Gouvernance vertueuse : Le Chef de l'Etat contrarié par sa double casquette

Gouvernance vertueuse : Le Chef de l'Etat contrarié par sa double casquette

Senegal7 Il y'a 3 semaines  Source

Les rapports de l'Ige reviennent au-devant de la scène politique nationale et donnent l'occasion aux Sénégalais de gloser davantage sur l'état très controversé de la gestion des affaires publiques. Certes, le Chef de l'Etat nomme tous les postes de l'administration, mais sa casquette de président de parti le contraint ne pas se démarquer de sa posture partisane. C'est l, tout le dilemme de la gouvernance vertueuse souhaitée par nos compatriotes.

Naturellement, le Président de la République qui aura bénéficié de la confiance des sénégalais au soir du 26 février 2012,est porté une gouvernance sobre et vertueuse telle qu'il l'a toujours rabâché au cours de ses différentes communications politiques.

L'enjeu aura été de taille puisqu'il est d'abord Chef de l'Etat et Première Institution du pays.

C'est lui qui définit la politique de la Nation et aurait les coudées franches sur presque toutes les mission régaliennes.

Mais au demeurant, c'est son échelle politique constituée de l'Alliance pour la République et d'une grande coalition présidentielle qui l'aura permis de se hisser au pouvoir.

Du coup, il est Président de la République mais aussi chef de parti. Sa posture Institutionnelle lui permet d'agir pour tous les sénégalais mais sa posture politique ne lui permet d'agir que pour son parti ou sa coalition de partis.

Les rapports de l'Inspection générale d'Etat (Ige),la Cour des comptes et l'Office national de lutte contre la Corruption (Ofnac) ont toujours soulevé des vagues au sein de l'establishment apériste et/ou présidentiel, mais le Chef de l'Etat trouve toujours la parade pour protéger au final ses propres partisans ou alliés.

Car, il ne peut les livrer en pâture la justice pour donner raison une opposition acerbe qui veut coûte que coûte lui ravir la vedette.

L, même s'il urge d'aller l'encontre de la loi, le président Sall ne laissera jamais ses partisans la merci de ses adversaires.

Mais en même temps, il serait aux antipodes de la loi puisque ces proches épinglés devraient normalement répondre devant la justice.

Cela veut dire que les rapports des corps de contrôle sont corrélés aux enjeux politiques qu'on le veuille ou non.

Ces corps peuvent être irréprochables mais ils sont victimes d'un système politique complexe où les enjeux politiques sont énormes et indéboulonnables.

Le Chef de l'Etat souhaite bien mettre en branle la gestion sobre et vertueuse des affaires publiques mais sa posture partisane l'empêche de le réussir.

Sans son échelle politique, il lui est impossible d'être Chef d'Etat mais sans aussi cette dernière posture, il lui est impossible de gouverner pour tous les Sénégalais.

Autant dire que sa double casquette le met dans une position la fois contraignante et politique.

S'agissant des opposants paradoxalement, on ne leur pardonne jamais les rapports des corps de contrôle.C'est l tout le dilemme de la gouvernance démocratique sous nos cieux. Diantre !

Assane SEYE-Senegal7

Nous vous recommandons