France-Marche contre l'islamophobie : pourquoi la gauche fait "marche arrière"

France-Marche contre l'islamophobie : pourquoi la gauche fait "marche arrière"

Seneweb Il y'a 2 semaines  Source
Après avoir signé l'appel pour dire "Stop à l'islamophobie", de nombreuses personnalités de gauche ont annoncé leur refus de participer à la manifestation prévue dimanche. Les organisateurs dénoncent "un sabotage".

Marche-arrière toute ! De nombreuses personnalités - souvent de gauche- qui avaient signé la tribune publiée le 1er novembre dans « Libération » pour dire « Stop à l'islamophobie », ne seront finalement pas de la manifestation prévue ce dimanche 10 novembre à Paris.

Ruffin joue au foot, Jadot fait campagne
François Ruffin, député LFI de la Somme ? Ce n'est plus « mon truc », a-t-il indiqué ce mercredi sur « France Inter ». Quand il a signé l'appel, il était distrait, en vacances à Bruxelles où il mangeait des gaufres avec ses enfants. Il en avait même oublié que dimanche prochain, comme tous les dimanches, il aurait football.

Yannick Jadot, eurodéputé EELV ? Mercredi, il a découvert que le texte qu'il a signé ne lui convenait plus, ou en tout cas certains termes comme « lois liberticides » ou « islamophobie ». Et de toute façon, lui aussi s'est souvenu qu'il avait d'autres engagements à Ivry-sur-Seine où il soutiendra la candidate EELV aux municipales.

Fabien Roussel le secrétaire national du PCF ? Pareil...Après avoir signé la tribune, il a annoncé qu'il ne participera pas à cette marche controversée.

Caroline de Haas, la militante féministe ? Elle rétropédale elle aussi, mais à sa façon. Elle a demandé que son nom soit retiré de la liste des signataires de l'appel, en confirmant toutefois sa participation à la manifestationÂ…

Constatant ces défections à répétition, les organisateurs de la marche contre l'islamophobie ont dénoncé jeudi un « sabotage » venu de la gauche et du Rassemblement national. La polémique s'est cristallisée autour de la présence, parmi les organisateurs, du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), accusé de liens avec les Frères musulmans.

10 000 personnes, dont Jean-Luc Mélenchon, attendues

C'est d'ailleurs pour ce motif que mardi soir, le PS a annoncé son refus de soutenir et de participer à la manifestation. En dépit de la controverse, 10 000 personnes sont attendues dimanche à Paris pour dire « Stop à l'islamophobie ». Parmi elles, Jean-Luc Mélenchon, le patron des Insoumis, ou encore Ian Brossat, le porte-parole du PCF.

Nous vous recommandons

Actualité

SAINT-LOUIS PESE 822 MILLIARDS POUR 463 PROJETS, SELON LE GOUVERNEUR

Sudonline

Actualité

LES POPULATIONS PARTAGEES ENTRE SATISFACTION ET REGRET

Sudonline

Actualité

BOUGHAZELLI DEVANT LE PROCUREUR, CE JEUDI

Sudonline