JOURNEE DU DROIT DES FEMMES A RUFISQUE : La solidarité sous diverses formes

JOURNEE DU DROIT DES FEMMES A RUFISQUE : La solidarité sous diverses formes

Enqueteplus Le 2018-03-09  Source

Les femmes de Rufisque n'ont pas failli la traditionnelle célébration de la Journée internationale des droits des femmes, en ce 8 mars. La solidarité s'est exprimée sous diverses formes dans la vieille ville.

La maison d'arrêt et de correction pour femmes de Rufisque a reçu la visite de plusieurs groupements de femmes, l'occasion de la Journée mondiale dédiée la gent féminine. Les membres de l'Amicale des femmes de la raffinerie de Mbao (Afsar) ont été les premières sur les lieux. Ces dernières ont apporté du matériel d'hygiène hauteur de deux millions de francs Cfa. Une action motivée, de l'avis de la présidente Fatou Niang Kane, par leur compassion envers leurs soeurs sous les liens de la détention. "Nous ne pouvons pas les exclure de la société. De ce fait, nous comptons, au sortir de cette activité, garder le contact, discuter avec elles pour leur faire comprendre que la prison n'est pas une fatalitéet qu'elles font toujours partie de la société pour qu'au sortir de ce lieu, elles ne soient pas l'écart.''

Quant aux travailleuses de l'imprimerie nationale de Rufisque, conduite par leur directrice, elles ont effectué une tournée dans les différentes structures sanitaires du département de Rufisque. Ndèye Ndack Diakhaté souhaite établir un partenariat entre la structure nationale et celles sanitaires de la localité. La journée a été bouclée par un panel sur le thème:"La femme régulatrice dans l'entreprise: mère, éducatrice, manager (courtoisie, rigueur et fermeté)».

Une façon, selon la directrice de l'imprimerie nationale, de mettre un accent sur la responsabilité de la femme dans l'entreprise."Pour que les missions qui nous sont assignées puissent être exécutées comme il se doit'', indique-t-elle. Ndèye Ndack Diakhaté de signaler qu'il faudrait "savoir gérer de manière très intelligente pour ne pas froisser les agents avec qui on travaille. Leur montrer que nous sommes engagées réaliser une mission et que nous devons la réaliser de la meilleure manière qui soit. C'est un mélange de genre qu'il faudrait réussir si l'on veut aller loin et atteindre les résultats que nous nous sommes fixés. C'est aussi nous inviter davantage d'engagement dans les missions que nous assurons et les fonctions que nous occupons''.

L'Agence d'aménagement et de promotion des sites industriels (Aprosi) de Diamniadio a aussi célébré hier la femme son siège, par le biais de l'amicale des femmes du ministère de l'Industrie et de la Petite et Moyenne entreprise. Pour sa présidente Ndèye Fatou Ndiaye,il y a des acquis certains en matière de promotion des dames, "mais il y a des chantiers qui restent et il ne faut pas qu'on les oublie''. Elle a également salué l'implantation "remarquable'' des femmes leaders dans le parc industriel. Cependant, elles souhaitent que cela connaisse une hausse. "Il faut que les femmes leaders puissent s'implanter dans ce très grand domaine du parc industriel de Diamniadio réservé aux industriels.''

PAPE MOUSSA GUEYE

→ Lire l'article au complet sur Enqueteplus



Nous vous recommandons