G5 Sahel: après le déploiement militaire, place au développement

Les bailleurs de fonds et partenaires internationaux du G5 Sahel ont dépassé les attentes. Jeudi Nouakchott ils ont en effet promis des aides de 2,4 milliards d'euros, soit «"127% de l'objectif de mobilisation initial"», selon un communiqué publié dans la soirée l'issue d'une conférence des donateurs dans la capitale mauritanienne et consulté par l'AFP. Ces fonds sont destinés mettre en oeuvre, terme, une quarantaine de projets de développement axés sur la lutte contre le djihadisme.

«"Ces engagements de nos partenaires couvrent largement les besoins globaux du programme d'investissement prioritaire (PIP)"», a commenté devant la presse le président en exercice du G5 Sahel, le Nigérien Mahamadou Issoufou. Avant cette conférence, le G5 avait estimé 1,9 milliard d'euros les fonds nécessaires pour financer son Programme d'investissements prioritaires (PIP) pour la période 2019-2021, qui vise en particulier les régions frontalières où les djihadistes tirent parti des carences des Etats pour s'implanter. En construisant des écoles, des centres de soins ou en offrant un accès l'eau, les gouvernements espèrent fidéliser des populations déshéritées susceptibles sinon de céder aux sirènes djihadistes.

Repenser le développement de la région

L'Union européenne et la France mettront le plus la main au portefeuille. L'UE a ajouté122millions d'euros «"d'argent frais"», portant sa participation 800millions d'euros, selon le commissaire la Coopération internationale et au Développement, Neven Mimica. Paris, qui avait déj engagé280millions d'euros, a également promis une rallonge de220millions. De cette manière, «"la France [...] investira500millions au profit des priorités"» du G5 Sahel, a souligné le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian. L'Arabie saoudite a également annoncé une aide de100millions de dollars pour le PIP, ainsi que50millions de dollars pour la force conjointe......

→ Lire l'article au complet sur Lepoint



Nous vous recommandons