Gambie : Le rapport final sur «les crimes» de Jammeh remis à  Barrow, ce 30 septembre

Par , publié le .

Actualité

La Commission vérité, réconciliation et réparation (TRRC) va présenter son rapport final relatif aux violations des droits humains commises pendant le régime de Yahya Jammeh (1994-2017) à  l’actuel président Adama Barrow, ce jeudi 30 septembre, vers 10 h.

Selon le communiqué de Reed Brody, la TRRC détaillera les crimes commis pendant la présidence du président Yahya Jammeh et exprimera ses recommandations sur les poursuites à  engager.

«La Commission vérité, dont les audiences ont été suivies à  la radio et à  la télévision, devrait identifier et recommander des poursuites contre les personnes qui portent les responsabilités les plus importantes dans les violations et abus des droits humains»  dont Jammeh. Elle y prononcera également des recommandations en matière de réparation, de réconciliation et de réformes institutionnelles», indique-ton dans le document.

La note ajoute que «depuis le début des auditions en janvier 2019, 392 témoins ont été auditionnés. Les auditions des membres du précédent gouvernement et des victimes permettent d’établir un lien entre Jammeh avec des meurtres et des tortures d’opposants politiques, notamment le meurtre de 59 migrants d’Afrique de l’Ouest et la »˜’chasse aux sorcières » de centaines de personnes victimes de détention arbitraire. Ils rapportent également que Jammeh aurait violé et agressé sexuellement des femmes qui lui étaient présentées. En outre, il aurait mené personnellement un programme frauduleux de lutte contre le sida, forçant les malades à  arrêter leur traitement au profit de soins prodigués personnellement par Jammeh».

Reed Brody de faire savoir que selon l’acte constitutif de la Commission vérité, réparation et réconciliation, le gouvernement gambien disposera de six mois pour répondre à  ces recommandations, qui devraient être un thème central des prochaines élections prévues le 4 décembre 2021. Alors que début septembre, le National People’s Party (NPP), parti du président Adama Barrow, a formé une alliance électorale avec l’Alliance for Patriotic Reorientation and Construction Party (APRC). Cette alliance suscite des doutes quant à  la volonté du gouvernement dans la mise en Å“uvre des recommandations de la Commission vérité.

«Le président par intérim de l’APRC, Fabakary Tombong Jatta, a déclaré que le rapport final de la Commission vérité devrait être »˜’jeté dans une corbeille à  papier »», dénonce-t-il.

Là  oà¹, souligne-t-on, d’après une étude publiée le 6 septembre par Afrobarometer, un réseau de recherche panafricain, 73 % des Gambiens estiment que ceux qui ont commis des atteintes aux Droits de l’homme pendant le régime de Jammeh, devraient faire l’objet de poursuites judiciaires.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)