Insertion : plus d'une centaine de jeunes enrôlés par l'association Diapalanté (vidéo)

Insertion : plus d'une centaine de jeunes enrôlés par l'association Diapalanté (vidéo)

Ndarinfo Le 2019-12-15  Source

L'association Diapalanté a décliné, samedi, ses nouvelles lignes de formation offertes aux jeunes en situation difficile et aux personnes vulnérables de la ville, à l'occasion d'une assemblée générale. Créée en décembre 2016 en concertation avec les services de l'état qui gravitent autour de la formation et de l'insertion, l'Inspection d'Académie, le Service régional de l'Action sociale, l'AEMO, mais également des associations comme le collectif des enseignants, l'ONG le Partenariat et des personnes ressources, Diapalanté veut jouer pleinement son rôle dans la lutte contre le chômage et l'accompagnement des couches vulnérables.

Ainsi, un centre mis en place par l'association permet à des jeunes (âgés de 16 à 25 ans voir 30) et des personnes en situation vulnérables (jeunes mères isolées, personnes handicapées motrices') de bénéficier d'un assistance et d'un suivi personnalisé, d'une durée de (1) un à trois ans, pour des activités de formation dans des métiers innovants de l'environnement et du développement durable afin de favoriser leur intégration dans le monde professionnel, aussi bien au sein d'entreprises qu'en les aidant à créer leur propre activité.

Aujourd'hui, plus d'une centaine de jeunes ont été enrôlés à travers cette démarche sociale.

«Notre souhait est d'accompagné des jeunes vers la voie de l'insertion, mais également de développer l'initiative entrepreneuriale pour le développement d'activités et de micro entreprise dans des secteurs innovants de l'environnement et du développement durable», a renseigné Absa GUISSE, la présidente. «Notre action se fait en complémentarité de l'action de l'action et en concertation étroite avec l'ensemble des partenaires», a-t-elle ajouté.

«Nos proposons aux jeunes des sessions sur les énergies renouvelables, l'habitat durable, l'éco construction, l'architecture de terreainsi que la valorisation des déchets. À cela s'ajoute la protection de la biodiversité, la transformation de produits locaux, la confection, les métiers du bois, ceux l'agriculture durable, et de l'agroécologie», a renseigné Mme GUISSE. «Au-delà d'un métier, notre objectif est avant tout l'insertion par le travail, répondant ainsi le mieux que l'on peut aux souhaits des bénéficiaires», a souligné la présidente.

>>> Suivez les réactions en vidéo ...

Nous vous recommandons