IMPOSTURE : Mystère autour d'une bande de voleurs

Un adolescent qui se présente dans un salon de coiffure, puis s'en retourne avec tous les téléphones portables qui s'y trouvent, sans que personne n'y trouve redire. C'est le cauchemar vécu Ngor village. On parle de magie.

Les faits se sont déroulés, il y a quelques jours, dans un salon de coiffure sis Ngor village. Aux alentours de midi, raconte la gérante qui préfère garder l'anonymat, un adolescent est entré et a poliment salué la dame, ses trois employées et sa cousine qui était de passage. Le jeune garçon, âgé de 13 ans environ, s'est présenté comme étant le fils du bailleur du salon qu'elle loue, depuis presque un an. Il lui a dit que son père voulait leur donner le code du wifi. Cela n'a pas alerté la dame, parce qu'effectivement, cela faisait un moment qu'elle le réclamait. Il s'y ajoute, selon notre interlocutrice, que le gamin ressemblait trait pour trait au dit bailleur. Ainsi, comme elle devait aller la boutique de cosmétique d' côté urgemment pour y acheter des produits, elle a demandé au petit de l'attendre.

Mais dès qu'elle est sortie, le jeune garçon a raflé les cinq téléphones portables qui s'y trouvaient. Pour réussir cet exploit, il lui a juste suffit de demander aux employées et la cousine de lui remettre les appareils. Puis, il s'en est allé. Sur le chemin du retour, la gérante raconte avoir croisé le voleur qui marchait grands pas. Elle l'a interpellé. Il lui a juste balancé: "Je reviens tout de suite.''

Une fois au salon, elle n'a pas retrouvé son téléphone qui y était en charge et a demandé où il était; les filles lui ont dit que le garçon qui était l les avaient pris. Elle a commencé s'inquiéter et est allée voir le propriétaire de la maison qui lui dit qu'il n'a pas de fils de cet âge et qu'il n'a envoyé personne. C'est l qu'elle a compris qu'elle s'était fait avoir et qu'on l'avait volée.

Gérante et employées choquées

Quant ses employées, elles sont convaincues qu'il y avait du mystique dans cette histoire, parce qu'elles savaient qu'elles ne devaient pas remettre les téléphones, mais que c'était plus fort qu'elles.

"On n'a pas pu lui dire non. On a juste rassemblé tous les téléphones, il les a mis dans ses deux poches et il est parti'', ajoutent-elles.

Encore sous le choc, Astou n'arrive pas comprendre comment un enfant de cet âge a pu mettre en place cette combine. Mais, d'après les riverains, il n'agit pas seul et fait partie d'un groupe de malfaiteurs qui sévit un peu partout Dakar.

FAMA TALL (Stagiaire)

Nous vous recommandons