France : Après sa nomination, Pap Ndiaye lynché par Zemmour, Le Pen…

Par , publié le .

Actualité

Fraîchement promu à  la tête de l’éducation nationale, Pap Ndiaye suscite moult réactions de ténors de la scène politique française. Sur leurs différentes plateformes sociales, ces leaders, majoritairement d’extrême droite, ont décrié le choix porté sur l’historien d’origine sénégalaise lui reprochant son engagement en faveur des minorités et notamment des noirs. La première à  s’insurger sur Twitter est Marine Le Pen. La figure de proue du Rassemblement national a écrit sur son compte : « La nomination de Pap Ndiaye, indigéniste assumé, à  l’Education nationale est la dernière pierre de la déconstruction de notre pays, de ses valeurs et de son avenir ». A ce titre, la deuxième à  la dernière élection présidentielle française en a profité pour donner une consigne de vote en vue des législatives pour « protéger (la) jeunesse des pires idéologies » !


Une autre réaction qui n’a pas tardé, celle d’Eric Zemmour. Le polémiste français a fait allusion à  l’une des déclarations d’Emmanuel Macron par rapport à  la question raciale disant qu’il fallait « d’une certaine manière déconstruire notre propre histoire ». Pour le candidat de Reconquête : « Pap Ndiaye va s’en charger ».


Depuis sa nomination, une capture d’écran d’un événement intitulé « Paroles non blanches » circule sur Twitter. Organisé en avril 2016 dans le but d’apporter des éléments supplémentaires « absents » des débats dans un contexte d’instauration de la loi travail, ce séminaire avait vu la participation de Pap Ndiaye. Si ces détracteurs ont ressorti cette rencontre 6 ans plus tard, c’est à  cause de son caractère « anti-blancs ». « En 2016, Pap NDiaye participait donc à  des « réunions en non mixité » (interdites aux blancs), explique Damien Rieu (un proche de Zemmour)  aux côtés des pires « indigénistes » dans le « bâtiment occupé » de l’université Paris 8. Voici celui qui sera chargé de l’éducation de nos enfants ». 

Un militantisme en faveur de la cause noire, également déploré par Georges Kuzmanovic. « Le nouveau ministre de l’éducation est #PapNdiaye, un des « papes » du wokisme, de l’indigénisme et de l’importation des délires sociétaux anglo-saxons », dit le candidat n’ayant pas réussi à  passer l’étape des parrainages lors de la dernière présidentielle. 

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)