Grâce accordée Amadou Woury Diallo : "la loi n'a pas été appliquée dans ce dossier"

Le débat sur la grâce présidentielle de Amadou Woury Diallo secoue le monde du droit. Alors que le dossier sur l'affaire du trafiquant de faux médicaments le concernant est pendant, le prévenu a été élargi de prison contre toute attente. Et, pire encore, aucun document ni même des traces prouvant cette grâce présidentielle n'a été retrouvé au tribunal régional de Diourbel. Une situation très «délicate» selon Me Assane Dioma Ndiaye.

Six mois après la décision rendue par le tribunal régional de Diourbel sur l'affaire du trafic de faux médicaments, condamnant Amadou Woury Diallo 5 ans de prison, un décret, sorti de nulle part et qui n'a laissé aucune trace, a gracié ce dernier. Un acquittement que Me Assane Dioma Ndiaye voit mal, puisque, » l'on ne peut pas juger les autres prévenus en appel sans le principal responsable qui semble-t-il était l'origine du trafic illicite de médicaments«.

En effet, Amadou Woury Diallo a été gracié le 3 avril dernier alors que la procédure n'est pas définitive. Il est dans un groupe qui doit être rejugé en appel. Et, cette affaire a été jugée Diourbel et il y a eu un appel de la part de la partie civile (l'Ordre des pharmaciens du Sénégal). Seulement, le dossier est actuellement programmé pour le 27 mai au niveau de la Cour d'Appel de Thiès et entre-temps Amadou Woury Diallo a été gracié.

Cependant, ce qui intrigue Me Ndiaye, c'est qu'il n'y a pas une trace de la grâce et la Cour constate l'absence de Amadou Woury Diallo. «On peut en tirer qu'il y a un dysfonctionnement. Car, même si l'on gracie, on doit mettre au moins le décret dans le dossier pour permettre la Cour de savoir pourquoi le mis en cause est absent. Juste pour dire comment cette grâce pose problème«, tonne l'avocat.

Aussi, précise le président de la ligue sénégalaise des droits de l'homme, «la Cour ne peut plus juger Amadou Woury Diallo parce que la grâce, elle est définitive, c'est une prérogative régalienne régit par la constitution. Et pour le cas de M. Diallo, c'est déj consommé. L'on ne peut plus remettre en cause cette grâce«.

Par conséquent, en déduit Me Assane Dioma Ndiaye, «la loi n'a pas été appliquée dans ce dossier de trafic de faux médicaments. Parce qu'il y a entrave l'action de la justice. Cette grâce, même si elle ne peut pas être exclue, elle aurait due intervenir après que l'affaire soit définitivement jugée».

Nous vous recommandons

Actualité

Sindia : Un accident fait 1 mort

Dakaractu

Actualité

IAM : Saër Kébé a reçu sa bourse

Rewmi

Actualité

Fermeture des officines: Les pharmaciens revoient leur copie

Rewmi