de santé, parmi celles qui avaient notifié au moins un cas confirmé ou présenté des décès communautaires non-expliqués. Une formation du personnel médical à une meilleure connaissance de la maladie à virus Ebola et des donations de médicaments indispensables au traitement ont complété ce dispositif », lit-on dans le document.

 

«Outre cette approche communautaire et décentralisée, les nouveaux moyens de prévention et de traitement ont contribué à l’offre d’une couverture médicale de qualité. Ces outils ainsi que la flexibilité des équipes médicales face aux caractéristiques spécifiques des contextes d’intervention témoignent des expériences acquises au cours des réponses aux précédentes épidémies. Elles doivent permettre d’assurer une prise en charge de plus grande qualité, intégrée et proche du patient dans le futur », conclut le texte.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut