GESTION DE L'EAU PAR LE REGIME DE WADE: Les libéraux soldent leurs comptes avec Serigne Mbaye Thiam

Par , publié le .

Actualité

Le vote du budget du ministère de l'Eau et de l'Assainissement a tourné, hier, au procès de la gestion de ce département stratégique par les régimes Diouf, Wade et Macky. Le ministre de l'Eau avait allumé la première mèche, lors de la conférence de presse du gouvernement, la semaine derrière. Face aux attaques des libéraux hier, il a répliqué.

Le ministre de l'Eau et de l'Assainissement persiste et signe sur la gestion de l'eau par le régime libéral. Serigne Mbaye Thiam précise toutefois qu'il n'a, dans ses propos, ciblé aucuneautorité. « On a du respect pour le président Abdoulaye Wade, mais on juge son action politique à la tête de l'Etat et on le fera tous les jours'', a répondu le ministre socialiste aux libéraux (voir ailleurs).

Il indique quele secteur de l'eau a connu des difficultés dans les années 1994. A l'époque, rappelle-t-il, le gouvernement avait décidé de lancer une réforme qui a abouti à avoir trois entités dans le secteur,que sontla Sones, l'Onas et la SDE.Cette réforme a permis, d'après Serigne Mbaye Thiam, d'avoir des avancées significatives dans le secteur de l'eau.

« En 2003-2004, le secteur s'est stabilisé par des investissements importants et par un équilibre financier. A l'époque, il a été décidé de faire face à la demande en eau. Sur cette période, dans le Programme eau à long terme, on a décidé de mettre en place le KMS2, l'usine de Keur Momar Sarr n°2, avec une capacité additionnelle de 65 000 m3pour renforcer la ville de Dakar. Il était prévu, en 2012, qu'on allait avoir un déficit en eau. C'était une solution d'attente pour régler la question à long terme (…)'', explique le ministre socialiste.

Par ailleurs, les Sénégalais qui s'insurgent continuellement contre la cherté des factures d'eau sont invités par Serigne Mbaye Thiamà suivre une procédure pour se plaindre auprès de l'autorité compétente. D'après leministre de l'Eau et de l'Assainissement, la direction de la Sen'Eau est prête à dépêcher une équipe en compagnie d'un plombier pour voir s'il n'y a pas de fuite dans les maisons concernées ou pour voir si le problème concerne les relevés de compteurs anormaux. »Des fois, il peut se poser un problème de régulation ou de relevé forfaitaire, au cas où les compteurs seraient inaccessibles. Des erreurs aussi surviennent sur les factures'', reconnait le ministre de l'Eau. Qui avertit toutefois: « Si la Sen'Eau est saisie et qu'elle refuse de rectifier, on peut saisir la Sones ou le ministère etune mission sera sur place pour vérifier.''

Serigne Mbaye Thiam annonce d'ailleurs qu'il a été instruit au directeur général de la Sones defaire un audit technique et commercial de la facturation. Ce qu'il faut retenir, dit-il, estque le gouvernement n'a pas augmenté le prix du m3 de l'eau en 2020. « Dans lecontrat Sen'Eau, des engagements ont été pris pour plus de transparence et de modernisation dans la facturation. Cela se fera sur une longue durée. Le consommateur saura en temps réel sa consommation avec le système de SMS à partir de 2021''.

———————————————————————————————————————–

SERIGNE MBAYE THIAM (MINISTRE DE L'EAU ET DE L'ASSAINISSEMENT)

« On a du respect pour le président Abdoulaye Wade, mais…''

Le vote du budget du ministère de l'Eau et de l'Assainissement a tourné, hier, au procès de la gestion de ce département stratégique par les régimes Diouf, Wade et Macky. Le ministre de l'Eau avait allumé la première mèche, lors de la conférence de presse du gouvernement, la semaine derrière. Face aux attaques des libéraux hier, il a répliqué.

Le ministre de l'Eau et de l'Assainissement persiste et signe sur la gestion de l'eau par le régime libéral. Serigne Mbaye Thiam précise toutefois qu'il n'a, dans ses propos, ciblé aucuneautorité. « On a du respect pour le président Abdoulaye Wade, mais on juge son action politique à la tête de l'Etat et on le fera tous les jours'', a répondu le ministre socialiste aux libéraux (voir ailleurs).

Il indique quele secteur de l'eau a connu des difficultés dans les années 1994. A l'époque, rappelle-t-il, le gouvernement avait décidé de lancer une réforme qui a abouti à avoir trois entités dans le secteur,que sontla Sones, l'Onas et la SDE.Cette réforme a permis, d'après Serigne Mbaye Thiam, d'avoir des avancées significatives dans le secteur de l'eau.

« En 2003-2004, le secteur s'est stabilisé par des investissements importants et par un équilibre financier. A l'époque, il a été décidé de faire face à la demande en eau. Sur cette période, dans le Programme eau à long terme, on a décidé de mettre en place le KMS2, l'usine de Keur Momar Sarr n°2, avec une capacité additionnelle de 65 000 m3pour renforcer la ville de Dakar. Il était prévu, en 2012, qu'on allait avoir un déficit en eau. C'était une solution d'attente pour régler la question à long terme (…)'', explique le ministre socialiste.

Par ailleurs, les Sénégalais qui s'insurgent continuellement contre la cherté des factures d'eau sont invités par Serigne Mbaye Thiamà suivre une procédure pour se plaindre auprès de l'autorité compétente. D'après leministre de l'Eau et de l'Assainissement, la direction de la Sen'Eau est prête à dépêcher une équipe en compagnie d'un plombier pour voir s'il n'y a pas de fuite dans les maisons concernées ou pour voir si le problème concerne les relevés de compteurs anormaux. »Des fois, il peut se poser un problème de régulation ou de relevé forfaitaire, au cas où les compteurs seraient inaccessibles. Des erreurs aussi surviennent sur les factures'', reconnait le ministre de l'Eau. Qui avertit toutefois: « Si la Sen'Eau est saisie et qu'elle refuse de rectifier, on peut saisir la Sones ou le ministère etune mission sera sur place pour vérifier.''

Serigne Mbaye Thiam annonce d'ailleurs qu'il a été instruit au directeur général de la Sones defaire un audit technique et commercial de la facturation. Ce qu'il faut retenir, dit-il, estque le gouvernement n'a pas augmenté le prix du m3 de l'eau en 2020. « Dans lecontrat Sen'Eau, des engagements ont été pris pour plus de transparence et de modernisation dans la facturation. Cela se fera sur une longue durée. Le consommateur saura en temps réel sa consommation avec le système de SMS à partir de 2021''.

HABIBATOU TRAORE

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut