Guy Marius Sagna: «Il y a toujours assez de policiers pour mater le peuple»

«Avez-vous remarqué la même chose que moî
Il y a toujours assez de policiers pour mater le peuple mais rarement assez pour le protéger des agressions.
C'est la continuation de la police coloniale.
C'est la police néocoloniale.
C'est dire une police au service de l'oppression des peuples.
Des forces de défense et de sécurité au service principale de l'oppression des populations et non une police, une gendarmerie, une armée du peuple.
Sous l'impérialisme, un agent des forces de défense et de sécurité est un «criminel en puissance».
Ils ne deviennent pas tous des criminels.
Mais l'environnement néocolonial, leur formation néocoloniale, les ordres qu'ils reçoivent en font facilement des «criminels».»

Nous vous recommandons